Une en­vie de lé­zar­der sur les duits or­léa­nais

Sur le quai de Prague et le duit Saint­Charles, l’art est à l’hon­neur sous toutes ses formes jus­qu’à jeu­di

La République du Centre (Dimanche) - - La Une -

La 8e édi­tion de la Fête des Duits a dé­bu­té hier quai de Prague. Le pu­blic était au ren­dez-vous, pro­fi­tant du cli­mat en­so­leillé et tem­pé­ré pour dé­am­bu­ler le long du par­cours sur le duit à dé­cou­vrir jus­qu’au 16 août. So­phie Lit­zel­mann or­leans@cen­tre­france.com L a pas­se­relle tangue lé­gè­re­ment sous les pas des nom­breux vi­si­teurs. Sur l’île, la pro­me­nade dé­marre en file in­dienne le long du che­min de sable tor­tueux créé par les bé­né­voles de l’as­so­cia­tion Na­no­prod. Une seule per­sonne à la fois, c’est ce que sou­hai­tait Ar­naud « Na­no » Mé­thi­vier, l’ins­ti­ga­teur de cet évé­ne­ment. « Chaque vi­si­teur doit vivre sa propre ex­pé­rience », pré­cise l’ar­tiste. Des pro­po­si­tions lu­diques et aty­piques

Au pre­mier au­di­to­rium ins­tal­lé sous les arbres, Mi­chel, mu­si­cien, ini­tie les jeunes Ro­main et Clé­mence à la flûte tra­ver­sière et au bol ti­bé­tain. En­semble, ils en­tament un mi­ni­concert sous les yeux amu­sés de leurs pa­rents.

Quelques mètres plus loin, une toile sus­pen­due entre les arbres, à six mètres de hau­teur, sus­cite l’éton­ne­ment et l’en­vie des enfants. Une fois dans les airs, leurs pa­rents ont du mal à les faire re­des­cendre.

À cô­té de ces ac­ti­vi­tés lu­diques, on trouve aus­si, sur la Pla­nète des Duits, des oeuvres qui laissent aux ex­plo­ra­teurs une marge d’in­ter­pré­ta­tion. Comme la pres­ta­tion de cette ar­tiste plas­ti­cienne, ha­billée de pa­pier, qui tri­cote ses che­veux avec du fil. Ou en­core une construc­tion en branches qui tour­noie sous la brise du vent, sus­pen­due au pont du Ma­ré­chal Joffre.

Le par­cours al­terne entre ani­ma­tion et si­lence, avec la Loire comme fi­dèle com­pa­gnon, jon­chée de sculp­tures ima­gi­naires en mé­tal, al­lant de car­casses de pois­sons à des fla­mants roses géants.

Pour les plus chan­ceux, « Na­no » offre dans un cadre se­cret et in­ti­miste un spec­tacle émou­vant en co­mi­té res­treint dont le pro­gramme change tous les jours. Une for­mule qu’il sou­hai­te­rait dé­ve­lop­per à l’ave­nir.

PHO­TOS ERIC MALOT

ORI­GI­NAL. Sous le pont Joffre, une construc­tion en bois et en plumes tour­noie len­te­ment au rythme du vent.

SCULP­TURE. Tout au long du par­cours, la Loire est jon­chée d’ob­jets mé­tal­liques ori­gi­naux.

IN­TI­MISTE. Dans un lieu se­cret, des ar­tistes offrent chaque jour un spec­tacle en co­mi­té res­treint.

PRO­ME­NADE. Tout le che­min est agré­men­té de pro­po­si­tions ar­tis­tiques.

PER­FOR­MANCE. Une ar­tiste plas­ti­cienne en pleine dé­mons­tra­tion.

BAR­BE­CUE. De quoi se res­tau­rer.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.