20 ans d’AOC des vins des co­teaux du Gien­nois, ça se fête… Et c’est au­jourd’hui !

La fête des Vins des Co­teaux du Gien­nois, dont l’AOC a 20 ans, c’est au­jourd’hui

La République du Centre (Dimanche) - - LA UNE -

Que de che­min par­cou­ru de­puis 1998, an­née de l’ob­ten­tion de l’ap­pel­la­tion d’ori­gine contrô­lée (AOC) pour les vins du Gien­nois.

La fête des Vins des Co­teaux du Gien­nois se dé­roule au­jourd’hui, à Bonny­surLoire. L’oc­ca­sion de mettre à l’hon­neur les vins de notre ter­ri­toire, dont l’ap­pel­la­tion d’ori­gine contrô­lée (AOC) vient de pas­ser le cap des vingt ans d’exis­tence.

Aus­si loin que les livres d’his­toire s’en font l’écho, de l’époque ro­maine au Moyen Âge ou sur des tem­po­ra­li­tés plus contem­po­raines, le tra­vail de la vigne est in­trin­sè­que­ment lié au pa­tri­moine cultu­rel des bords de Loire, de Cosne­Cours­surLoire (Nièvre) à Gien, en pas­sant par des villes comme Bonny­sur­Loire, Ous­son­sur­Loire, Beaulieu­sur­Loire ou Briare. Pour­tant, mal­gré une ex­ploi­ta­tion im­por­tante du­rant des cen­taines d’an­nées, ce n’est qu’en 1954, sous l’im­pul­sion d’une poi­gnée de vi­gne­rons qui sou­hai­taient va­lo­ri­ser l’ap­pel­la­tion, que ces der­niers se voient dé­cer­ner le titre de Vin de qua­li­té su­pé­rieure (VDSQ).

Une ap­pel­la­tion qui s’éten­dra aux com­munes de la Nièvre dix ans plus tard et ne de­vien­dra qu’ap­pel­la­tion d’ori­gine contrô­lée (AOC) qu’en 1998. « À l’époque, il y a vingt ans main­te­nant, la taille du vi­gnoble était de 146 hec­tares. Au­jourd’hui, on dis­pose d’une su­per­fi­cie de 194 hec­tare. Nous pour­rions en­core nous étendre, car les sur­faces ex­ploi­tables dis­po­nibles sont de l’ordre de 580 hec­tares, mais il ne suf­fit pas de plan­ter pour vivre, il faut aus­si vendre », confie Phi­lippe Pou­pat, pré­sident de l’as­so­cia­tion vi­ti­cole des Co­teaux du Gien­nois, lui­même pro­prié­taire d’un do­maine au nom épo­nyme, à Ri­votte, pe­tit coin de paradis sur la com­mune de Briare, face au Théâtre de l’Es­ca­beau. Son père, Jean, qui a pris la suite du grand­père de Phi­lippe, Re­né, fut un grand ar­ti­san du tra­vail me­né pour l’ob­ten­tion de l’ap­pel­la­tion. « Au dé­but de cette aven­ture, il y avait une qua­ran­taine de pro­fes­sion­nels, nombre qui a peu évo­lué au fil des an­nées, bien que la taille des ex­ploi­ta­tions soit va­riables, al­lant d’un hec­tare à 22 hec­tares pour les plus grandes », ajoute Phi­lippe Pou­pat, qui pré­cise que les ventes sont à 80 % écou­lées dans l’Hexa­gone, en lien avec une pro­duc­tion qui se mon­tait à 7.411 hec­to­litres en 2017.

Une per­for­mance qui doit ses ré­sul­tats au tra­vail quo­ti­dien des vi­gne­rons, mais aus­si des

Une ap­pel­la­tion qui va du Gien­nois à la Nièvre

ma­té­riaux à dis­po­si­tion, se­lon le pré­sident : « Les vi­gne­rons sont des ter­riens. Quand on gagne de l’ar­gent, on in­ves­tit dans l’amé­lio­ra­tion du vin, car seul le bon se vend ». Connus pour être des vins aro­ma­tiques, frui­tés et dis­po­sant d’une force de ca­rac­tère qui fait leur succès, les Co­teaux du Gien­nois fê­te­ront leurs 20 ans d’AOC, ce di­manche, dans le cadre de la grande fête des Vins de Bonny­sur­Loire.

PRÉ­SIDENT. Phi­lippe Pou­pat est à la tête de l’as­so­cia­tion vi­ti­cole des Co­teaux du Gien­nois.

CAVE. Le do­maine Pou­pat pro­duit, en moyenne, un mil­lion de bou­teilles par an.

AP­PEL­LA­TION. Les vins des Co­teaux du Gien­nois sont is­sus de l’ap­pel­la­tion d’ori­gine contrô­lée (AOC).

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.