AND THE WINNER IS…

La Revue des Montres - - RDM / SOMMAIRE -

«Vic­toire» de Wins­ton Chur­chill

La « Montre Vic­toire » de Wins­ton Chur­chill a été ven­due 485 000 £, soit plus de 700 000 eu­ros, par So­the­by’s Londres, en sep­tembre der­nier. Une pièce d’ex­cep­tion com­man­dée pour l’an­cien Pre­mier Mi­nistre bri­tan­nique et que ce der­nier ché­ris­sait. Par Kar­men Krü

Pré­sen­tée aux en­chères par So­the­by’s, le 22 sep­tembre 2015 à Londres, la « Montre Vic­toire » com­man­dée spé­ci­fi­que­ment pour Wins­ton Chur­chill a été ad­ju­gée 485 000 livres (725 000 francs), soit huit fois son es­ti­ma­tion basse. Conçue par l’hor­lo­ger ge­ne­vois Louis Cot­tier, cette pièce fait par­tie des quatre montres Agas­siz, avec mou­ve­ment World Time, réa­li­sées pour re­mer­cier les di­ri­geants al­liés à la fin de la Se­conde Guerre mon­diale de les avoir li­bé­rés des Na­zis. Les trois autres garde-temps étaient res­pec­ti­ve­ment des­ti­nés à Charles de Gaulle, Jo­seph Sta­line et Har­ry Tru­man. Cette montre en or s’avère non seule­ment un re­mar­quable chef-d’oeuvre d’hor­lo­ge­rie, mais elle re­pré­sente éga­le­ment un té­moi­gnage his­to­rique, un sym­bole de cou­rage. Sur le ca­dran, on peut voir saint Georges qui perce de sa lance le ser­pent, et l’ai­guille des heures sty­li­sée en forme de trident. Le fond re­pré­sente une carte du monde et est gra­vé d’un V ma­jus­cule, pour Vic­to­ry (la Vic­toire), et le nom de Chur­chill.

Au ca­dran, saint Georges ter­ras­sant le ser­pent. Au dos, une carte du monde et le V de «Vic­to­ry».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.