Dix ans de chan­tier achar­né pour faire re­vivre la ci­té ba­te­lière

La République du Centre (Dimanche) - - LEFAIT DU JOUR -

Onze ans dé­jà que le pro­jet était sur les rails. En 2007, une poi­gnée d’amou­reux de ba­teaux et de na­vi­ga­tion ont lan­cé le dé­fi de construire une em­bar­ca­tion. Et pas ques­tion de faire dans la de­mi-me­sure : c’est sur une pé­niche que s’est por­té leur choix.

« Tout ce­la nous a pris des di­zaines de mil­liers d’heures de tra­vail. Au dé­but, beau­coup de gens ont dou­té, se sou­vient Denis Go­deau, pré­sident de l’as­so­cia­tion. Ja­mais un ba­teau de cette en­ver­gure n’avait été construit dans le Loi­ret ».

Un chan­tier d’am­pleur : il a né­ces­si­té pas moins de 100 m³ de bois – du chêne lo­cal, car is­su de la fo­rêt d’Or­léans pour construire la pé­niche. Elle me­sure 27 mètres de long et pèse 24 tonnes.

Ils ont ap­pris sur le tas la char­pen­te­rie de ma­rine

L’as­so­cia­tion a dû, pour ce­la, ras­sem­bler fonds et bé­né­voles. Une quin­zaine de vo­lon­taires ont mis la main à la pâte. La plu­part étaient re­trai­tés. Cer­tains char­pen­tiers, me­nui­siers de mé­tier, ou bri­co­leurs. D’autres un peu moins. Ils ont ap­pris sur le tas les dif­fé­rentes fa­cettes de la char­pen­te­rie de ma­rine, et me­né le chan­tier à terme.

Cô­té fi­nances (un as­pect tou­jours es­sen­tiel), ils ont su jouer la carte du pa­tri­moine lo­cal, et ré­col­ter 100.000 € de sub­ven­tions. La po­pu­la­ri­té a sû­re­ment ai­dé ; car de­puis l’ou­ver­ture du chan­tier, 12.000 cu­rieux, Loi­ré­tains ou non, sont ve­nus ex­plo­rer le chan­tier. Et voir re­vivre la riche his­toire de l’an­cienne ci­té ba­te­lière de Gri­gnon.

PHOTO D’ARCHIVES

CHAN­TIER. En 2013, la pé­niche avait dé­jà de l’al­lure.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.