Ils bridgent (presque) 7 jours/7

Re­trou­vez, chaque di­manche, toute l’ac­tua­li­té des as­so­cia­tions or­léa­naises, leurs contacts et in­fos pra­tiques, ain­si que leur agen­da de la se­maine à ve­nir.

La République du Centre (Dimanche) - - ORLÉANS VIVRE SA VILLE - Blan­dine La­mo­risse blan­dine.la­mo­[email protected]­tre­france.com

«Il est au bridge ce que Nel­son Mont­fort est au pa­ti­nage ar­tis­tique. » C’est avec cette for­mule que le Bridge club Or­léans (BCO), qui fête cette an­née ses 70 ans, es­père at­ti­rer du monde à l’oc­ca­sion de la ve­nue du jour­na­liste Guy Du­pont, jeu­di 26 oc­tobre, à 9 h 45. Ce spé­cia­liste vien­dra évo­quer, au cours d’une confé­rence au BCO, l’his­to­rique du bridge.

Et l’his­to­rique du BCO jus­te­ment, quel est­il ? Il a été créé dans le cou­rant de l’an­née 1948, par une poi­gnée de pas­sion­nés de ce jeu de cartes. « Notre club a pro­gres­sé d’an­née en an­née jus­qu’à connaître un pic dans les an­nées 80/90, avec plus de 300 adhé­rents », ra­conte Jean­Fran­çois Mar­zal, vi­ ce­pré­sident de l’as­so­cia­tion. Ils sont en­core 211 au­jourd’hui. 10.000 per­sonnes au to­tal passent dans ce club chaque an­née. Un nombre plus qu’ho­no­rable quand on sait, qu’à l’heure ac­tuelle, quatre clubs se par­tagent l’ag­glo­mé­ra­tion. « Mais nous sommes le seul club en centre­ville d’Or­léans », pré­cise la tré­so­rière, Ma­de­leine Mo­rin.

Centre­ville d’Or­léans où le BCO dis­pose de son propre lo­cal, ce qui lui per­met de pro­po­ser des tour­nois qua­si­ment tous les jours de la se­maine.

Ani­ma­teur

« Nous sommes une ma­jo­ri­té de re­trai­tés, car nous jouons dans l’après­mi­di. Mais nous avons aus­si un cré­neau le lun­di soir, une fois par mois, qui nous per­met d’ac­cueillir des per­sonnes qui tra­vaillent », note Ma­de­leine Mo­rin.

Ini­tia­tive ori­gi­nale : deux membres du BCO se rendent, chaque jeu­di après­mi­di, aux Jar­dins d’Éléo­nore, pour jouer avec un ré­sident de cette mai­son de re­traite qui ne peut plus se dé­pla­cer. « Nous en­vi­sa­geons d’élar­gir cette ac­tion à d’autres éta­blis­se­ments l’an­née pro­chaine », in­dique la tré­so­rière.

Di­dier Lau­ren­ceau est le pré­sident du BCO, seul club de la ré­gion Cen­treVal de Loire à dis­po­ser d’un ani­ma­teur, Be­noît Ri­bault, maître as­sis­tant agréé par la Fé­dé­ra­tion fran­çaise de bridge, qui or­ga­nise des tour­nois, et dis­pense des cours de per­fec­tion­ne­ment et de com­pé­ti­tion.

Pour Ma­de­leine Mo­rin, il n’y a pas à hé­si­ter : « C’est une ac­ti­vi­té qui per­met de conti­nuer à faire fonc­tion­ner les neu­rones. Un jeu de stra­té­gie qui se joue à deux et offre la pos­si­bi­li­té de conser­ver un lien so­cial. »

AC­TI­VI­TÉ. Le bridge, pour faire fonc­tion­ner les neu­rones. ARCHIVE

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.