Les Halles Châ­te­let ont-elles été bap­ti­sées ain­si ?

Le quar­tier et le centre com­mer­cial des Halles Châ­te­let s’ap­pellent­ils ain­si ?

La République du Centre (Dimanche) - - La Une - Cin­dy Rou­dier-Va­laud

Le sec­teur des Halles Châ­te­let a été oc­cu­pé dès l’époque gau­loise. Si la vo­ca­tion com­mer­ciale est res­tée, le sec­teur a été beau­coup trans­for­mé.

Les nou­veaux Or­léa­nais sont nom­breux à s’in­ter­ro­ger sur l’ori­gine du nom des Halles Châ­te­let et se de­mandent s’il existe un lien avec Châ­te­let­les Halles à Pa­ris.

En cher­chant, on se rend compte que s’il n’y a pas de re­la­tion entre les deux lieux, Pa­ris et Or­léans ont la même his­toire, celle qui est à l’ori­gine de ces noms, et s’ins­crit dans le Moyen Âge. Tous deux sont des lieux de com­merce his­to­riques, à proxi­ mi­té d’une ré­si­dence de pou­voir qu’on ap­pe­lait à l’époque le Châ­te­let.

Le sec­teur or­léa­nais que l’on ap­pelle au­jourd’hui les Halles Châ­te­let a été oc­cu­pé dès l’époque gau­loise, peu avant le IIe siècle avant notre ère, se­lon les fouilles ar­chéo­lo­giques me­nées par l’INRAP (Ins­ti­tut na­tio­nal de re­cherches ar­chéo­lo­giques pré­ven­tives). Les traces d’une ac­ti­vi­té d’abord agri­cole puis de tra­vail de forge, de tis­sage, « et peut­être de tan­ne­rie ou de tein­tu­re­rie », sont re­le­vées.

La ré­si­dence des ducs

Le Châ­te­let d’Or­léans, qui se si­tuait à l’em­pla­ce­ment de l’ac­tuel Em­preinte hô­tel, est une construc­tion plus tar­dive, dé­taille Émi­lie Roux­Ca­pron, du pôle ar­chéo­lo­gique de la mai­rie d’Or­léans, dans un ar­ticle sur l’En­cy­clo : « In­clus dans la ville et son en­ceinte de­puis la fin de l’An­ti­qui­té, le sec­teur du Châ­te­let voit l’ins­tal­la­tion, dès le IXe siècle, d’une ré­si­dence aris­to­cra­tique qui pour­rait s’ap­pa­ren­ter au pa­lais royal, fré­quen­té par le sou­ve­rain et sa cour, alors iti­né­rants. Il fau­dra at­tendre le mi­lieu du Moyen Âge pour voir l’ap­pa­ri­tion du mot Châ­te­let dans les archives et sa ma­té­ria­li­sa­tion sous la forme d’un vé­ri­table pa­lais mé­dié­val. »

L’une des fonc­tions du Châ­te­let était aus­si le contrôle des en­trées de la ville, qui se fai­saient par le pont des Tou­relles, à l’époque. Au temps de Jeanne d’Arc, le Châ­te­let fait of­fice de ré­si­dence du duc, de pri­son, le ser­vice des im­pôts… Pour­tant son âge d’or cesse ra­pi­de­ment,

La mo­der­ni­sa­tion du quar­tier

dès le XVIe siècle, ses an­nexes sont ven­dues. Puis c’est une crue qui l’en­dom­mage. De nos jours, il n’en reste que peu de traces : un ves­tige de tour rue au Lin et rue d’Ali­bert, et un nom res­té lié au quar­tier.

« Dans le cadre d’un vaste pro­jet de ré­amé­na­ge­ment du quar­tier, la place du Châ­te­let est créée par la des­truc­tion du bâ­ti mé­dié­val dès 1822, in­cluant la dé­mo­li­tion des “Halles neuves” en 1884 », in­dique Thier­ry Mas­sat de l’INRAP. En ef­fet, de­puis le Moyen Âge, de nom­breux mar­chés se tiennent dans le quar­tier du Châ­te­let et des halles existent dès 1801.

Les archives municipales et com­mu­nau­taires d’Or­léans mé­ tro­pole pré­cisent : « À la fin des an­nées 1870, le maire d’Or­léans Charles San­glier dé­cide de re­grou­per les dif­fé­rents mar­chés en une struc­ture plus adap­tée et mo­derne. Entre 1882 et 1887, sont construits une grande halle ou­verte et deux pa­villons de dé­tail. »

Ces bâ­ti­ments de verre, mé­tal et briques sont ins­pi­rés des halles Bal­tard à Pa­ris. Mais les mu­ni­ci­pa­li­tés de Roger Se­cré­tain et Re­né Thi­nat dé­cident de dé­mo­lir les halles. En 1971, les fa­meux « cham­pi­gnons » de la Char­pen­te­rie sont construits et pa­ral­lè­le­ment les halles en fer sont rem­pla­cées par l’ac­tuel centre com­mer­cial Halles­Châ­te­let. Il a su­bi de­puis sa construc­tion quelques ré­no­va­tions et trans­for­ma­tions.

“L’une des fonc­tions du Châ­te­let était aus­si le contrôle des en­trées de la ville, par le pont des Tou­relles.”

PHO­TO D’ARCHIVES LA RÉ­PU­BLIQUE DU CENTRE

AR­CHI­TEC­TURE. Les halles construites entre 1882 et 1887 sont ins­pi­rées des halles Bal­tard à Pa­ris. Elles se­ront dé­truites en 1975.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.