Les ob­sèques de Fré­dé­ric Bru­neau au­ront lieu ven­dre­di

La République du Centre (Orleans) - - Loiret Faits Divers - Justice - A. C.

L’Or­léa­nais de 50 ans, mort égor­gé le 3 oc­tobre der­nier dans le quar­tier Saint-Paul, se­ra in­hu­mé ven­dre­di après une cé­ré­mo­nie qui se dé­rou­le­ra à 14 h 30 à l’église Saint-Laurent d’Or­léans.

« Fred était très connu à Or­léans, il était soi­gné pour un can­cer, avait été opé­ré, n’avait plus ses cordes vo­cales à la suite de son opé­ra­tion, ra­conte Pier­rette, pro­prié­taire du lo­ge­ment qu’il oc­cu­pait rue Gri­son, à Or­léans. Il pas­sait des heures à mar­cher, avec sa canne, il sou­riait, il ai­mait la vie… qui pour­tant ne l’a pas gâ­té. Il ne mé­ri­tait pas de fi­nir comme ce­la. Il était gen­til, ser­viable, ai­mait par­ler avec les gens de tous les mi­lieux. Il laisse une fille éplo­rée, Océane, et quatre pe­tits­en­fants », pré­cise­telle.

Se­lon Pier­rette, c’est le Ca­fé chré­tien qui s’est char­gé de l’or­ga­ni­sa­tion de la fu­ture cé­ré­mo­nie.

In­ter­pel­lé le week­end der­nier par la po­lice, le meur­trier pré­su­mé de Fré­dé­ric Bru­neau a été mis en exa­men et in­car­cé­ré lun­di 8 oc­tobre. Le pro­cu­reur de la Ré­pu­blique d’Or­léans a évo­qué une ba­garre sur fond d’al­cool « pour un mo­tif fu­tile » entre les deux hommes qua­li­fiés de « mar­gi­naux ». Ni l’un, ni l’autre n’étaient en re­vanche SDF.

Si l’au­teur du coup de cou­teau mor­tel a re­con­nu la ma­té­ria­li­té des faits, il a en re­vanche plai­dé la thèse de l’ac­ci­dent. ■

Un coup de cou­teau mor­tel

VIC­TIME. Fré­dé­ric Bru­neau était âgé de 50 ans.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.