Le ca­ba­ret s’in­vite O Bouche à Oreille

■ Un spec­tacle ins­pi­ré, en par­tie, de la vie de sa créa­trice, Arielle Thier­ry

La République du Centre (Orleans) - - Agglo Orléans Ouest -

Le monde du ca­ba­ret s’in­vite au res­tau­rant O Bouche à Oreille de La Cha­pelle, avec le spec­tacle The Grea­test wo­man show. Arielle Thier­ry, sa créa­trice, nous en dé­voile tous les se­crets.

De­puis le 30 no­vembre, le res­tau­rant Bouche à Oreille, à La Cha­pelle­Saint­Mes­min, pro­pose un spec­tacle aty­pique pla­cé sous le signe du ca­ba­ret, The Grea­test wo­man show. Une pro­duc­tion si­gnée Arielle Thier­ry, pro­fes­seur de danse et cho­ré­graphe. Sur scène, seize ar­tistes al­lient le ca­ba­ret et l’uni­vers du cirque. Ven­dre­di soir, plus de 150 per­sonnes ont as­sis­té à la pre­mière re­pré­sen­ta­tion.

Com­ment vous est ve­nue l’idée de cette nou­velle créa­tion ?

Je vou­lais faire rê­ver les gens. J’avais fon­dé un pre­mier ca­ba­ret, Pa­rad’isiaque, à Sa­ran. Il a fer­mé en 2011. À l’ori­gine, je don­nais des cours de danse dans ce lieu mais de­puis trois ans, je tra­vaille à l’ac­cueil du res­tau­rant O Bouche à oreille avec Yan­nick Welh, le gé­rant ac­tuel. Au mois de mai, après avoir vu le film The grea­test show­man, sor­ti dé­but 2018, il m’est ve­nu l’idée de mon­ter un nou­veau spec­tacle. J’ai alors été ins­pi­rée par cette his­toire de Phi­neas Tay­lor Bar­num qui, au dé­but du XIXe siècle, a in­ven­té le monde du show­bu­si­ness avec la femme à barbe, le géant, le nain, etc. Très peu de temps après, je suis al­lée au Pa­ra­dis la­tin, le cé­lèbre ca­ba­ret pa­ri­sien. J’ai été em­bal­lée et mo­ti­vée pour ré­écrire un scé­na­rio, re­la­tant l’uni­vers du ca­ba­ret. J’ai aus­si in­té­gré des per­son­nages aty­piques comme dans l’his­toire de M. Bar­num.

Com­ment avez-vous re­cru­té vos ar­tistes ?

Je suis res­tée en liai­son avec toutes les per­sonnes que je con­ nais­sais dans le ca­ba­ret d’avant, des chan­teurs, des dan­seurs, des acro­bates… C’est par­ti comme ça, on s’est dit “on va être quatre, six ou huit”. Au­jourd’hui nous sommes seize ar­tistes sur une scène, spé­cia­le­ment créée et amé­na­gée dans les lo­caux du res­tau­rant avec Yan­nick Welh, gé­rant ac­tuel du Bouche à Oreille. ■ Quel est le concept de ce spec­tacle ? Le show tourne au­tour de ma vie per­son­nelle. Ce­la a été un in­ves­tis­se­ment hu­main énorme. J’ai créé toutes les cho­ré­gra­phies. Le ca­ba­ret doit être mul­ti­ta­lent, c’est­à­dire être réa­li­sé avec des gens qui font aus­si bien du mime, du chant, de la danse, de la co­mé­die, de l’acro­ba­tie. Nous avons in­ves­ti 15.000 eu­ros dans les cos­tumes. De­puis juillet, nous nous sommes en­traî­nés tous les jours afin de pro­po­ser un spec­tacle ma­gique com­po­sé de vingt ta­bleaux sur une du­rée d’une heure et de­mie.

Quelles sont les mo­da­li­tés de pré­sen­ta­tion ?

Nous fonc­tion­nons en as­so­cia­tion avec Art et spec­tacle, struc­ture com­po­sée de 25 membres, tous pas­sion­nés. Nous nous pro­dui­sons à la de­mande. Le spec­tacle ne se fe­ra pas tous les week­ends, seule­ment en fonc­tion des be­soins ex­pri­més par les clients. Le Bouche à Oreille reste avant tout un res­tau­rant avec ses ani­ma­tions dan­santes et ses ka­rao­kés habituels. Le show du ca­ba­ret com­mence à 22 h 15. Des soi­rées spé­ciales pour­ront être or­ga­ni­sées. ■

➔ J’y vais. Pro­chains spec­tacles pré­vus les 8, 14 et 24 dé­cembre. Con­tact : O Bouche à Oreille, 5 rue de la Chis­te­ra, à La Cha­pelle-SiantMes­min. Tél. : 06.40.19.46.66. Mail : ya­la­[email protected] Fa­ce­book : O Bouche à Oreille.

RÊVE. The Grea­test wo­man show, un spec­tacle au­da­cieux dans le­quel des per­son­nages aty­piques croisent des créa­tures de rêve.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.