La Tribune

Les pistes de la NouvelleAq­uitaine pour enraciner les biotechnol­ogies sur son territoire

- Pierre Cheminade @PierreChem­inade

Lancé en mars 2020, le groupe de travail régional sur “la relocalisa­tion des activités pour l’industrie pharmaceut­ique” a rendu sa première copie. Derrière cette appellatio­n, se cache une partie de la future stratégie santé du conseil régional qui mettra l’accent sur le biosourcin­g et le soutien aux biotechnol­ogies. L’ENSTBB devrait y jouer un rôle central alors que tout le monde a en tête la trajectoir­e réussie de Treefrog Therapeuti­cs.

C’est du premier confinemen­t et de la prise de conscience cruelle des ruptures d’approvisio­nnement en produits de santé essentiels qu’est né ce groupe de travail régional. Piloté par Bernard Bégaud, professeur de pharmacolo­gie à l’université de Bordeaux, et Francis Carré, directeur industriel chez Sanofi, associe une quarantain­e d’acteurs publics et privés de Nouvelle-Aquitaine.

Après des mois de travaux, les deux pilotes ont effectué une première restitutio­n au conseil régional ce mardi 23 novembre.

”La relocalisa­tion d’industries de santé est un processus très lourd, très compliqué et très long”, pour ne pas dire illusoire, a très vite dissipé Francis Carré. “Il vaut mieux poursuivre

Les pistes de la Nouvelle-Aquitaine pour enraciner les biotechnol­ogies sur son territoire

une stratégie d’opportunit­és ponctuelle­s en fonction de la technologi­e ou du contexte macro-économique. Mais la priorité est de faire en sorte qu’un principe actif créé dans la région y reste parce qu’il y trouve toutes les ressources nécessaire­s. C’est particuliè­rement crucial pour les biotechnol­ogies”, insiste-t-il.

Déployer une stratégie d’enracineme­nt

La principale piste est donc, selon Francis Carré, ”d’ancrer durablemen­t les production­s de produits de santé sur le territoire”. Bernard Bégaud et son copilote défendent ainsi l’idée de structurer ”une plateforme technologi­que dédiée aux biotechnol­ogies et aux biomédicam­ents” en s’appuyant sur l’expertise reconnue de l’ENSTBB (École nationale supérieure de technologi­e des biomolécul­es de Bordeaux). Située sur le campus Carreire à Bordeaux et dirigée par Nobert Bakalara, elle dispose en effet d’outils et de savoir-faire très précieux en matière de biotechnol­ogies. Ses étudiants sont d’ailleurs très nombreux à avoir rejoint la pépite girondine Treefrog Therapeuti­cs qui est en passe de révolution­ner la production des cellules souches et est citée en exemple de réussite.

Fédérer largement acteurs publics et privés

”Dans le sillage d’Allis-NA, l’idée est donc d’élargir l’activité de transfert industriel de l’ENSTBB en lien avec d’autres centres universita­ires tels que l’IECB (Institut européen de chimie et biologie) à Pessac et les campus de de La Rochelle et Limoges”, résume Françoise Jeanson, la vice-présidente du conseil régional en charge de la santé. Des entreprise­s régionales dont Treefrog Therapeuti­cs, Merck, Bioluz, Sanofi, Lucine, DRT, Silab ou Elicit Plant seront également associées avec des enjeux de mutualisat­ion des outils de production mais aussi des compétence­s. Le tout en fédérant plus largement les acteurs publics et privés de la santé mais aussi du cosmétique et du domaine vétérinair­e.

”Ce qu’il faut bien comprendre, c’est qu’en matière de biotechnol­ogie il existe un principe de bio-équivalenc­e mais pas d’identité. Cela signifie que quand elles sont implantées quelque part, elles y restent. Cela signifie que ce sont des procédés peu délocalisa­bles ou relocalisa­bles. L’enjeu est de taille puisque “50 à 60 % des médicament­s seront demain d’origine biotechnol­ogique”, souligne Francis Carré.

Ce campus des biotechnol­ogies est une stratégie qui plaît bien à Alain Rousset, le président du conseil régional. Il juge ainsi indispensa­ble ”de conserver et industrial­iser nos innovation­s dans la région afin d’être leader dans l’indépendan­ce d’approvisio­nnement vis-à-vis de l’Asie et dans le bio-sourcing”. Car la recherche de produits, matériaux et molécules entièremen­t ou partiellem­ent fabriqués à partir de matières d’origine biologique est aussi érigée au rang de priorité.

 ?? ?? Alain Rousset et Françoise Jeanson, président et vice-présidente du conseil régional de Nouvelle-Aquitaine, avec Bernard Bégaud et Francis Carré, les deux copilotes du groupe de travail sur “la relocalisa­tion des activités pour l’industrie pharmaceut­ique”. (Crédits : PC / La Tribune)
Alain Rousset et Françoise Jeanson, président et vice-présidente du conseil régional de Nouvelle-Aquitaine, avec Bernard Bégaud et Francis Carré, les deux copilotes du groupe de travail sur “la relocalisa­tion des activités pour l’industrie pharmaceut­ique”. (Crédits : PC / La Tribune)
 ?? ??

Newspapers in French

Newspapers from France