Une jour­née blanche pour les com­mer­çants du Loi­ret

La République du Centre (Dimanche) - - LEFAIT DU JOUR -

Si l’am­biance sur les ronds-points de Cap Sa­ran était joyeuse, hier, c’était plu­tôt la dé­so­la­tion dans les bou­tiques. Comme dans ce ma­ga­sin de meubles où sept sa­la­riés at­ten­daient déses­pé­ré­ment – mais sans y croire – l’ar­ri­vée des clients.

« Nous avons eu quelques mo­tards en dé­but de ma­ti­née. Mais de­puis, rien. Nous sommes spec­ta­teurs », lancent les ven­deurs, qui contemplent, à tra­vers la vi­trine, les al­lers et ve­nues des gi­lets dans le vrom­bis­se­ment des mo­tards.

Sur l’heure du dé­jeu­ner, les com­mer­çants se rendent mu­tuel­le­ment vi­site. « Vous fer­mez, vous ? Je ne sais pas, on at­tend l’ac­cord de la di­rec­tion. Dans la ga­le­rie mar­chande, des stores s’abaissent : le Car­re­four, lui, tient bon.

Manque à ga­gner ? « Sur un sa­me­di comme ça, on at­teint fa­ci­le­ment 20.000 €, voire plus, ex­plique un sa­la­rié du ma­ga­sin de meubles. Ce mou­ve­ment, ça pé­na­lise ceux qui tra­vaillent et qui sont payés à la com­mis­sion. Et ceux­là aus­si doivent payer leur es­sence ! »

Les zones com­mer­ciales An­tibes, à Amil­ly, et Belles­rives, à Ché­cy (l’après­mi­di) ont éga­le­ment souf­fert de blo­cages d’une vaste am­pleur, tan­dis que plu­ sieurs Su­per U ou Hy­per U des zones ru­rales ont vu leur clien­tèle blo­quée hors du par­king.

Les mar­chés ont été pé­na­li­sés

Les centres­villes du Loi­ret ont pa­reille­ment souf­fert de ces dif­fi­cul­tés à se dé­pla­cer. À Gien, plu­sieurs com­merces avaient pré­fé­ré fer­mer.

À Pi­thi­viers, si quelques com­merces ont aus­si bais­sé le ri­deau, les pre­miers à consta­ter les dé­gâts se trou­vaient sur le mar­ché qui, ha­sard du ca­len­drier, se te­nait pour la der­nière fois sur le mail Nord avant de re­trou­ver la place des Halles. Sté­phane, ven­deur de fruits et lé­gumes, es­ti­mait voir « trois fois moins de monde que d’ha­bi­tude. Je suis plu­tôt so­li­daire du mou­ve­ment, mais c’est dom­mage de pé­na­li­ser les com­mer­çants du centre­ville comme ça ». Signe de la faible af­fluence du jour, les par­kings au­tour du centre­ville, ha­bi­tuel­le­ment bon­dés le sa­me­di ma­tin, son­naient creux.

À Or­léans, les rues du cen­tre­ville dé­ser­tées par les voi­tures pou­vaient lais­ser pen­ser qu’on était dimanche plu­tôt que sa­me­di. Sur le mar­ché du quai du Roi, un com­mer­çant confiait que 20 % de ses col­lègues man­quaient à l’ap­pel hier ma­tin.

DÉ­SERT. Vide com­plet à la sta­tion es­sence de Cap Sa­ran.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.