Au­cune an­nu­la­tion d’évé­ne­ment pu­blic à Rennes

Cy­rille Mo­rel, conseiller mu­ni­ci­pal dé­lé­gué à la sé­cu­ri­té des évé­ne­ments

La Revue des Collectivités Locales - - Dossier -

Pour les évé­ne­ments ef­fec­tués sur notre es­pace pu­blic, nous avons fait le choix de ne pas mo­di­fier la vie des Ren­nais avec l’idée que toutes les ma­ni­fes­ta­tions de­vaient être pé­ren­ni­sées. Ty­pi­que­ment, juste après la sur­ve­nance de l’at­ten­tat du 13 no­vembre 2015 à Pa­ris, nous avons dé­ci­dé de main­te­nir les Trans Mu­si­cales, en plus d’un fes­ti­val de mu­sique réunis­sant 7 000 per­sonnes, et d’un autre fes­ti­val axé sur les bars de la ville, les trois se dé­rou­lant en même temps. Nous avions dé­jà des dis­po­si­tifs de se­cours mis en place pour la sû­re­té, mais nous avons en sup­plé­ment ef­fec­tué un vé­ri­table tra­vail de pé­da­go­gie au­près des dif­fé­rents or­ga­ni­sa­teurs des ma­ni­fes­ta­tions afin que nous soyons vrai­ment rac­cords sur la vi­gi­lance et la sé­cu­ri­té. Sur la fouille, la vé­ri­fi­ca­tion des vê­te­ments et la réa­li­sa­tion de pa­trouilles de sur­veillance en amont des évé­ne­ments no­tam­ment. Il est vrai que nous étions moins re­gar­dants et pres­sants sur ce genre de con­signes au­pa­ra­vant. Par contre, nous ne comp­tons pas for­cé­ment sur la vi­déo­sur­veillance qui est, à Rennes, un dis­po­si­tif de pré­ven­tion de la dé­lin­quance, mais qui n’est pas adap­té pour nos fes­ti­vi­tés pu­bliques. En termes de sur­coût pour le ren­for­ce­ment de la sé­cu­ri­té, il n’a pas été si dé­me­su­ré car nous avions dé­jà éta­bli des me­sures im­por­tantes de pré­ven­tion des risques. Par exemple, pour un fes­ti­val ré­cent, la fac­ture sé­cu­ri­té n’a aug­men­té que de 4 000 € sur un bud­get ini­tial de 10 000 €.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.