La Tribune de Lyon

Le blender pour pros

- DAVID GOSSART

Santos est une entreprise familiale de matériel innovant pour restaurant­s, hôtels et bars à jus, historique­ment implantée en région lyonnaise.

Créée en 1954 par André Fouquet pour produire des moulins à café, elle emploie toujours plus d’une quarantain­e de collaborat­eurs. D’abors installée rue Jeanne- d’Arc à Montchat ( Lyon 3e), la société a depuis déménagé à Vaulx- enVelin où elle fabrique ses produits sur place ce qui lui permet de leur garantir la labellisat­ion « long time » , et de fournir pendant au moins dix ans les pièces détachées. Santos était présente au récent salon profession­nel du Sirah, où elle présentait son dernier modèle de blender.

C’est le premier blender

La technologi­e brushless ( sans brosse)

Ce milieu de gamme

l’un des objectifs sera de continuer à faire croître l’incubateur, désormais présent dans huit départemen­ts auralpins. « Nous étudions des actions en Ardèche et en Haute- Loire pour estimer le potentiel, tout en réaffirman­t que nous n’avons pas vocation à sortir de la région » , détaille la nouvelle pilote. « En presque 9 ans, l’ESS aura en tout cas gagné des galons. Au début, on ne nous regardait pas du tout ! On était vus comme peu viables, peu crédibles » , note Enora. « Aujourd’hui, on nous prend au sérieux, la crise a dessiné un monde d’après… Qui ressemble beaucoup à l’ESS ! » , glisse malicieuse­ment Léna.

 ?? ?? de moyenne gamme de la marque, toujours destiné aux profession­nels de taille modeste, type bar à jus ou coffee shop.
se place autour de 930 euros, entre les produits à 350 euros et ceux à 1 300 euros.
lui permet d’être silencieux, et son moteur, basé sur un système magnétique plutôt qu’à base de friction, permet selon la marque de maintenir le besoin d’entretien au minimum.
de moyenne gamme de la marque, toujours destiné aux profession­nels de taille modeste, type bar à jus ou coffee shop. se place autour de 930 euros, entre les produits à 350 euros et ceux à 1 300 euros. lui permet d’être silencieux, et son moteur, basé sur un système magnétique plutôt qu’à base de friction, permet selon la marque de maintenir le besoin d’entretien au minimum.
 ?? ?? Lena Geitner et Enora Guerinel ( assises, de gauche à droite) transmette­nt le relais de Ronalpia à Josepha Poret ( debout), sans savoir de quoi leur avenir sera fait. Mais une chose est sûre, « ce sera dur de trouver un truc aussi canon ! »
Lena Geitner et Enora Guerinel ( assises, de gauche à droite) transmette­nt le relais de Ronalpia à Josepha Poret ( debout), sans savoir de quoi leur avenir sera fait. Mais une chose est sûre, « ce sera dur de trouver un truc aussi canon ! »

Newspapers in French

Newspapers from France