En­tendre la co­lère

La République du Centre (Dimanche) - - La Une - La ré­dac­tion

Mou­ve­ment

Le dé­but du week-end a, une nou­velle fois, été mar­qué par les ras­sem­ble­ments de gi­lets jaunes à tra­vers le Loi­ret. Dès 9 heures, on re­cen­sait neuf points né­vral­giques. Dans l’après-mi­di, on a comp­té jus­qu’à vingt-cinq ac­tions, avec des in­ci­dents sur la RD2020 à Sa­ran.

Dif­fi­cile de sa­voir com­bien de gi­lets jaunes étaient mo­bi­li­sés, hier, dans le Loi­ret. La pré­fec­ture ne com­mu­nique plus au­cun chiffre. Moins que les 5.000 réunis sa­me­di 17 no­vembre, c’est cer­tain, mais beau­coup étaient par­tis ma­ni­fes­ter à Pa­ris et la mo­bi­li­sa­tion reste forte. Sous une pluie fine, la fièvre a en­flé en cours de jour­née, avec vingt­cinq ac­tions. Outre les bar­rages et opé­ra­tions « es­car­got », les péages gra­tuits sur l’A 10 (sor­tie 15 à Meung, lais­sée ou­verte hier soir au­de­là de 21 heures) et sur l’A 19 (Saint­Hi­laire­les­An­dré­sis), ont mar­qué la jour­née. Mo­bi­li­sa­tion sou­vent ju­gée intacte pour au­jourd’hui voire plus…

OR­LÉANS ET AG­GLO­MÉ­RA­TION

Un calme re­la­tif ré­gnait du cô­té des quatre ponts d’Or­léans, hier, vers 9 h 15. Seuls cinq gi­lets jaunes étaient po­si­tion­nés au bas des ar­cades de la rue Royale, près du pont George­V.

Au dos de son gi­let, Pa­trick, ou­vrier, a écrit : « La seule is­sue est le par­tage des ri­chesses ». Se­lon lui, le « ca­pi­ta­lisme est in­hu­main ». Il com­pare, en guise d’exemple, le sa­laire quo­ti­dien de Car­los Ghosn (le PDG du groupe Re­nault, ac­cu­sé de fraude fis­cale et abus de biens so­ciaux), le sien et ce­lui de sa mère re­trai­tée. Dans l’ordre : 33.337 €, 44 € et 28 € nets. Il comp­tait pho­to­co­pier et dis­tri­buer son tract aux au­to­mo­bi­listes. Sa­me­di der­nier, à ce même en­droit, ils étaient trois le ma­tin et cent­cin­quante dans l’après­mi­di. Hier, en re­vanche, plus per­sonne en vue dans ce sec­teur en dé­but d’après­mi­di.

Du cô­té du rond­point sur la RD 2020, à Gé­ron­deau, il a été dé­ci­dé de blo­quer la cir­cu­la­tion, dans le sens Or­léans­Che­vil­ly, vers 10 h 30. Une mise en place qui a oc­ca­sion­né quelques dé­bats au sein des gi­lets jaunes. Fi­na­le­ment, les bar­rières ont été main­te­nues afin de va­li­der cette dé­ci­sion. Les au­to­mo­bi­listes avaient la pos­si­bi­li­té de sor­tir du rond­point par ailleurs. Deux conduc­trices ont pour­tant ten­té de for­cer le pas­sage.

En fin de ma­ti­née, alors que les gi­lets jaunes étaient pas­sés de cin­quante à deux cents, Fa­bienne Le­wan­dows­ki, di­rec­trice dé­par­te­men­tale de la sé­cu­ri­té pu­blique (DDSP), était sur place. Elle y était en­core à 19 heures, alors que six cents ma­ni­fes­tants étaient en­core sur place : « L’ob­jec­tif est d’as­su­rer une cer­taine flui­di­té dans ce rond­point. Tout en as­su­rant la sé­cu­ri­té des gi­lets jaunes et des usa­gers, et de gé­rer les ten­sions. Nous avons eu une dame té­ta­ni­sée et pa­ni­quée au vo­lant. C’est un po­li­cier qui a sor­ti son vé­hi­cule. » Face à ce mou­ve­ment im­pré­vi­sible et in­stable, la DDSP consi­dère qu’un nombre suf­fi­sant et adap­té de fonc­tion­naires, se­lon la for­mule consa­crée, étaient en­ga­gés sur le dis­po­si­tif en place à Sa­ran. Le tout sans ren­forts ex­té­rieurs…

MONTARGOIS

Au plus fort du mou­ve­ment, hier à 16 heures, cinq cents gi­lets jaunes ont for­te­ment per­tur­bé la cir­cu­la­tion dans l’ag­glo­mé­ra­tion mon­tar­goise.

Dès 11 heures, il était im­pos­sible d’ac­cé­der à la zone com­mer­ciale d’An­tibes (Amil­ly) en voi­ture. Pour la pre­mière fois, le rond­point d’en­trée dans Ville­man­deur, de­puis la route d’Or­léans, était en par­tie blo­qué.

Jé­rôme, qui mène les opé­ra­tions de­puis le rond­point dit « ca­ca­huète », pro­met une pour­suite des ac­tions au moins jus­qu’à mar­di. C’est ce qu’il a ex­pli­qué, hier après­mi­di, au sous­pré­fet.

GIENNOIS

Ce sa­me­di 24 no­vembre a bat­tu tous les re­cords de mo­bi­li­sa­tion des gi­lets jaunes dans le Giennois. Au cours de la ma­ti­née, on en comp­tait en­vi­ron trois cents au rond­point du Mc­Do­nald’s. Leur nombre avait dou­blé en dé­but d’après­mi­di avec en­vi­ron six cents per­sonnes re­grou­pées sur ce point stra­té­gique. Une par­tie des évé­ne­ments se sont dé­rou­lés dans la convi­via­li­té et la bonne en­tente, avec no­tam­ment le par­tage d’un re­pas.

Ce­pen­dant, quelques in­ci­dents et al­ter­ca­tions sont ve­nus ponc­tuer cette jour­née jaune. Un pre­mier heurt a eu lieu aux en­vi­rons de 10 h 30 au bar­rage fil­trant du rond­point de Le­clerc, op­po­sant des com­mer­çants et em­ployés de la grande sur­face aux gi­lets jaunes. Plus tard, une nou­velle ren­contre sur le par­king du ma­ga­sin au­rait mal tour­né, for­çant la gen­dar­me­rie de Gien à in­ter­ve­nir.

Mal­gré ces ten­sions, la mo­bi­li­sa­tion des gi­lets jaunes de­vrait se pour­suivre de­main et le reste de la se­maine.

PITHIVERAIS

Hier, les gi­lets jaunes étaient une grosse soixan­taine au plus fort de la jour­née. Pos­tés au rond­point d’Es­crennes, près de l’en­trée de l’au­to­route A 19, leur ob­jec­tif n’était pas de blo­quer à tout prix. Du ma­tin au soir, ils ont fil­tré la cir­cu­la­tion des deux cô­tés du rond­point (di­rec­tion Or­léans et di­rec­tion Pi­thi­viers), ain­si que l’axe qui me­nait au péage.

Une ving­taine le ma­tin, puis une qua­ran­taine à mi­di, ils ont vu des ren­forts ar­ri­ver dans l’après­mi­di. L’am­biance était bon en­fant avec les au­to­mo­bi­listes, qui ne de­vaient pa­tien­ter que quelques mi­nutes avant de pou­voir pas­ser. Ex­cep­té bien sûr quelques mé­con­tents mais à la marge. Cer­tains conduc­teurs leur ont même ap­por­té de la nour­ri­ture ou don­né de l’ar­gent pour qu’ils aillent s’ache­ter de quoi man­ger. Hier soir, une par­tie des ma­ni­fes­tants était mo­ti­vée pour pas­ser la nuit sur place, et re­mettre le cou­vert ce di­manche.

PHO­TO ÉRIC MALOT

PHO­TO MA­RION BOISJOT

GIEN. Mo­bi­li­sa­tion au rond-point du Mc­Do où le bar­rage fil­trant était main­te­nu hier soir.

PHO­TO GAËLLE CAR­RÉ-VASSEUR

BRAY-SAINT AI­GNAN.Au rond-point de Tour­ne­bride, les gi­lets jaunes oc­cu­paient tou­jours le ter­rain, hier. Sur fond de co­lère, l’am­biance est res­tée fes­tive.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.