Ap­pe­lez­le ka­ki plu­tôt que pla­que­mine !

La Montagne (Tulle) - - Tulle Ville Et Agglomération - Cy­prien Rome

Fruit fes­tif et fra­gile du pla­que­mi­nier, ça ne s’in­vente pas… Le ka­ki est un des rares fruits hi­ver­naux à avoir une cou­leur écla­tante.

Fran­çoise Bou­tin est amou­reuse de ses ka­kis, car elle les trouve ma­gni­fiques. Quand ceux­ci se­ront très mûrs, elle va « tes­ter une confi­ture ka­ki ana­nas, ça se­ra une pre­mière pour moi. »

50 cents le ka­ki

Fran­çoise Bou­tin a créé son en­tre­prise en 2012 et vis en Cor­rèze de­puis deux ans et de­mi. Elle tra­vaille en per­ma­cul­ture dans le bourg de SaintSyl­vain.

Elle a ré­col­té ses pre­miers ka­kis le 15 no­vembre et les pro­pose à la vente du­rant six se­ maines. Sur le mar­ché de la gare de Tulle, la pro­duc­trice les vend 50 cen­ times pièce.

Pour elle, le goût du ka­ki est « âpre et doux en même temps. C’est un mé­lange… C’est as­trin­gent, mais der­rière il y a de la dou­ceur. Ils sont orange, donc on peut être sûr qu’il y a de la vi­ ta­mine C et du fer. »

Se­lon elle, le ka­ki peut se dé­cli­ner en com­potes, on peut l’as­so­cier par exemple avec des pommes, des rai­sins secs ou des pru­neaux.

Fran­çoise Bou­tin aime dé­gus­ter un ka­ki en ac­com­pa­gne­ment d’un foie gras ou d’un ma­gret de ca­nard. « Je les coupe en ron­delles et je les laisse mi­jo­ter tout dou­ce­ment dans la sauce. Ça s’ac­corde très bien avec le gi­bier. »

De par sa fra­gi­li­té, le ka­ki doit être consom­mé dès qu’il est mûr. Le ka­ki est riche en fibres, en man­ga­nèse et en pig­ments ca­ro­té­noïdes, au pou­voir an­ti­oxy­dant no­table.

Au Ja­pon, comme chez Fran­çoise Bou­tin, le ka­ki se­ra om­ni­pré­sent du­rant les fêtes du Nou­vel An. ■

PHO­TO ANNE CILUFFO

MAR­CHÉ DE LA GARE. Fran­çoise Bou­tin fait mû­rir ses ka­kis sur la paille.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.