Trois vi­sages pour por­ter les voix

La Ruche - - Gilets Jaunes - MA­THILDE FONTÈS JÉ­RÉ­MY TRUANT

Ce mer­cre­di soir, comme la se­maine der­nière, les gi­lets jaunes s’étaient don­né ren­dez-vous à la Halle aux grains, avec deux ob­jec­tifs : l’élec­tion de porte-pa­roles et une réunion pu­blique.

■ Bien or­ga­ni­sés sur le ter­rain, voi­là main­te­nant que les gi­lets jaunes bri­va­dois–com­me­ceux de toute la France – se struc­turent. Ce mer­cre­di soir, avant la réunion pu­blique, ils ont élu, à bul­le­tin se­cret, trois porte­pa­roles, par­mi sept can­di­dats.

« Ce ne sont pas des chefs, pas des or­ga­ni­sa­teurs, juste des porte­pa­roles, ex­pli­quait en pré­am­bule, Loïc Laurent, porte­pa­role de­puis le dé­but du mou­ve­ment et can­di­dat ce soir­là. Les trois per­sonnes choi­sies se­ront en­suite ame­nées à élire trois porte­pa­roles au ni­veau dé­par­te­men­tal. Puis ces der­niers éli­ront quatre re­pré­sen­tants pour l’Au­vergne. À l’is­sue, nous au­rons donc un re­pré­sen­tant par dé­par­te­ment. Et là, plus de ré­duc­tion pos­sible. Si le Pré­sident veut par­ler aux gi­lets jaunes, nous se­rons 96 au ren­dez­ vous. Aus­si nom­breux, im­pos­sible de nous cor­rompre, im­pos­sible de nous faire peur. »

Quelque 254 ci­toyens « qui se sentent gi­lets jaunes » ont donc vo­té (*) et choi­si trois porte­pa­roles : Loïc Laurent ( avec 245 voix), To­ny Bar­ro­so (avec 129 voix) et Ju­lien Ver­niere (avec 120 voix).

Trois hommes qui se sont en­ga­gés. « J’es­saie­rai de por­ter au mieux votre pa­role et le plus haut pos­sible », a as­su­ré Loïc Laurent, pre­mier à prendre la pa­role. Et To­ny Bar­ro­so d’ajou­ter : « On va es­sayer de faire mon­ter vos voix. » Ju­lien Ver­nière lui, après avoir por­té le même mes­sage, a sou­li­gné « la belle so­li­dar ité qui règne au rond­point ».

Cha­cun est en­ga­gé à sa fa­çon. Il y a d’abord Loïc, « l’his­to­rique », qui était le créa­teur de l’évé­ne­ment du 17 no­vembre sur Fa­ce­book, plé­bis­ci­té mer­cre­di soir à l’an­nonce des ré­sul­tats. To­ny, lui, s’oc­cupe gé­né­ra­le­ment de l’or­ga­ni­sa­tion des convois vers Pa­ris, les sa­me­dis. « Nous re­par­tons d’ailleurs ce sa­me­di, pour ceux qui sont in­té­res­sés » , in­di­quait­il. Et en­fin, Ju­lien, pré­sent sur le rond­point et qui par­ti­cipe ré­gu­liè­re­ment aux ac­tions dé­lo­ca­li­sées. « J’aime ren­con­trer et par­ler avec les gens » , sou­li­gnait­il.

« Pas des chefs, juste des por­te­pa­roles »

Des ac­tions pré­vues sa­me­di

Au terme des élec­tions, les échanges ont por­té sur la suite des ac­tions, les idées… « Sa­me­di, il y au­ra des ac­tions. On nous re­proche de ne pas dé­cla­rer nos ma­ni­fes­ta­tions en pré­fec­ture. Sa­me­di, nous le fe­rons, sous le nom de “Col­lec­tif des gi­lets jaunes de Brioude”, ba­sé au rond­point de la Li­magne », iro­ni­sait Loïc Laurent en fin de réunion avant d’ajou­ter : « Si le mou­ve­ment s’ar­rête, je se­rai quand même un peu tr iste de quit­ter le rond­point ! ».

De­nis, qui fût porte­pa­role au dé­but du mou­ve­ment a te­nu à ajou­ter : « On fait des ren­contres ex­traor­di­naires. Si j’étais res­té dans mon ca­na­pé, je n’au­rai pas ren­con­tré tous ces amis. » La so­li­da­ri­té, les ren­contre et la convi­via­li­té. Des mots qui sont res­sor­tis sou­vent au fil d’une soi­rée qui a per­mis aux gi­lets jaunes bri­va­dois de conti­nuer à s’or­ga­ni­ser, tou­jours dans un état d’es­prit pa­ci­fiste…

(*) Cer­tains ont vo­té par pro­cu­ra­tion sur le rond-point de la Li­magne.

Plus de 250 gi­lets jaunes ont vo­té ce mer­cre­di soir.

TO­NY BAR­RO­SO. 30 ans, il est em­ployé à l’usine Ri­chesMonts de Brioude.

JU­LIEN VER­NIERE. 28 ans, il est ac­tuel­le­ment sai­son­nier agri­cole.

LOÏC LAURENT. Au chô­mage de­puis peu. Porte-pa­role de­puis le dé­but.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.