Pre­mier ré­veillon fran­çais de­puis 52 ans

Mi­chel Hu­ber, Ca­cien d’ori­gine, n’est pas ve­nu seul du Qué­bec…

La République du Centre (Dimanche) - - Agglo Orléans Vie Locale -

Cette fin d’an­née 2018 a eu une sa­veur par­ti­cu­lière : pour la pre­mière fois de­puis 52 ans, Mi­chel Hu­ber, Qué­bé­cois et fran­co-ca­na­dien na­tif du Loiret, a pas­sé le ré­veillon du Nou­vel an en fa­mille, sur le Vieux conti­nent qu’il a quit­té en 1967.

L’oc­ca­sion pour Ka­tia, l’une de ses trois en­fants, de faire dé­cou­vrir à ses deux fils (Ar­naud, 17 ans, et Loïc, 14 ans) leur se­conde pa­trie : car tous ont la double na­tio­na­li­té, ca­na­dienne et fran­çaise, puisque leurs at­taches fa­mi­liales se trouvent à Chécy, dans le quar­tier du fau­bourg Saint­Jean et de la rue Croix­Fau­chet, où leur grand­père est né en 1946.

Ka­tia n’était pas re­ve­nue à Or­léans de­puis 2003 : « J’ai eu un gros im­pact vi­suel avec la beau­té des fa­ çades ré­no­vées, plus de mo­der­ni­té aus­si avec la pré­sence du tram et l’ab­sence de voi­tures sur la place du Mar­troi. »

Ka­tia se sent « da­van­tage Qué­bé­coise ». Mais un re­tour dans le Loiret est « une fa­çon de se res­sour­ cer au sein de la fibre fa­mi­liale et d’y re­cueillir des élé­ments de culture de mon père ».

C’était une pre­mière pour Ar­naud : « C’est tout nou­veau et c’est im­pres­sion­nant de voir toute cette ar­chi­tec­ture. C’est vrai­ment très beau, en plus on mange très bien. C’est sur­pre­nant aus­si de voir le peu de dis­tance qu’il y a entre les villes ou vil­lages. C’est sûr je re­vien­drai ! »

Son frère Loïc est tout aus­si stu­pé­fait : « Je m’at­ten­dais à voir beau­coup plus de monde car la France a beau­coup d’ha­bi­tants et est toute pe­tite, alors que le Qué­bec est beau­coup plus grand et a beau­coup moins d’ha­bi­tants. J’avais hâte de dé­cou­vrir ma fa­mille. Je suis très fier d’être Fran­çais et sur­pris de voir comment les Qué­bé­cois sont très ap­pré­ciés ici. »

Lieux de jeu­nesse

Après être pas­sé à l’école du Fau­bourg­Saint­Jean (Chécy), au col­lège Ben­ja­min­Frank­lin (Or­léans) et à l’école Saint­Eu­verte, Mi­chel Hu­ber, au­jourd’hui re­trai­té après 31 ans pas­sés au ser­vice contrôle qua­li­té des pro­duits pé­tro­liers de la Shell­Ca­na­da, se dit « tou­jours ra­vi de re­ve­nir prendre l’air du pays et de faire dé­cou­vrir les lieux de ma jeu­nesse à mes en­fants et pe­tits­en­fants ». ■

C’est « une fa­çon de se res­sour­cer »

FA­MILLE. Mi­chel Hu­ber avec ses deux pe­tits-en­fants, Loïc et Ar­naud, et leur ma­man Ka­tia.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.