Des re­pre­neurs chi­nois d’en­tre­prises en dif­fi­cul­té ont aus­si mon­tré qu’ils peuvent em­bau­cher et in­ves­tir en R&D.

La Tribune Hebdomadaire - - INVESTISSE­MENT -

Mais, pour le mo­ment, cette usine, an­non­cée en fé­vrier 2011, reste dans les car­tons. Une len­teur fré­quente, mais qui s’ex­plique, se­lon Anne Tau­pin : « l’un des han­di­caps que ren­contrent les Chi­nois vou­lant in­ves­tir en France, c’est la sor­tie de ca­pi­taux. Les pro­ces­sus de dé­ci­sions sont sou­vent très longs, d’abord en

C’est une dé­marche ana­logue qui a été mise en avant l’an der­nier par un autre groupe chi­nois, Yto, qui a re­pris l’usine Mc­Cor­mick de SaintDi­zier (Haute-Marne), spé­cia­liste des boîtes de vi­tesse pour trac­teurs. Là en­core, des in­ves­tis­se­ments, des em­bauches et un centre de R&D sont pro­mis. Les sa­la­riés croisent les doigts.

S’ils sont loin de pou­voir ré­in­dus­tria­li­ser une France qui voit s’en­fuir ses usines, les Chi­nois tissent leur toile dans l’Hexa­gone. Avec mé­thode. Ils es­suient par­fois des échecs cin­glants (lire l’ar­ticle ci-contre). Mais ils ap­prennent vite, ils ont les moyens d’in­ves­tir et ins­pirent de plus en plus la confiance des mi­lieux d’af­faires et des élus lo­caux.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.