L’heure de la bio­dy­na­mie

La Revue du Vin de France - - ÉDI­TO - DE­NIS SAVEROT di­rec­teur de la ré­dac­tion

De­puis plus de 90 ans, La Re­vue du vin de France tient avec dé­lec­ta­tion la chro­nique du beau vin. Vins de plai­sir, vins à boire entre amis, vins de con­ver­sa­tion, vins sé­rieux, vins de soif, vins à en­ca­ver de longues an­nées, vins ca­nailles, vins d’amour, le vo­ca­bu­laire est in­fi­ni. Et voi­là que ce foi­son­nant glos­saire s’en­ri­chit de termes nou­veaux, voi­là que pour la pre­mière fois en près d’un siècle, la bio­dy­na­mie fait la cou­ver­ture d’un nu­mé­ro de la Re­vue.

Il ne s’agit pas d’une to­cade, en­core moins d’une mode. C’est une vague de fond. De­main, le grand vin mais aus­si le vin de soif ne pour­ront plus être as­so­ciés aux trai­te­ments chi­miques des sols et des plantes. Il se­ra im­pos­sible de jus­ti­fier que, au nom de la lutte contre le mil­diou, des Pre­miers crus clas­sés bor­de­lais soient en­core trai­tés au fo­sé­tyl-alu­mi­nium. Qui se­ra fier de dé­bou­cher un Grand cru de Cham­pagne ou de Cha­blis is­su d’un ter­roir désher­bé au gly­pho­sate ?

Loin d’être un han­di­cap, l’avè­ne­ment du bio consti­tue le plus sûr pas­se­port pour l’ave­nir du vin. Tan­dis que souffle le vent fu­rieux de la glo­ba­li­sa­tion, par­tout en Eu­rope s’ex­prime un dé­sir d’en­ra­ci­ne­ment, d’ap­par­te­nance, une soif de na­tu­rel et d’au­then­ti­ci­té. Par leur his­toire, leur sin­gu­la­ri­té et leur ex­cel­lence, les vins fran­çais ou ita­liens, les crus de la Rio­ja comme de la val­lée du Rhin ont cette fa­cul­té, en plus du plai­sir qu’ils ap­portent, de res­ti­tuer cette har­mo­nie si re­cher­chée au­jourd’hui. À condi­tion qu’ils offrent à l’ama­teur une cer­taine pu­re­té.

Vous le ver­rez, la tour­née des vi­gne­rons bio­dy­na­mistes al­sa­ciens pré­sen­tée dans ce nu­mé­ro est riche d’en­sei­gne­ments. D’abord parce que l’Al­sace est au­jourd’hui la ré­gion la plus bio­dy­na­mique d’Eu­rope, et pro­ba­ble­ment du monde (seule l’ab­sence de sta­tis­tiques fiables en Amé­rique du Sud nous em­pêche de l’écrire ici). En­suite parce qu’en Al­sace comme dans la plu­part des ré­gions de France, ce sont sou­vent les vi­gne­rons et les vi­gne­ronnes les plus exi­geants qui se lancent sur la voie de la bio­dy­na­mie.

Au do­maine Zind-Hum­brecht, nous avons fait glis­ser entre nos doigts la terre fluide là où la griffe du trac­teur, il y a vingt ans, n’ex­hu­mait que de lourdes mottes com­pactes et sans vie. Nous avons her­bo­ri­sé aux cô­tés de Mau­rice Bar­thel­mé, du do­maine Al­bert Mann, qui dé­crit si bien com­ment la bio­dy­na­mie a res­ti­tué les notes de ber­ga­mote ca­rac­té­ris­tiques de son Grand cru Stein­gru­bler, des notes qui avaient dis­pa­ru dans le verre. C’était pas­sion­nant.

Bien en­ten­du, nous avons aus­si vou­lu éva­luer le goût du vin bio­dy­na­mique. Et c’est une su­perbe sé­lec­tion que rap­porte ici Ca­ro­line Furs­toss, cin­quante vins vi­brants qui ex­priment leur ter­roir avec pro­fon­deur et di­gni­té. Comme le rap­pelle Ed­dy Lei­berFal­ler, la bio­dy­na­mie ne règle pas tous les pro­blèmes, no­tam­ment face à la sé­che­resse qui pro­gresse. Mais elle donne confiance, nour­rit la cu­rio­si­té des hommes et ré­pond aux as­pi­ra­tions de cha­cun à un en­vi­ron­ne­ment et à des vins plus sains et na­tu­rels.

« DE­MAIN, LE VIN NE POUR­RA PLUS ÊTRE AS­SO­CIÉ AUX TRAI­TE­MENTS CHI­MIQUES DES SOLS ET DE LA PLANTE. »

Of­frez-vous le meilleur du vin sur ta­blette. Té­lé­char­gez La Re­vue du vin de France sur Apple Store, Google Play ou Ama­zon.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.