Lorsque les mo­da­li­tés d’un trans­fert de tech­no­lo­gie ne nous conviennen­t pas, on ne fait pas. »

La Tribune Hebdomadaire - - ENTRETIEN -

co­or­di­na­tion de l’ac­tion de l’état est op­por­tun. Plus gé­né­ra­le­ment, il se­rait naïf de pen­ser qu’un bon environnem­ent di­plo­ma­tique trans­forme des pro­jets en contrats, mais il est clair qu’un environnem­ent di­plo­ma­tique fa­vo­rable aide à la concré­ti­sa­tion des bons pro­jets.

ce une des rai­sons de votre échec sur le TGV en Ara­bie saou­dite ?

Pas du tout. Nous avons fait une offre de qua­li­té. Nous avons fa­bri­qué plus de 700 trains à très grande vi­tesse. C’est très loin d’être le cas de nos concur­rents qui, en re­vanche, ont fait une offre com­mer­ciale très agres­sive. Avec nos par­te­naires, nous avons été au maxi­mum de ce que la lo­gique éco­no­mique nous au­to­ri­sait à faire. Je re­grette que ce­la ne nous ait pas per­mis de l’em­por­ter*.

nou­velle gé­né­ra­tion de TGV, l’AGV, a été inau­gu­rée la se­maine der­nière en Ita­lie. C’est votre seul suc­cès à l’ex­port pour ce train. Quels sont les pro­chains pro­jets de trains à grande vi­tesse, après le re­trait du dos­sier en Ca­li­for­nie ?

Le der­nier contrat, c’est la com­mande de près d’un mil­liard d’eu- ros que vient de nous pas­ser la SNCF pour 30 TGV Eu­ro­Du­plex sup­plé­men­taires. Les autres pro­jets sur les­quels nous tra­vaillons sont la liai­son Rio-Sao Pau­lo au Bré­sil, dont le ca­len­drier n’est pas en­core très pré­cis, et la liai­son Mos­cou-Saint-Pé­ters­bourg. Mais vous sa­vez que ces pro­jets, de très grande am­pleur, très com­plexes, avec des en­jeux fi­nan­ciers et d’amé­na­ge­ment du ter­ri­toire im­por­tants, prennent beau­coup de temps à être dé­ci­dés puis réa­li­sés. Quant à l’AGV, dont j’ai per­son­nel­le­ment par­ti­ci­pé au voyage inau­gu­ral, c’est un train ma­gni­fique !

en est l’idée, que vous com­bat­tiez, de créer un Air­bus du fer­ro­viaire en fu­sion­nant les di­vi­sions trans­port d’Al­stom et de Sie­mens ?

On a créé Air­bus parce qu’on avait be­soin d’une al­ter­na­tive face à un construc­teur ul­tra­do­mi­nant, Boeing. Il n’y a pas de Boeing dans l’in­dus­trie fer­ro­viaire. Quand on juge qu’en se met­tant à plu­sieurs on ré­pond mieux aux be­soins du client, on le fait. Ce­la nous ar­rive avec Sie­mens ou avec Bom­bar­dier.

ve­nez, à l’oc­ca­sion de ce nou­veau contrat de la SNCF, de re­ti­rer votre re­cours contre le choix de Sie­mens par Eu­ros­tar. Lors du conflit au­tour du Tran­si­lien, vous aviez né­go­cié un par­tage avec Bom­bar­dier. Est-ce votre fa­çon de dé­cro­cher des com­mandes ?

Bien sûr que non ! En l’oc­cur­rence, dans le cas d’Eu­ros­tar, nous avons contes­té les mo­da­li­tés de l’ap­pel d’offres, pas leur choix du four­nis­seur. Puis, la SNCF, ac­tion- naire à 55 % d’Eu­ros­tar, nous passe une com­mande d’un mil­liard d’eu­ros : il m’a pa­ru alors na­tu­rel de faire un geste com­mer­cial et d’ar­rê­ter la pro­cé­dure que nous avions en­ga­gée de­vant un tri­bu­nal lon­do­nien. Pour ce qui est du Tran­si­lien, nous avons ef­fec­ti­ve­ment trou­vé un ac­cord avec Bom­bar­dier. Mais, il y a cent fois plus d’in­gé­nieurs que de ju­ristes chez Al­stom : nous avons be­soin des deux, mais mon ré­flexe est na­tu­rel­le­ment de faire tra­vailler les pre­miers au ser­vice de nos clients.

êtes ré­pu­té proche de Ni­co­las Sar­ko­zy. Avez-vous pris des contacts avec l’équipe de François Hol­lande ?

Nous avons des contacts avec tous les dé­ci­deurs, et en par­ti­cu­lier avec les élus lo­caux, maires ou pré­si­dents de ré­gion, qui sont sou­vent nos clients pour le trans­port ur­bain ou ré­gio­nal. Au cours de cette cam­pagne, M. Sar­ko­zy, M. Hol­lande et M. Mé­len­chon ont vi­si­té une usine d’Al­stom. Que les can­di­dats à l’élec­tion pré­si­den­tielle se pré­oc­cupent de la ques­tion de l’in­dus­trie, je trouve ce­la très bien.

ve­nez de ga­gner, avec EDF, trois des quatre sites at­tri­bués en éo­lien off-shore, es­sen­tiel­le­ment contre GDF Suez et Are­va. Cer­tains es­timent qu’il est sur­pre­nant de mettre en concur­rence deux in­dus­triels fran­çais quand on veut créer une fi­lière in­dus­trielle française… Qu’en pen­sez-vous ?

Nous avons pris pied dans l’éo­lien on-shore il y a quelques an­nées avec le ra­chat d’une en­tre­prise ba­sée en Es­pagne, et nous avons dé­ve­lop­pé consi­dé­ra­ble­ment notre offre d’abord sur l’on-shore, puis avec une tur­bine off-shore. Nous avons na­tu­rel­le­ment cen­tré notre dé­mar­rage in­dus­triel pour cette tur­bine off-shore sur l’ap­pel d’offres fran­çais et nous avons l’im­mense sa­tis­fac­tion d’avoir été re­te­nus, avec EDF éner­gies Nou­velles, pour trois des quatre champs at­tri­bués.

com­pre­nez pour­quoi vous n’avez pas eu le qua­trième site alors que votre offre a ob­te­nu le plus de points ?

Je n’ai pas eu ac­cès au rap­port d’éva­lua­tion éta­bli par l’ad­mi­nis­tra­tion com­pé­tente. Je consi­dère que ga­gner sur trois des quatre champs at­tri­bués, c’est un grand suc­cès pour notre con­sor­tium. Si nous pou­vions avoir 75 % de taux de réus­site sur tous les ap­pels d’offres aux­quels nous par­ti­ci­pons, je signe tout de suite ! Nous avons fait une pro­po­si­tion de qua­li­té avec une tur­bine com­pé­ti­tive, la plus puis­sante du mar­ché, ce qui a contri­bué à don­ner un avan­tage éco­no­mique à notre offre. Et nous al­lons uti­li­ser cet ap­pel d’offres pour créer la base in­dus­trielle dont nous avons be­soin pour nous dé­ployer à l’ex­por­ta­tion.

vous eu des pres­sions de l’Ély­sée pour ra­che­ter, il y a deux se­maines, Trans­Lohr, le fa­bri­cant al­sa­cien de tram­ways sur pneus au bord de l a faillite ? Est-ce le Pho­to­watt d’Al­stom ?

Je peux vous af­fir­mer que je n’ai eu au­cune in­ter­ven­tion de qui que ce soit pour cette opé­ra­tion. L’ac­ti­vi­té tram­way sur pneus est in­ter­mé­diaire entre nos tram­ways sur rails et les bus. Elle n’est pas au centre de notre por­te­feuille pro­duits mais se po­si­tionne sur un seg­ment com­plé­men­taire. Si nous fi­na­li­sons ce pro­jet d’ac­qui­si­tion que nous me­nons avec le Fonds stra­té­gique d’in­ves­tis­se­ment, nous met­trons nos moyens com­mer­ciaux et in­dus­triels au ser­vice de cette en­tre­prise et la fe­rons pros­pé­rer.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.