Point de vue de Guillaume Gam­blin : le Sy­tral pé­na­lise- t- il la so­li­da­ri­té ?

Le MAN- Lyon ( Mou­ve­ment pour une al­ter­na­tive non- vio­lente) a or­ga­ni­sé ré­cem­ment une ac­tion contre « le dé­lit de so­li­da­ri­té dans les TCL » qui a ras­sem­blé 300 per­sonnes à Bel­le­cour. Sur Fa­ce­book, l’évè­ne­ment a tou­ché 440 000 per­sonnes. Guillaume Gam­blin,

La Tribune de Lyon - - SOMMAIRE - GUILLAUME GAM­BLIN, MEMBRE DU MAN- LYON

Ac­tuel­le­ment, les ti­ckets de trans­ports en com­mun lyon­nais ne sont pas no­mi­na­tifs et sont va­lables pen­dant une heure. Ce­pen­dant le Sy­tral, or­ga­nisme ges­tion­naire des TCL, nous in­ter­dit de don­ner notre ti­cket à une autre per­sonne en sor­tant du bus, du tram ou du mé­tro. Pour­tant, lais­ser son ti­cket en­core va­lable à d’autres per­sonnes est pour beau­coup de Lyon­nais. e. s un ré­flexe de so­li­da­ri­té et un geste de lutte contre l’ex­clu­sion. Nous de­man­dons au Sy­tral de re­voir son rè­gle­ment et d’an­nu­ler au plus vite cette in­ter­dic­tion, pour au moins quatre rai­sons. Ab­surde. Qu’y a- t- il de mal à ce qu’un ti­cket pré­vu pour faire voya­ger une per­sonne du­rant une heure, fasse ef fect ive­ment voya­ger une per­sonne ( à la fois) pen­dant une heure ? Comment peut- on jus­ti­fier une telle in­ter­dic­tion au­tre­ment que par la re­cherche de re­cettes maxi­males pour le Sy­tral au dé­tri­ment des usa­gers et des usa­gères ? Ex­cluant. Le ta­rif des ti­ckets TCL est éle­vé et les p e r s on ne s qui peuvent dif­fi­ci­le­ment payer un dé­place- ment sont nom­breuses. Cette i n t e r - dic­tion en­tre­tient des lo­giques d’ex­clu­sion so­ciale. Le dé­pôt spon­ta­né de t ickets en­core va­lides à la sor­tie des mé­tros est un usage très po­pu­laire à Lyon. Il agit comme une bulle d’oxy­gène, une sou­pape pour de nom­breuses per­sonnes qui ont be­soin de se dé­pla­cer. Mal­sain. Cette in­ter­dic­tion en­cou­rage le re­pli sur soi, l’in­di­vi­dua­lisme et l’in­dif­fé­rence aux autres. Elle va à l’en­contre des va­leurs de so­li­da­ri­té et de vivre en­semble que pro­meut pour­tant le Sy­tral sur le ré­seau des TCL. On nous in­ter­dit de par­ta­ger, d’être so­li­daires, on cri­mi­na­lise de tels gestes. Cette in­ter­dic­tion dis­tille une idéo­lo­gie qui nous semble per­verse mo­ra­le­ment et so­cia­le­ment. Il semble que tous les in­ter­stices de gra­tui­té soient au­jourd’hui tra­qués pour étendre tou­jours plus l’hé­gé­mo­nie mar­chande.

Anti- éco­lo­gique. A l’heure où nous de­vons mettre l’ac­tion pour le cli­mat et contre la pol­lu­tion at­mo­sphé­rique au centre de nos po­li­tiques lo­cales, tout doit être fait pour en­cou­ra­ger l’usage des trans­ports doux et des trans­ports en com­mun. Or cette in­ter­dic­tion contri­bue à dis­sua­der cer­taines per­sonnes d’uti­li­ser les TCL. Un pas sup­plé­men­taire pour le cli­mat se­rait de mettre en place la gra­tui­té des trans­ports en com­mun, comme l’ont dé­jà fait avec suc­cès des villes comme Niort, Dun­kerque et Tal­linn ( ca­pi­tale de l’Es­to­nie, 400 000 ha­bi­tants). Lorsque ce qui est il­lé­gal est lé­gi­time, il de­vient juste de contre­ve­nir à la règle pour faire avan­cer le droit. C’est le res­sort de la déso­béis­sance ci­vile non- vio­lente de­puis Gand­hi et Lu­ther King. Par cette ac­tion à Bel­le­cour, nous as­su­mons le fait de dif­fu­ser ce mes­sage : « La so­li­da­ri­té n’est pas un dé­lit ! Je conti­nue­rai à don­ner mon ti­cket. » Le MAN se fait le re­lais d’une de­mande po­pu­laire : une pé­ti­tion lan­cée en 2017 contre ce dé­lit de so­li­da­ri­té avait re­cueilli 10 000 si­gna­tures. La page Fa­ce­book de notre évé­ne­ment a tou­ché 400 000 per­sonnes ! Nous avons fait une de­mande de ren­dez- vous au Sy­tral, res­tée sans ré­ponse. Gê­né par cette cam­pagne, le Sy­tral es­saie de com­mu­ni­quer sur le fait que cette règle a pour but de lut­ter contre les ré­seaux de tra­fic de ti­ckets. Mais l’in­ter­dic­tion de re­vendre un ti­cket usa­gé suf­fi­rait. Par ailleurs, les fa­milles im­pli­quées dans ces tra­fics souffrent elles aus­si d’un manque de so­li­da­ri­té et d’in­té­gra­tion de le part de la so­cié­té fran­çaise. Ne ra­jou­tons pas de l’ex­clu­sion à l’ex­clu­sion : ren­ver­sons plu­tôt la lo­gique pour vivre mieux en­semble à Lyon !

« Cette in­ter­dic­tion en­cou­rage le re­pli sur soi, l’in­di­vi­dua­lisme et l’in­dif­fé­rence aux autres. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.