Cap­ter l’at­ten­tion des éco­liers, un sa­cré dé­fi

La Ruche - - La Une - JÉ­RÉ­MY TRUANT

De­puis la ren­trée, l’école de Lamothe a mis en place une mé­thode d’en­traî­ne­ment et de dé­ve­lop­pe­ment de l’at­ten­tion et de la concen­tra­tion, avec l’ins­truc­trice Anne Priot. Les pre­miers ré­sul­tats semblent po­si­tifs. Dé­cou­verte.

■ Les cinq sens, la pa­tience, les émo­tions, le se­cret du bon­heur. Ces quelques thé­ma­tiques ci­tées ici ne sont pas for­cé­ment au coeur du pro­gramme d’élèves fran­çais clas­siques en ma­ter­nelle ou en pri­maire. Mais à l’école de Lamothe, pour la pre­mière fois, ces su­jets sont abor­dés avec Anne Priot, ins­truc­trice de la mé­thode « L’at­ten­tion, ça marche », mise au point par Éline Snel (voir ci­contre).

La se­maine pas­sée avait lieu la der­nière des huit séances d’Anne Priot. Une ul­time ren­contre avec les 70 pe­tits La­mo­thois qui avait pour su­jet : ap­prendre à re­con­naître les mo­ments de bon­heur. As­sis par terre au­tour de l’in­ter­ve­nante, les en­fants ré­pondent à la vaste ques­tion « C’est quoi le bon­heur ? », « C’est quand on a des ham­bur­gers à la can­tine », ré­pond un jeune. Une pe­tite fille ajoute : « Moi c’est quand je me pose dans mon lit pour lire mon livre. » Le dé­but d’un échange construc­tif et de ré­flexion entre les élèves et l’ins­truc­trice.

« On est par­ti d’un constat gé­né­ral, re­trace le di­rec­teur de l’éta­blis­se­ment Do­mi­nique Va­che­lard. On n’ ar­rive de moins en moins à at­ti­rer l’at­ten­tion des élèves. Et nous sommes dé­mu­nis face à ce phé­no­mène, nous n’avons pas de for­ma­tion par­ti­cu­lière. » C’est ain­si que l’école de Lamothe a dé­ci­dé de faire ap­pel à Anne Priot.

Cette Lan­gea­doise, qui a sui­vi une for­ma­tion à l’AMT (« The in­ter­na­tio­nal Ac ade­myf or Mind­ful Tea­ching » : l’Aca­dé­mie in­ ter­na­tio­nale pour l’en­sei­gne­ment de la pleine conscience), ex­plique la dé­marche. « C’est un pro­gramme qui per­met aux en­fants de s’en­traî­ner à la concen­tra­tion par le biais de la pleine conscience : être at­ten­tif au mo­ment pré­sent. Les en­fants pra­tiquent la pleine conscience na­tu­rel­le­ment. En gran­dis­sant, ils gagnent en ma­tu­ri­té cé­ré­brale et d’es­prit, mais cessent d’uti­li­ser leur pré­cieuse dis­po­si­tion à être pré­sent. »

Tout au long des huit séances de 40 mi­nutes, dif­fé­rents thèmes sont abor­dés. « On com­mence tou­jours par une his­toire, dé­crit l’ins­truc­trice. Puis, un temps de pa­role où on échange et un pe­tit peu de yo­ga pour se dé­tendre… »

Les en­fants, qui ont entre 5 et 12 ans, sont­ils ré­cep­tifs ? « Au dé­but, ils trouvent ça bi­zarre bien sûr, ce n’est pas dans leurs ha­bi­tudes. Puis très vite, ça leur parle vrai­ment » , re­con­naît Anne Priot.

Des pre­miers ré­sul­tats dé­jà ob­ser­vés

De son cô­té, le di­rec­teur re­con­naît : « Cette mé­thode s’avère sa­tis­fai­sante. On ob­serve les pre­miers ré­sul­tats, même sur le ques­tion­ne­ment. Par exemple, les élèves se sont aper­çus que dire des gen­tillesses, c’est plus dif­fi­cile que dire des mé­chan­ce­tés, ça les fait ré­flé­chir. »

Des ré­sul­tats po­si­tifs sur les élèves mais éga­le­ment sur les en­sei­gnants. « Fi­na­le­ment, pour nous aus­si c’est un dis­po­si­tif de for­ma­tion, on a sui­vi toutes les séances » , ap­prouve en­fin le di­rec­teur.

Une mé­thode qui se­ra donc pra­ti­quée tout au long de l’an­née sco­laire, pour conti­nuer à dé­ve­lop­per l’at­ten­tion, la concen­tra­tion, la pa­tience, la bien­veillance et la to­lé­rance de l’en­fant.

« S’en­traî­ner à la concen­tra­tion par le biais de la pleine conscience »

Mar­di der­nier, avait lieu la der­nière séance avec Anne Priot (à droite) à l’école de Lamothe.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.