LOS BESSONS

La Montagne (Tulle) - - Corrèze Actualité - S.M del‘ tal­hier Los Ba­le­nons d’Us­sel”

La ru­brique en oc­ci­tan s’in­té­resse cette se­maine au cas de ju­meaux qui ne fai­saient que se dis­pu­ter. Le père Noël leur a don­né une pe­tite le­çon.

Al vil­lage, i aviá daus bessons. A los aga­char los au­riatz pas po­gut des­triar, mas a lor biais de viure quo era un autre afar ! V­un, lo Peire, tot­jorn urós, se ri­siá de tot quand l’autre, lo Lòis, te­niá mas de run­dir e pu­re­jar. Èran tan des­pa­riers que pas­sa­va pas’na jor­na­da que se pia­les­son pas,’quo era pe­nable ! Un jorn, un pauc da­vant Na­dau, ven­guet un co­sin d’a Pa­ris, ilh sa­biá tot… o qua­si tot… « Vos los vau dre­çar, ieu, vòstres bessons ! » ço­ditz lo co­sin, e per Na­dau bo­tet dins los sot­liers qu’es­pe­ra­van da­vant la cha­mi­na­da, una bra­va autò e daus cho­co­lats per lo Lòis e per lo Peire una gen­ta crò­ta to­ta fres­cha de l’ega ! L’en­de­man ma­tin, en avi­sar sos sot­liers, lo Lòis se bo­tet de cre­dar : « Mas ieu vo­liá mas un pir­to­let e daus pe­tards ! » e lo Peire de s’es­me­ra­vil­har : « Ieu ai agut un vrai cha­val, mas me sei pas le­vat pro leu per lo veire ! ».

Au vil­lage, il y avait des ju­meaux. A les re­gar­der vous ne les au­riez pas dis­tin­gués, mais à les voir faire, c’était autre chose ! Pierre, tou­jours heu­reux, riait de tout quand Louis ne fai­sait que ron­chon­ner et pleur­ni­cher. Ils étaient si dif­fé­rents qu’ils ne pas­saient pas une jour­née sans se cha­mailler, c’était pé­nible ! Un jour, peu avant Noël, vint un cou­sin de Pa­ris qui sa­vait tout… ou presque… « Je vais les dres­ser, moi, vos ju­meaux » dit le cou­sin, et pour Noël, il mit dans les sou­liers de­vant la che­mi­née, une belle voi­ture et des cho­co­lats pour Louis et pour Pierre une belle crotte toute fraîche de la ju­ment ! Le len­de­main ma­tin, voyant ses sou­liers, Louis se mit à hur­ler : « mais moi je vou­lais un pis­to­let et des pé­tards ! » et Pierre s’émer­veillait : « Moi, j’ai eu un vrai che­val, mais je ne me suis pas le­vé as­sez tôt pour le voir ! ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.