Des do­léances ex­pri­mées

■ Deux ca­hiers ont été ins­tal­lés à la mai­rie et au CCAS

La République du Centre (Orleans) - - Val De Loire Vie Locale -

De­puis le 10 dé­cembre, les Mag­du­nois ont la pos­si­bi­li­té de s’ex­pri­mer dans deux ca­hiers de do­léances. Une consul­ta­tion qui fait suite au mou­ve­ment des gi­lets jaunes.

Àl’ap­pel des as­so­cia­tions des maires ruraux et des pe­tites villes de France, une consul­ta­tion des ci­toyens a été mise en place par la mu­ni­ci­pa­li­té de Meung­sur­Loire, à l’ins­tar de nom­breuses com­munes de l’Hexa­gone.

De­puis le 10 dé­cembre, les Mag­du­nois ont la pos­si­bi­li­té de s’ex­pri­mer dans deux ca­hiers de do­léances. Le pre­mier est ou­vert dans le hall de la mai­rie, le se­cond au centre com­mu­nal d’ac­tions so­ciales (CCAS).

Cette consul­ta­tion fait suite au mou­ve­ment « Gi­lets jaunes » et une tren­taine de Mag­du­nois n’ont pas at­ten­du le grand dé­bat na­tio­nal vou­lu par le pré­sident de la Ré­pu­blique pour ré­di­ger quelques re­ven­di­ca­tions dans le ca­hier, dis­po­nible en mai­rie.

De nom­breux textes de Mag­du­nois ac­tifs traitent du pou­voir d’achat : sup­pres­sion de taxes, aug­men­ta­tion des sa­laires. Quant aux re­trai­tés, ils re­ven­diquent la sup­pres­sion pure et simple de la CSG et l’in­dexa­tion de leurs re­traites sur le coût de la vie. In­dem­ni­tés et train de vie des di­ri­geants po­li­tiques sont cri­ti­qués ain­si que le ton adop­té vis­à­vis des Fran­çais : « Il faut faire at­ ten­tion à ne pas mé­pri­ser le peuple ».

« Vous êtes une cour­roie de trans­mis­sion es­sen­tielle entre les ad­mi­nis­trés et l’exé­cu­tif par­fois de­ve­nu sourd à notre bon sens pay­san », es­time l’an­tenne de Meung­sur­Loire du col­lec­tif des pe­tits pa­trons et ar­ti­sans. « À notre pe­tite échelle, nous pre­nons des risques tout au long de notre car­rière : risque d’en­tre­prendre, de nous en­det­ter, de sto­cker, d’em­bau­cher, et de faire face à toutes les contraintes ad­mi­nis­tra­tives et comp­tables. »

« Sur le dos des contri­buables »

Le col­lec­tif s’in­surge contre la taxe Ca­hu­zac ins­tau­rée en jan­vier 2013, « taxe in­sup­por­table, in­sou­te­nable pour les mil­lions de gé­rants ma­jo­ri­taires de SARL que nous sommes : la sou­mis­sion de nos mo­destes di­vi­dendes aux co­ti­sa­tions so­ciales », et de­mande la sup­pres­sion pure et simple de cette taxe confis­ca­toire.

« Je crains fort que toutes les do­léances, ex­pri­mées ici et là, res­tent lettres mortes. Nos po­li­ti­ciens de tous bords conti­nuent et conti­nue­ront à se goin­frer sur le dos des contri­buables », ex­prime ce Mag­du­nois en co­lère avant de dé­non­cer les in­éga­li­tés criantes, que l’on soit de la France d’en haut ou de celle d’en bas : « La France d’en bas et des ter­ri­toires existe et veut vivre di­gne­ment ». ■

RE­VEN­DI­CA­TIONS. Les deux ca­hiers sont en­core ou­verts aux Mag­du­nois, sou­cieux d’ex­pri­mer leurs do­léances.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.