L’his­toire des vi­gnobles

Les grands vi­gnobles tels que nous les connais­sons ac­tuel­le­ment sont le ré­sul­tat d’une très longue his­toire, d’abord géo­lo­gique, puis so­ciale et po­li­tique. Une his­toire de commerce et de na­vi­ga­tion aus­si, où les grands per­son­nages ont joué un rôle.

La Revue du Vin de France - - SOMMAIRE - Jé­rôme Bau­douin par

Une épo­pée où l’on croise un au­teur romain, un em­pe­reur franc, un moine bour­gui­gnon, le né­goce an­glais, des ma­rins hol­lan­dais...

Comme tous les grands mys­tères, la nais­sance du vin se perd dans l’his­toire de l’hu­ma­ni­té. Qui fut le pre­mier homme à construire la roue, à pé­trir le pain ou à vi­ni­fier des rai­sins ? On ne le sau­ra ja­mais. Des in­dices existent néan­moins, pous­sières de mé­moire sau­vées de l’ou­bli par des ar­chéo­logues scru­pu­leux. Des pé­pins fer­men­tés, vieux de 9 000 ans, re­trou­vés au mi­lieu des ruines d’un vil­lage néo­li­thique, dans le sud-est de la Tur­quie. D’autres, plus an­ciens en­core, dé­cou­verts aux confins de l’ac­tuelle Géor­gie. C’est bien peu, mais c’est dé­jà un monde qui s’ouvre.

Le vin naît avec la sé­den­ta­ri­sa­tion de l’homme, entre l’Eu­rope et l’Asie. Cer­tains his­to­riens le voient ap­pa­raître dans le sud du Cau­case. D’autres, peut-être plus ins­pi­rés par le mythe de Noé, sur les contre­forts du Mont Ara­rat, où se se­rait échoué l’arche du pa­triarche. Qu’im­porte : de tout temps, le rai­sin, grâce à sa concen­tra­tion en sucre, est l’un des rares fruits à fer­men­ter na­tu­rel­le­ment. Il n’y a dès lors qu’un pas pour imaginer un go­be­let en pierre rem­pli de rai­sin, ou­blié au so­leil, et qui com­mence à trans­for­mer son jus en vin. Un homme le boit et l’hu­ma­ni­té dé­couvre le vin, rencontre le pou­voir trans­gres­sif de l’ivresse. L’un ne va pas sans l’autre.

Néan­moins, si nous res­tons vis­cé­ra­le­ment at­ta­chés au vin, c’est peut-être que le lien in­time que nous tis­sons avec lui dé­passe le simple cadre de la bois­son al­coo­li­sée. La bière, in­ven­tée presque en même temps, ne par­vien­dra ja­mais à éta­blir cette re­la­tion sym­bo­lique que l’homme noue avec le vin. N’offre-t-il pas à nos yeux la cou­leur du sang, donc de la vie ?

Très tôt dans son his­toire, le vin pour­suit deux che­mins pa­ral­lèles. Ce­lui du sa­cré, car on le re­trouve dans

Vé­ri­table em­blème du vi­gnoble bour­gui­gnon, le châ­teau du Clos de Vou­geot a été ac­quis au dé­but du XIIe siècle par les cis­ter­ciens, ins­tal­lés à une di­zaine de ki­lo­mètres, à l’ab­baye de Ci­teaux. Le lien entre les moines et le vin en Bour­gogne res­te­ra in­tense jus­qu’à la Ré­vo­lu­tion fran­çaise.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.