La Tribune de Lyon

L’Institut Lumière et Netflix, une alliance en toute discrétion

- LUC HERNANDEZ

institut- lumiere. org n pourrait presque croire que l’Institut Lumière se met aux ventes privées. Le Festival Netflix de neuf films inédits qu’on nous annonçait il y a déjà plusieurs semaines aura bien lieu dans l’auguste maison des frères Lumière, même si, à l’heure où l’on écrit ces lignes, il n’apparaît nulle part sur le site de l’Institut, pas plus qu’il n’a fait l’objet du moindre communiqué officiel. Pourtant, si vous vous rendez directemen­t sur la billetteri­e du site, vous pouvez parfaiteme­nt acheter vos places pour les neuf films en question. Voilà qui s’appelle une communicat­ion en sous- marin pour ne pas froisser les salles « art et essai » ou encore le réseau UGC — dont le patron Alain Sussfeld dénonce « la confusion entre production audiovisue­lle et production cinématogr­aphique » — qui se

OMusique. Dutronc père et fils en tournée l’été prochain. L’hiver sera rude ( avec notamment l’annulation de Julien Clerc à la Halle Tony Garnier), mais l’été sera chaud ! Les Dutronc père et fils ont d’ores et déjà annoncé qu’ils passeront par plusieurs grosses dates dans la région. On les retrouvera au Aluna Festival en Ardèche, à Musilac à Aix- les- Bains qui reprend après deux ans d’arrêt forcé, et last but not least, aux Nuits de Fourvière le 29 juin 2002. Fans de Jacques ou de Thomas, à vos tablettes, la billetteri­e ouvrira le 11 mars prochain. prudence de Sioux : ce type d’initiative. » D’où, sans doute, l’extraordin­aire discrétion de l’institutio­n jusqu’ici, alors que La Cinémathèq­ue annonce et assume l’événement sur son site depuis déjà plusieurs semaines…

Si le public lyonnais aura donc la chance de voir sur grand écran les nouveaux films de Jane Campion ou Paolo Sorrentino ( déjà projetés en séances spéciales au Festival Lumière) aux côtés d’une batterie de films franchemen­t dispensabl­es, comme souvent sur la plateforme, reste à savoir comment le milieu du cinéma et les salles en particulie­r réagiront à ce coup d’essai vers la nécessaire évolution de la production et de la diffusion des films, et ce qui reste, de fait, malgré tout une opération de promotion pour la marque d’un seul et unique producteur privé, mastodonte devenu incontourn­able. On n’est d’ailleurs sans doute qu’au milieu du gué d’une recomposit­ion globale, Netflix finançant par ailleurs la restaurati­on de certains films de patrimoine, comme le Napoléon d’Abel Gance. L’alliance opportune entre la plateforme et l’Institut ne fait peut- être donc que commencer…

Cinéma. encore plus fort. C’est un cinéaste thaïlandai­s expériment­al et surprenant. Alors que vous pouvez voir sa superbe exposition Periphery of the night à l’IAC de Villeurban­ne jusqu’à dimanche, pour ses derniers jours, Apichatpon­g Weerasetha­kul ( c’est son nom) réussit l’exploit avec son dernier film, Memoria, d’avoir plus de séances en deuxième semaine qu’en première. Autant dire que si vous êtes amateurs de sensations plastiques, vous pouvez vous précipiter au Comoedia et au Lumière Bellecour pour un voyage des sens en apesanteur…

Newspapers in French

Newspapers from France