Châ­tillon cé­lè­bre­ra les 500 ans de l’ami­ral de Co­li­gny en 2019

2019 mar­que­ra le 500e an­ni­ver­saire de la nais­sance de l’ami­ral Gas­pard de Co­li­gny

La République du Centre (Loiret) - - La Une - Pas­cale Au­di­teau pas­cale.au­di­[email protected]­tre­france.com

L’un des en­fants les plus cé­lèbres de Châ­tillonCo­li­gny est l’ami­ral de Co­li­gny, l’une des vic­times du mas­sacre de la SaintBar­thé­lé­my.

La pe­tite ci­té de Châ­tillonCo­li­gny s’ap­prête à vivre de très riches heures l’an­née pro­chaine. Elle cé­lé­bre­ra en ef­fet le 500e an­ni­ver­saire de la nais­sance de l’un de ses en­fants les plus illustres, l’ami­ral Gas­pard de Co­li­gny.

Ce­lui­ci a vu le jour le 16 fé­vrier 1519 à Châ­tillon­sur­Loing (la ville a été re­bap­ti­sée Châ­tillon­Co­li­gny en 1896 pour la dif­fé­ren­cier de Châ­tillon­surLoire). Il se­ra as­sas­si­né lors de la Saint­Bar­thé­lé­my, dans la nuit du 23 au 24 août 1572.

Il va sans dire que les Amis du mu­sée, as­so­cia­tion pré­si­dée par Chan­tal Mar­tin, pré­parent ac­ti­ve­ment cette an­née ex­cep­tion­nelle. Dans ce mu­sée, qui mé­rite d’être dé­cou­vert, on re­trouve de très nom­breux té­moi­gnages de la pré­sence de la fa­mille Co­li­gny, d’Isa­belle de Mont­mo­ren­cy à Louise de Co­li­gny, fille de l’ami­ral. En se­condes noces, celle­ci épou­sa Guillaume d’Orange­Nas­sau. Leurs des­cen­dants règnent au­jourd’hui en­core sur les Pays­Bas.

Par­mi les Amis du mu­sée, Fran­çoise Che­va­lier, se­cré­taire de l’as­so­cia­tion, est la spé­cia­liste de cette fa­mille de la haute no­blesse fran­çaise. « Gas­pard de Co­li­gny était le troi­sième fils de la fra­trie. Il a été éle­vé à la cour ; c’était un ami d’en­fance du roi Hen­ri II. »

Comme le sou­ligne Fran­çoise Che­va­lier, à son époque, Gas­pard de Co­li­gny était le troi­sième per­son­nage de l’État. Sa mère, Louise de Mont­mo­ren­cy, avait adhé­ré aux idées de la Ré­ forme, tout comme l’un de ses frères. Sa femme, Char­lotte de La­val, en­tre­te­nait quant à elle une cor­res­pon­dance sou­te­nue avec Cal­vin. « On sait que c’est en 1560 que Co­li­gny est de­ve­nu à son tour pro­tes­tant », in­dique Fran­çoise Che­va­lier. « Il de­vien­dra le porte­pa­role des ré­for­més en France. »

Le 22 août 1572, alors qu’on s’ap­prête à cé­lé­brer à Pa­ris, le len­de­main, le mariage d’Hen­ri de Na­varre, fu­tur Hen­ri IV, avec Mar­gue­rite de Va­lois, soeur du roi, Co­li­gny est vic­time d’un pre­mier at­ten­tat. « Il est bles­sé à la main et Charles IX le fait alors soi­gner par Am­broise Pa­ré. Le jour du mariage, des émeutes éclatent. C’est la Saint­Bar­ thé­lé­my : Co­li­gny est poi­gnar­dé chez lui, rue de Bé­thi­zy, et dé­fe­nes­tré », re­late en­core Fran­çoise Che­va­lier.

Se­lon les té­moins de l’époque, l’ami­ral était un homme d’un cha­risme ex­cep­tion­nel, qui avait un fort as­cen­dant sur le roi. Ce qui lui a peut­être coû­té la vie.

Au­jourd’hui, à Châ­tillon­Co­li­ gny, il reste de lui une tombe conte­nant quelques frag­ments de corps (sont­ce réel­le­ment les siens ?) dans le parc du châ­teau, l’oran­ge­rie, le donjon, et de nom­breux et in­té­res­sants do­cu­ments au mu­sée.

Ce­lui­ci vient d’être ré­no­vé et les vi­si­teurs le dé­cou­vri­ront avec un nou­vel oeil en 2019. La date de ré­ou­ver­ture est fixée au 31 mars.

Un pro­gramme la­bel­li­sé par la Ré­gion

Un très beau pro­gramme cultu­rel a été éta­bli (lire ci­des­sous) pour fê­ter cette ré­ou­ver­ture et l’an­ni­ver­saire de Gas­pard de Co­li­gny. Un pro­gramme d’ailleurs la­bel­li­sé par la ré­gion Centre­Val de Loire dans le cadre du pro­gramme « 500 ans de Re­nais­san­ceS ».

As­sas­si­né dans la nuit du 23 au 24 août 1572

HIS­TO­RIENNE. Au sein de l’as­so­cia­tion, Fran­çoise Che­va­lier est la spé­cia­liste de la fa­mille Co­li­gny.

AS­SO­CIA­TION. Chan­tal Mar­tin est la pré­si­dente des Amis du mu­sée.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.