H

La Revue des Collectivités Locales - - Grand Prix 2016 -

ague­nau est une ville spor­tive. Trente clubs sportifs sont re­pré­sen­tés dans cette ville de 35 000 ha­bi­tants, qui compte 12 000 sco­laires de­puis le cycle pri­maire jus­qu’aux étu­diants qui fré­quentent ses ins­tal­la­tions spor­tives. Pour ré­pondre à cette de­mande, la ville a mis en place une politique d’équi­pe­ment as­sez im­por­tante. Le der­nier en date, l’es­pace spor­tif Sé­bas­tien Loeb, un équi­pe­ment fonc­tion­nel et po­ly­va­lent construit en plein centre-ville, à proxi­mi­té d’un col­lège et d’un ly­cée, tous deux dé­pour­vus de gym­nase. « Les be­soins des jeunes ly­céens et col­lé­giens dans leur ap­pren­tis­sage, ad­di­tion­nés aux be­soins iden­ti­fiés par la ville pour les clubs sportifs, ont conduit la mu­ni­ci­pa­li­té, le dé­par­te­ment et la région à ima­gi­ner en­semble de nou­vel équi­pe­ment spor­tif », ex­plique Claude Stur­ni, le dé­pu­té-maire de la ville. Sans la mu­tua­li­sa­tion de cet équi­pe­ment, il est pro­bable que la ville au­rait dû dé­bour­ser des sommes très im­por­tantes et sans doute re­voir l’en­ver­gure du pro­jet. Son coût : 8,3 mil­lions d’eu­ros, fi­nan­cés par la ville (3 M€), la région Al­sace (2,7 M€) et le dé­par­te­ment du Bas-Rhin (2,6 M€). C’est la ville qui en a as­su­ré la maî­trise d’ou­vrage tout comme au­jourd’hui la ges­tion de l’équi­pe­ment qui re­lève de ses ser­vices. « Dans la conven­tion que nous avons mon­té avec la ville, le dé­par­te­ment et la région, fi­gurent l’ef­fort fi­nan­cier de cha­cune des par­ties pour l’in­ves­tis­se­ment ain­si que les mo­da­li­tés de contri­bu­tion aux frais de ges­tion », pour­suit M. Stur­ni. Un mon­tage exem­plaire pour un pro­jet ima­gi­né dans les an­nées 2010.

Un site contraint

Ce pro­jet a été réa­li­sé en centre-ville, sur un fond de par­celle, une vé­ri­table contrainte en termes d’em­prise au sol. C’était la pre­mière exi­gence de la ville, la deuxième étant la com­pa­ci­té de l’en­semble. D’où une vraie ré­flexion pour op­ti­mi­ser les sur­faces. Les ar­chi­tectes ont alors joué la carte de la den­si­té.

Tous les es­paces sont uti­li­sés sans ja­mais sa­cri­fier l’as­pect fonc­tion­nel afin d’au­to­ri­ser la pratique des di­vers sports dans le res­pect des condi­tions par­ti­cu­lières de cha­cun. La lo­ca­li­sa­tion des salles entre elles, les axes de cir­cu­la­tion ont été op­ti­mi­sés. L’es­pace spor­tif Sé­bas­tien Loeb est ain­si consti­tué de trois salles po­ly­va­lentes, dont la plus grande peut ac­cueillir 600 spec­ta­teurs et ré­pond aux normes des com­pé­ti­tions na­tio­nales de handball. Un sport en pointe à Ha­gue­nau. L’orien­ta­tion nord-sud du gym­nase per­met d’évi­ter l’éblouis­se­ment lié au rayon­ne­ment so­laire, dont on sait qu’il est dif­fi­cile de se pro­té­ger ef­fi­ca­ce­ment si le bâ­ti­ment est mal orien­té. Le hall ac­cueille le bar et la billet­te­rie dans un vo­lume pro­lon­gé par la salle mul­ti­sports.

La cir­cu­la­tion d’ac­cès aux gra­dins forme un es­pace ani­mé pro­pice aux ac­tions de com­mu­ni­ca­tion des clubs, et offre au pu­blic une dé­am­bu­la­tion agréable, avant, pen­dant et après les évé­ne­ments sportifs.

À l’es­pace du hall s’est gref­fée une vaste ga­le­rie de cir­cu­la­tion des sportifs, don­nant un ac­cès im­mé­diat aux trois salles, aux ves­tiaires et aux an­nexes. L’ac­cès au bâ­ti­ment se fait par un che­mi­ne­ment pié­ton, pra­ti­cable par une pous­sette ou un fau­teuil rou­lant. Un gui­dage au sol a été pré­vu pour les per­sonnes non ou mal­voyantes, tan­dis qu’un as­cen­seur fa­ci­lite l’ac­cès aux tri­bunes. Une boucle ma­gné­tique a été po­si­tion­née dans les tri­bunes pour les dé­fi­cients au­di­tifs.

Le per­for­mance éner­gé­tique re­cher­chée

La re­cherche de la per­for­mance éner­gé­tique im­pli­quait l’uti­li­sa­tion de ma­té­riaux à forte iner­tie cou­plée à une iso­la­tion de forte épais­seur. Le bâ­ti­ment ré­pond au la­bel Ef­fi­ner­gie plus. Donc un bâ­ti­ment étanche à l’air, su­ri­so­lé et équi­pé d’une cen­trale de trai­te­ment de l’air double flux. Son avan­tage, elle per­met de pré­chauf­fer l’air d’en­trée en hi­ver et de ra­fraî­chir, avec l’air am­biant, l’air d’été. « Nous avons vou­lu mettre l’ac­cent sur la per­for­mance de ce bâ­ti­ment, no­tam­ment parce qu’un gym­nase de cette taille, plus de 4 000 m2, consomme beau­coup d’éner­gie. Il nous pa­rais­sait im­por­tant de mon­trer à nos conci­toyens que les mé­thodes de construc­tion du 21e siècle ont évo­lué. Cet équi­pe­ment est la preuve que l’on peut faire de beaux pro­jets, plus sobres, beau­coup plus per­for­mants sur le plan éner­gé­tique », pré­cise le dé­pu­té-maire Claude Stur­ni. Pour le chauf­fage du bâ­ti­ment, la mu­ni­ci­pa­li­té a sou­hai­té re­lier le centre spor­tif à la chauf­fe­rie com­mu­nale au bois, tout comme les autres équi­pe­ments com­mu­naux du sec­teur.

C’est aus­si dans le style que la ville a sou­hai­té don­ner à cet équi­pe­ment une di­men­sion par­ti­cu­lière. Il était im­pé­ra­tif d’as­su­rer son at­trac­ti­vi­té dans le pay­sage ur­bain dé­jà char­gé. « Rap­pe­lons que l’équi­pe­ment se trouve en fond de par­celle. L’en­ve­loppe est sobre. Nous avons donc dé­ci­dé d’in­tro­duire des élé­ments d’ap­pel de­puis la rue », ex­plique l’ar­chi­tecte Émile Mon­not du ca­bi­net De­nu et Pa­ra­don Ar­chi­tectes. Le ré­sul­tat est im­pres­sion­nant. Le bâ­ti­ment se dis­tingue par un auvent sur­di­men­sion­né de cou­leur orange, donc vi­sible de­puis la rue. Cette dalle co­lo­rée, por­té par de minces po­teaux, abrite un vaste préau et fait fonc­tion de si­gnal qui ap­pelle et guide le pu­blic vers l’in­té­rieur. Cet équi­pe­ment, inau­gu­ré le 30 mai 2015, était la der­nière étape du pro­gramme de trans­for­ma­tion de ce quar­tier de la ville dé­mar­ré dix ans au­pa­ra­vant. •

Claude Stur­ni, maire d’Ha­gue­nau.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.