Coup d’en­voi de la sai­son de l’OLB, ce soir, contre Évreux au pa­lais des sports

■ Or­léans Loi­ret Bas­ket ­ ALM Evreux, ce soir, à 20 heures, au pa­lais des sports Après quatre mois et de­mi, la ProB re­prend pour les joueurs de l’OLB. Qui ont hâte d’être à l’entre-deux, ce soir.

La République du Centre (Orleans) - - La Une - Al­ban Gour­gousse al­ban.gour­gousse@cen­tre­france.com

Il y avait un pe­tit truc dans l’air. Un peu plus d’en­ga­ge­ment. Un peu plus de sou­rires, aus­si. Ils sont si près du but. Hier ma­tin, lors du der­nier en­traî­ne­ment, l’ex­ci­ta­tion des joueurs d’Or­léans Loi­ret Bas­ket était pal­pable.

Ce soir, le cham­pion­nat de ProB com­mence pour l’OLB. Quatre mois et de­mi après le der­nier match. C’était le 30 mai, au pa­lais des sports. Avec cette ter­rible dé­faite contre Rouen (85­86) et cette éli­mi­na­tion pré­coce en quart de fi­nale des playoffs. Kyle McA­lar­ney et Mar­cel­lus Som­mer­ville s’en sont al­lés. Et ce soir, c’est la nou­velle sai­son qui dé­bute. Ils ont donc hâte, ces joueurs de l’OLB. « Il y a beau­coup d’ex­ci­ta­tion mais j’es­père qu’il n’y en au­ra pas trop », pré­vient l’en­traî­neur, Ger­main Cas­ta­no, mé­fiant. « En plus de l’ad­ver­saire, parce qu’Evreux il faut s’en mé­fier, c’est le sur­plus d’adré­na­line et l’en­vie de bien faire qui sont des élé­ments qu’on croit maî­tri­ser et qu’on ne maî­trise pas vrai­ment. Et qui peuvent vrai­ment être né­fastes pour nous. De l’ex­ci­ta­tion, il y en a. Après, il ne faut pas qu’il y ait un sur­plus de mo­ti­va­tion. Fai­sons ce qu’on a fait sur la pré­pa­ra­tion, ça suf­fit lar­ge­ment. »

L’OLB est-il prêt ?

Cette pré­sai­son 2018­2019 a plus ré­pon­du aux at­tentes qu’elle n’a sou­le­vé de doutes : outre les 5 vic­toires ­ 5 dé­faites qui sont anec­do­tiques, c’est sur­tout dans le jeu et lors des der­niers matches que l’OLB a plu­tôt ras­su­ré. En at­taque, les Or­léa­nais se­ront cette sai­son sur les bases (éle­vées) de 20172018. En dé­fense, on sent qu’on a haus­sé le ton. Clai­re­ment. Mais, il fau­dra at­tendre les dé­pla­ce­ments à Lille, à Saint­Cha­mond ou à Roanne pour connaître vrai­ment le coeur de cette équipe. Ces matches se­ront ca­pi­taux si l’OLB veut mon­ter, évi­dem­ment.

Mais avant toutes ces ba­tailles, il faut dé­jà écar­ter Evreux, ce soir. L’OLB est­il prêt ? « On n’est pas prêt à 100 % », as­sène Coach Cas­ta­no. « Per­sonne ne l’est. Tout le monde va mon­ter pe­tit à pe­tit. Et j’es­père qu’on n’est pas au maxi­mum. Parce qu’il fau­dra mon­ter au fil des se­maines. » C’est un des pro­blèmes de la sai­son der­nière. L’OLB avait mar­ché sur l’eau jus­qu’à dé­cembre, mais n’avait pas pro­gres­sé en­suite.

L’en­traî­neur est néan­moins sa­tis­fait de la pré­pa­ra­tion de­puis août : « C’est pas mal. Fran­che­ment, on a fait 7 se­maines et de­mie de tra­vail. Ça a été long. Mais, je trouve qu’on a bien avan­cé dans le conte­nu. Les mecs ont été dis­ci­pli­nés. »

Et il fau­dra l’être ce soir face à une équipe d’Evreux qui a ga­gné deux matches sur quatre dans son groupe de Lea­ders Cup (avec Caen et Rouen). Ils joue­ront les quarts de fi­nale face à Nan­cy, d’ailleurs. « Ce soir, ça va être dif­fé­rent du match de Chartres (ga­gné 10996, mar­di). Il y au­ra un peu plus de dé­fense et de jeu po­sé. Il va fal­loir ré­pondre à leur du­re­té. Sur­tout à do­mi­cile parce qu’il n’est pas ques­tion de re­cu­ler. Le peu d’op­por­tu­ni­tés qu’on au­ra pour cou­rir, il fau­dra les prendre. Nous, on aime bien jouer vite. » Les sup­por­ters de l’OLB ne de­mandent que ça. ■

PHO­TO PAS­CAL PROUST

DÉ­TENTE. Gay­lor Cu­rier et les Or­léa­nais ont des four­mis dans les jambes avant d’at­ta­quer le cham­pion­nat, ce soir, face à Evreux.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.