Elle a les moyens de vous faire par­ler

Plas­ti­cienne et poé­tesse, Fa­bienne Yvert est ac­cueillie en ré­si­dence à Tulle par Peuple et culture 19

La Montagne (Tulle) - - Tulle Vivre Sa Ville - Dra­gan Pé­ro­vic dra­gan.per­[email protected]­tre­france.com

Du­rant sa ré­si­dence à Tulle, Fa­bienne Yvert sou­haite re­cueillir des pa­roles des gens pour les faire ré­son­ner dans l’es­pace pu­blic.

Elle nous in­vite à nous mé­fier des for­mules toutes faites. Après avoir été ar­tiste as­so­ciée avec la Cave de la poé­sie de Tou­louse en 2016­2017, Fa­bienne Yvert est ac­cueillie, en cette fin d’an­née et toute l’an­née pro­chaine, en ré­si­dence à Tulle par l’as­so­cia­tion Peuple et culture (PEC) de la Cor­rèze. Dans ce cadre, en no­vembre, elle a no­tam­ment ani­mé à Uzerche des ate­liers d’écri­ture avec les mi­grants au sein de l’as­so­cia­tion Vents d’ailleurs. Il en res­te­ra quelques phrases fortes comme : « Il faut beau­coup de cou­rage pour tout ou­blier, sauf votre sac, et voya­ger loin de tout. »

Sur l’im­pul­sion de Fa­bienne Yvert, Peuple et culture a amé­na­gé un lieu de ren­contres ­ ate­lier d’écri­ture, rue Jean­Jau­rès. Ce lo­cal Lieu/Lien est des­ti­né à de­ve­nir un des points im­por­tants de sa ré­si­dence ar­tis­tique. La pre­mière étape de son tra­vail tul­liste a été ter­mi­née le 29 no­vembre. La suite est pré­vue pour le mois de fé­vrier.

« On a eu l’idée de ce lo­cal, parce que Peuple et culture n’est pas trop vi­sible en ville, ex­plique l’ar­tiste. Il fal­lait avoir une vi­trine, un lieu d’ex­po­si­ tion. Pen­dant mon sé­jour à Tulle, tous les jours, les gens fran­chis­saient sa porte. Sou­vent, ils avaient des choses à dire. »

Rien à vendre

À l’en­trée du lo­cal, la phi­lo­so­phie de la dé­marche ar­tis­tique de Fa­bienne Yvert est af­fi­chée en lettres ca­pi­tales sur un sac en pa­pier. « Rien à vendre, tout à pen­ser, par­ti­ci­per, écrire en­semble. »

« Je suis ar­tiste et au­teure. Je tra­vaille avec les mots aus­si bien dans les arts plas­tiques que dans mes livres, ré­sume­telle. Ce qui m’in­té­resse, c’est de re­cueillir les pa­roles orales ou écrites des gens, de les ai­der à les for­mu­ler et de trou­ver un moyen de les ex­pri­mer dans l’es­pace pu­blic, afin qu’elles ré­sonnent pour tout le monde à tra­vers les per­for­mances, les af­fiches, les ban­de­roles ou les pu­bli­ca­tions… »

Dans la ré­si­dence de Fa­bienne Yvert, les ren­contres oc­cu­pe­ront une place ca­pi­tale : « Je vais al­ler voir les gens dans les as­so­cia­tions ou les ac­cueillir dans ce lo­cal, rue Jean­Jau­rès. En fé­vrier, un ate­lier d’écri­ture au­ra lieu à Tulle et à Brive avec le Se­cours po­pu­laire. » Les créa­tions is­sues de ce tra­vail se­ront pré­sen­tées lors de la Jour­née mon­diale du re­fus de la mi­sère, le 17 oc­tobre pro­chain. « En fé­vrier, je pour­rais aus­si, par exemple, “al­pa­

guer” les gens qui s’ar­rêtent de­vant le lo­cal rue Jean­Jau­rès, mais n’osent pas ve­nir ou tra­vailler aus­si avec les jeunes qui vont aux ca­fés à cô­té ».

Pour­quoi Fa­bienne Yvert fait par­ler les gens ? « Je suis une fille de pro­lo. Dans ma fa­mille on ne par­lait pas tel­le­ment, ou on uti­li­sait des for­mules toutes faites, par pu­deur. Je pense qu’il faut dé­pla­cer le point de vue, uti­li­ser des mots et des ex­pres­sions pour les vriller un peu. » ■

DE­VANT LE LO­CAL, RUE JEAN-JAU­RÈS. Pour l’ar­tiste : « En France, l’écri­ture et l’or­tho­graphe sont des ins­tru­ments de pou­voir. Pour moi, l’im­por­tant c’est que les gens puissent écrire, même s’ils ont l’im­pres­sion de ne pas le sa­voir. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.