Le prix à la pompe dé­chif­fré en Cor­rèze

S’il a for­te­ment aug­men­té cette an­née, de­puis no­vembre 2018, le prix des car­bu­rants a bais­sé

La Montagne (Tulle) - - La Une - PHO­TO ANNE CILUFFO

■ CAR­BU­RANTS. Le prix des car­bu­rants a for­te­ment aug­men­té en 2018. Tou­te­fois, de­puis no­vembre, la courbe re­des­cend grâce no­tam­ment à la baisse du prix du ba­ril. ■ PRO­FES­SION­NELS. Les taxis, même s’ils ne se montrent guère op­ti­mistes, es­pèrent que cette baisse va se pour­suivre.

Ils n’ont d’autre choix que rou­ler pour ga­gner leur vie. Ré­ac­tion avec Ch­ris­tian Lavent, pré­sident dé­par­te­men­tal des taxis, scep­tique sur la stag­na­tion du prix du car­bu­rant.

Chaque fois que le prix du car­bu­rant baisse, il en va de soi, les taxis de Cor­rèze ac­cueillent la nou­velle à bras ou­verts. De­puis no­vembre, c’est d’ailleurs le cas. Sur 68 sta­tions cor­ré­ziennes en­re­gis­trées, le prix moyen du litre est pas­sé de 1.54 € pour le ga­zole en oc­tobre à 1.44 € en dé­cembre, de 1.56 € à 1.43 € pour le sans­plomb 95 et 1.64 € à 1.51 € pour le sans­plomb 98. Sur l’an­née 2018, la ten­dance reste ce­pen­dant à la hausse pour le die­sel.

« Nous sommes blo­qués par un ar­rê­té dé­par­te­men­tal »

Les taxis es­pèrent évi­dem­ment que cette baisse va per­du­rer, ou si­non, stag­ner… Sans pou­voir se pro­je­ter, ils ne se font guère d’illu­sion sur l’ave­nir : « Je pense que les prix aug­men­te­ront de nou­veau, sou­ligne le pré­sident de la fé­dé­ra­tion dé­par­te­men­tale des taxis Ch­ris­tian Lavent. Ce­la de­vient com­pli­qué pour nos en­ tre­prises de su­bir de fortes aug­men­ta­tions comme nous avons pu le vivre au deuxième tri­mestre de l’an­née. Le car­bu­rant est une charge im­por­tante pour la pro­fes­sion ».

Les taxis sont d’au­tant plus em­bar­ras­sés qu’ils ne peuvent pas ré­per­cu­ter l’aug­men­ta­tion du car­bu­rant sur leur prix de vente du ki­lo­mètre. « Nous sommes blo­qués par un ar­rê­té dé­par­te­men­tal », pour­suit­il.

Les clients ne souffrent donc pas lors d’une aug­men­ta­tion du prix du car­bu­rant. En­core moins, car 90 % de la clien­tèle fait par­tie « d’un trans­port de san­té ». C’est aus­si le cas pour les dé­par­te­ments li­mi­trophes et les ter­ri­toires ru­raux. Se­lon Ch­ris­tian Lavent, « cette clien­tèle n’est pas vrai­ment im­pac­tée puisque les tra­jets sont en par­ tie pris en charge par les as­su­rances et la Sé­cu­ri­té so­ciale. Il n’y a pas d’in­ci­dence di­recte pour le client, mais pour nos en­tre­prises, oui. » A no­ter qu’en zone ur­baine comme à Pa­ris, l’es­sence est glo­ba­le­ment plus chère. ■

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.