sa­voIe

Dans une France vi­ti­cole en mou­ve­ment, ce vi­gnoble sin­gu­lier et long­temps igno­ré fait fi­gure de ré­vé­la­tion.

La Revue du Vin de France - - SOMMAIRE - Pier­rick Jé­gu par

Une ré­gion sur la bonne pente

Si la France de­meure l’une des contrées vi­ti­coles les plus pas­sion­nantes au monde, ce n’est pas parce qu’elle se classe par­mi les pre­miers pro­duc­teurs en vo­lume, mais bien pour la di­ver­si­té ex­tra­or­di­naire de ses ter­roirs et de ses vins. N’y voyez au­cun chau­vi­nisme : à l’ex­cep­tion no­table de l’Ita­lie, au­cun pays ne peut s’en­or­gueillir d’une pa­lette aus­si large. Et si l’Hexa­gone vi­ti­cole de­meure riche de ses grandes ré­gions qui ont fait, et font tou­jours, sa ré­pu­ta­tion, c’est aus­si au­près de ses vi­gnobles plus confi­den­tiels qu’il puise son dy­na­misme et son in­com­pa­rable va­rié­té.

Ain­si, une ap­pel­la­tion comme Irou­lé­guy abrite des vi­gne­rons for­mi­dables ; la Corse dé­montre de millé­sime en millé­sime le ta­lent de ses pro­duc­teurs et le po­ten­tiel de ses ter­roirs ; le Ju­ra épate le lan­der­neau des ama­teurs de vins et même au-de­là ; et la Sa­voie connaît une vé­ri­table ré­vo­lu­tion.

Long­temps, sans autre rai­son qu’une re­la­tive proxi­mi­té géo­gra­phique, la presse et l’édi­tion spé­cia­li­sée ont ran­gé ces deux der­nières dans le même cha­pitre. Mais cette pé­riode est ré­vo­lue. Le Ju­ra et la Sa­voie ont su se dis­tin­guer, mon­trer leur per­son­na­li­té unique, grâce à des vi­gne­rons qui se sont orien­tés vers tou­jours plus de qua­li­té, em­bras­sant no­tam­ment la cause du bio et de la bio­dy­na­mie. Ré­sul­tat : la Sa­voie est de plus en plus pré­sente sur les cartes des vins et sur les éta­gères des ca­vistes. Dans le sillage de grandes fi­gures, comme Michel Gri­sard puis Do­mi­nique Bel­luard ou Gilles Ber­lioz, des jeunes se sont ins­tal­lés avec de nobles am­bi­tions, sui­vis au­jourd’hui par une nou­velle gé­né­ra­tion très pro­met­teuse. Grâce à tous ces ac­teurs, on (re)dé­couvre des vins lo­caux mar­qués par une forte iden­ti­té.

Ces cu­vées doivent leur ca­rac­tère à la patte des pro­duc­teurs, à l’in­fluence de ter­roirs mon­ta­gnards (le cli­mat et l’al­ti­tude ap­portent fraî­cheur, flui­di­té et bu­va­bi­li­té) et à l’exis­tence de plus d’une ving­taine de cé­pages. Le ga­may ou la rous­sanne, connus ailleurs, trouvent ici des ex­pres­sions par­ti­cu­lières. D’autres cé­pages sont car­ré­ment des “ex­clu­si­vi­tés” lo­cales, qui font la sin­gu­la­ri­té du vi­gnoble sa­voyard : la mon­deuse ou le per­san, en rouge, la jac­quère, l’al­tesse ou le grin­get, en blanc.

À une époque où la Sa­voie se conten­tait de “bi­douiller” du vin mé­diocre pour abreu­ver les skieurs en sta­tion, La Re­vue du Vin de France ne vous au­rait pas conseillé la des­ti­na­tion. Mais au­jourd’hui, il est grand temps d’al­ler ar­pen­ter les routes des vins sa­voyards, d’em­prun­ter les che­mins buis­son­niers qui vous mènent à tu­toyer des cu­vées su­perbes dans les meilleurs do­maines, et à ad­mi­rer des pay­sages à cou­per le souffle.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.