Ca­va­lier seul d’Or­léans Loi­ret Bas­ket, large vain­queur d’Aix­Mau­rienne

Les Or­léa­nais ont im­pres­sion­né, hier soir, en écra­sant Aix-Mau­rienne. Grâce à une at­taque de feu et à une dé­fense de fer.

La République du Centre (Dimanche) - - LA UNE - Al­ban Gour­gousse al­ban.gour­[email protected]­tre­france.com

Ils sont sur la bonne voie. Et c’est un eu­phé­misme. Des deux cô­tés du par­quet d’ailleurs. L’OLB n’a pas failli pour son deuxième match à do­mi­cile d’af­fi­lée en cham­pion­nat. Les joueurs de Ger­main Cas­ta­no n’ont lais­sé que des miettes aux Sa­voyards, hier soir : « Quand on com­mence comme ça, tout est plus fa­cile. On a mar­qué beau­coup de points sur le pre­mier quart­temps et j’ai beau­coup ai­mé comme on a dé­fen­du. C’est une vraie vic­toire col­lec­tive et j’ai bien ai­mé aus­si le sé­rieux qu’on a eu. On est res­té dans le game plan (plan de jeu). Je suis sa­tis­fait de la soi­rée. »

Gros match de Fa­kuade

Que faire quand on craint une cer­taine dé­com­pres­sion lors du qua­trième match d’af­fi­lée à do­mi­cile (deux de Lea­ders Cup et deux de ProB) ? Par­tir à fond. Pour éva­cuer les doutes. Les Or­léa­nais ap­pli­quaient ce prin­cipe à la lettre. Grâce à une at­taque fluide et une dé­fense agres­sive (21­9, 6e puis 29­17, 10e ). Tout le monde s’y met­tait. Le bal­lon brû­lait le bout des doigts de Ka­dri Moen­dadze (très adroit) et de ses co­équi­piers. Comme lors du pre­mier match ga­gné face à Evreux, Mi­chael Fa­kuade sor­tait un gros match (16 points, 13 re­bonds, 4 contres, 5 fautes pro­vo­quées). Il était adroit de loin, de près et quel tra­vail en dé­fense. Il pro­vo­quait no­tam­ment deux pas­sages en force d’af­fi­lée et re­ve­nait comme un fou contrer DJ Ri­chard­son par­ti seul en contre­at­taque ! L’OLB comp­tait ain­si plus du double de points qu’Aix (40­19, 15e). Les Sa­voyards étaient à la rue. Dans tous les com­par­ti­ments du jeu.

Et sur­tout, sur­tout, l’OLB dé­fen­dait bien. Avec des prises à deux sur le por­teur de balle qui gê­naient consi­dé­ra­ble­ment les joueurs d’Aix­Mau­rienne. Et heu­reu­se­ment parce que les joueurs de Ger­main Cas­ta­no ti­tu­baient quelque peu en at­taque en cette fin de pre­mière mi­ temps (47­35, 20e).

On sen­tait que le match pou­vait bas­cu­ler d’un cô­té ou de l’autre. Mais, comme les Aixois conti­nuaient à être mal­adroits et que les ar­tilleurs en chef, Jef­fer­son et Spear­man, sor­taient le grand jeu, l’écart aug­men­tait. En seule­ment quelques mi­nutes, les Or­léa­nais avaient re­mis la tête sous l’eau à leurs ad­ver­saires. On en était à +32 main­te­nant (76­44, 30e). Dur, dur pour les Sa­voyards. Mais, ja­mais ils n’ont été en me­sure de ne se­rait­ce que gê­ner cette im­pres­sion­nante équipe de l’OLB. Qui va do­ré­na­vant se dé­pla­cer hors de ses bases. Tout d’abord mar­di à Poi­tiers en quart de fi­nale al­ler de Lea­ders Cup puis ven­dre­di à Gries­Obe­rhof­fen pour la troi­sième jour­née de ProB.

PHO­TOS CH­RIS­TELLE GAUJARD

AÉ­RIEN. Match presque par­fait pour les Or­léa­nais de Gay­lor Cu­rier.

CONCEN­TRÉ. Bran­don Jef­fer­son, au­teur de 16 points et 8 passes, hier.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.