Ren­trée com­ba­tive pour Jean-Luc Mé­len­chon (FI) et Oli­vier Faure (PS)

La République du Centre (Dimanche) - - LA UNE -

Le Pre­mier se­cré­taire du PS, Oli­vier Faure, a pro­po­sé hier à l’en­semble de la gauche fran­çaise de me­ner « des com­bats com­muns » dans la lutte contre le gly­pho­sate comme dans celle en fa­veur de l’éga­li­té homme-femme, lors d’un dis­cours à La Ro­chelle. C lô­tu­rant la réunion de la Fé­dé­ra­tion na­tio­nale des élus so­cia­listes et ré­pu­bli­cains (FNESER), le nu­mé­ro un du PS, Oli­vier Faure, s’est pla­cé dans la pers­pec­tive des Eu­ro­péennes 2019. « L’af­fir­ma­tion d’une gauche so­cia­liste et so­ciale­dé­mo­crate »

« Face aux po­pu­listes, face à la droite li­bé­rale, l’Eu­rope a be­soin de l’af­fir­ma­tion d’une gauche so­cia­liste et so­ciale­dé­mo­crate, éco­lo­giste et pro­gres­siste. Il ne se­ra pas pos­sible de la réunir au sein d’une seule liste […] Pour au­tant la gauche eu­ro­péenne, et donc la gauche fran­çaise, doit mon­trer qu’elle peut se don­ner des com­bats com­muns si elle veut voir se le­ver une es­pé­rance de chan­ge­ment », a­t­il ex­pli­qué.

« Sur le gly­pho­sate […] je pro­pose que nous unis­sions nos voix et nos forces pour ob­te­nir du gou­ver­ne­ment qu’il sus­pende l’au­to­ri­sa­tion des pro­duits à base de gly­pho­sate afin de pro­té­ger les femmes en­ceintes, les nour­ris­sons, les 68 mil­lions de consom­ma­teurs fran­çais », a­t­il lan­cé.

« Je sug­gère un se­cond com­bat com­mun, faire de l’éga­li­té entre femmes et hommes en Eu­rope un com­bat em­blé­ma­tique de toute la gauche », a­t­il ajou­té, ci­tant la di­rec­tive « work­life ba­lance » sur les congés pa­ren­taux à la­quelle s’op­pose Em­ma­nuel Ma­cron à Bruxelles, ou en­core « le droit à l’IVG uni­ver­sel en Eu­rope ».

À l’échelle lo­cale, il a éga­le­ment pro­po­sé « à tous les élus de gauche, et plus lar­ge­ment à tous les élus hu­ma­nistes et pro­gres­sistes, un en­ga­ge­ment com­mun pour l’ac­cueil et l’ac­com­pa­gne­ment des ré­fu­giés », de ma­nière à « ré­par­tir l’ef­fort d’ac­cueil et d’or­ga­ni­ser à l’ini­tia­tive des ter­ri­toires, la so­li­da­ri­té na­tio­nale, que l’État a ab­di­quée ».

Évo­quant l’an­cien pré­sident so­cia­liste Fran­çois Hol­lande, qu’il avait qua­li­fié le mois der­nier de « cham­pion du dé­ni » sur le bi­lan so­cia­liste, Oli­vier Faure a été plus me­su­ré, sou­li­gnant qu’il jouait au­jourd’hui « un rôle im­por­tant dans le dé­voi­le­ment de l’im­pos­ture ma­cro­niste » et contri­buait « au ré­veil du peuple de gauche ». « Le comp­ter au­jourd’hui dans nos rangs doit être pour nous tous une fier­té. Mais le plus sage est de ne pas cher­cher à l’ins­tru­men­ta­li­ser pour exis­ter. » « Le pré­sident d’un clan »

Alors que des voix cri­tiquent son lea­der­ship au sein du PS, Oli­vier Faure a lan­cé : « Mon rôle est de nous faire, de vous faire, tous tra­vailler en­semble. Ce n’est pas tou­jours le plus fa­cile, je suis pa­tient, par­fois trop, on me le re­proche, mais je sais où je vais. »

Il a lon­gue­ment dé­non­cé la po­li­tique d’Em­ma­nuel Ma­cron : « Élu pour faire bar­rage au po­pu­lisme, il de­vait être un rem­part. Il est de­ve­nu une pas­se­relle […] Le pré­sident a tra­hi le can­di­dat en aban­don­nant toute di­men­sion pro­gres­siste. »

« Avec les af­faires Be­nal­la et Kohler, le der­nier masque est tom­bé, ce­lui de l’exem­pla­ri­té. Em­ma­nuel Ma­cron n’est pas seule­ment le pré­sident des riches, il est aus­si le pré­sident d’un clan, prêt y com­pris à faire men­tir l’État. »

DIS­COURS. PHO­TO BEP De l’an­cien pré­sident so­cia­liste Fran­çois Hol­lande, Oli­vier Faure a dit qu’il jouait au­jourd’hui « un rôle im­por­tant dans le dé­voi­le­ment de l’im­pos­ture ma­cro­niste » et contri­buait « au ré­veil du peuple de gauche ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.