PEQUIGNET AVIA­TEUR: PRENDRE DE L’ALTITUDE_________________

La Revue des Montres - - TECHNICS - PAR VIR­GI­NIA AU­BERT

« La vie des pi­lotes est entre leurs mains ; au­cune er­reur n’est per­mise. Seules en­du­rance et pré­ci­sion comptent, comme si le reste n’avait au­cune im­por­tance. » C’est en par­tant de ce constat que la ma­nu­fac­ture de haute hor­lo­ge­rie fran­çaise Pequignet a dé­ve­lop­pé sa pre­mière montre Avia­teur, qui trouve sa place au sein de la col­lec­tion Homme. Mi­sant sur la di­ver­si­té, celle-ci ras­semble des garde-temps élé­gants, clas­siques, spor­tifs et dé­sor­mais mi­li­taires. Au dé­but du XXE siècle, l’ap­pa­ri­tion de l’avia­tion a un im­pact im­por­tant sur l’hor­lo­ge­rie en im­po­sant la montre-bra­ce­let. Très vite, celle-ci de­vient le sym­bole de l’homme d’ac­tion et de l’es­prit pion­nier, mo­derne et aven­tu­rier. La fin de la Pre­mière Guerre mon­diale est mar­quée par l’âge d’or de l’avia­tion. Re­ve­nus à la vie ci­vile, de nom­breux pi­lotes s’es­sayent à la vol­tige ou aux raids. C’est aus­si l’époque des grands ex­ploits avec la tra­ver­sée de l’at­lan­tique par Charles Lind­bergh, en 1927. C’est dans ce contexte que des liens étroits com­mencent à se tis­ser entre l’hor­lo­ge­rie et l’avia­tion en quête d’ins­tru­ments de bord plus fiables et plus pré­cis.

Un de­si­gn ra­cé

Pour son mo­dèle Avia­teur, Pequignet s’est ins­pi­ré du de­si­gn clas­sique des montres de pi­lotes très pri­sées à la fin des an­nées 1930, tout en y ajou­tant une fonc­tion­na­li­té et une fia­bi­li­té in­faillibles. La montre, équi­pée d’un mé­ca­nisme au­to­ma­tique, ar­bore un grand gui­chet de date si­tué sur le ca­dran à 3 h, clin d’oeil aux an­ciens ins­tru­ments aé­ro­nau­tiques. Les ai­guilles de type avia­teur et les in­dex trai­tés Lu­mi­no­va offrent une ex­cel­lente li­si­bi­li­té, élé­ment es­sen­tiel pour les pi­lotes. Le ca­dran se dé­cline en trois ver­sions : noir mat ou bleu avec in­dex et ai­guilles blanches, ou noir avec in­dex et ai­guilles cou­leur sa­fa­ri. Le boî­tier, d’un dia­mètre de 42 mm et étanche jus­qu’à 100 mètres, est pro­po­sé en acier ou en acier trai­té DLC noir qui vient en­core sou­li­gner le de­si­gn ra­cé du mo­dèle. Agré­men­tée d’un logo fleur de lys as­sor­ti au boî­tier, chaque montre est do­tée d’une cou­ronne hé­li­coï­dale, dont la forme est di­rec­te­ment ins­pi­rée des hé­lices des avions de la Se­conde Guerre mon­diale. Pour sa pre­mière montre Avia­teur, Pequignet joue avec élé­gance sur l’es­prit vin­tage, en as­so­ciant des bra­ce­lets en toile Cor­du­ra noir ou en veau cou­leur sa­fa­ri ou bleu.

LES LIENS UNIS­SANT L’HOR­LO­GE­RIE

À L’UNI­VERS AÉ­RO­NAU­TIQUE SONT LÉ­GION. ET LA MAI­SON

PEQUIGNET EN TISSE UN NOU­VEAU AVEC SA PRE­MIÈRE

MONTRE AVIA­TEUR.

PÉ­QUI­GNET AVIA­TEUR : BOÎTE DE 42 MM DE DIA­MÈTRE – ÉTAN­CHÉI­TÉ À 100 MÈTRES – 3 DÉ­CLI­NAI­SONS DE CA­DRAN : NOIR MAT OU BLEU AVEC IN­DEX ET AI­GUILLES BLANCHES, OU NOIR AVEC IN­DEX ET AI­GUILLES COU­LEUR SA­FA­RI – COU­RONNE HÉ­LI­COÏ­DALE – CA­LIBRE SII NH35 24 RU­BIS...

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.