Dar­win, futur es­pace col­la­bo­ra­tif éta­bli sur la rive droite, ac­cueille­ra vingt en­tre­prises « vertes » dès sep­tembre. »

La Tribune Hebdomadaire - - TERRITOIRE­S -

C’e s t l ’a r c de ­dé­ve­lop­pe­ment du­rable. » C’est ain­si qu’Alain Jup­pé qua­li­fie sa ville de de­main. Un arc qui longe la Ga­ronne, de Bor­deauxNord jus­qu’à la gare Saint-Jean. Un t e r r i t oi r e s ur l e quel, au­jourd’hui, il y a 476 hec­tares de friches in­dus­trielles ou mi­li­taires, voire des ter­rains libres. Bor­deaux est l’une des villes de France qui pos­sède le plus de friches. Une chance, à l’heure où la com­mu­nau­té ur­baine rêve d’at­teindre le mil­lion d’ha­bi­tants en 2030 (750 000 ha­bi­tants au­jourd’hui). Le dy­na­misme dé­mo­gra­phique de Bor­deaux est tel (+ 8 % de­puis 1999), qu’elle vient d’être clas­sée pre­mière ville française où il faut in­ves­tir dans l’immobilier neuf, se­lon un pal­ma­rès éta­bli par Ex­plo­rim­mo­neuf.

Dans les mois, les an­nées à ve­nir, de ces friches ou ter­rains vagues vont émer­ger des ha­bi­tats « mixés » avec des com­merces, des bu­reaux, des équi­pe­ments pu­blics, à proxi­mi­té des trans­ports en com­mun. « On ne construi­ra plus la ville au­tre­ment » , glisse Eli­za­beth Tou­ton, ad­jointe, char­gée de l’ur­ba­nisme à la mai­rie de Bor­deaux.

À la ren­trée, se­ra li­vrée la pre­mière des trois tranches du pre­mier éco­quar­tier de Bor­deaux, Gin­ko, sur les berges du lac, au nord, où ha­bi­te­ront à terme 6 000 per­sonnes, en­tou­rées de 20000 m2 de com­merces, de 25 000 m2 de bu­reaux, et de 40000 m2 d’es­paces verts.

Sur­tout, l’éphé­mère ex-mi­nistre de l’éco­lo­gie veut que ses nou­veaux quar­tiers soient à la pointe des éner­gies re­nou­ve­lables en France : bio­masse bois, so­laire ther­mique et pho­to­vol­taïque, géo­ther­mie… Alain Jup­pé croit beau­coup aus­si à la mixi­té so­ciale. 55 % de tous les nou­veaux lo­ge­ments se­ront « ai­dés » : 20 % en ac­ces­sion so­ciale à la pro­prié­té et 35 % à loyer mo­dé­ré. « Je veux une mé­tro­pole hu­maine » , mar­tèle ce gaul­liste. L’un des « la­bo­ra­toires » de l’an­cien mi­nistre des Af­faires étran­gères, c’est la rive droite, que Bor­deaux re­garde en­fin, après l’avoir si long­temps dé­ni­grée. Dar­win, futur lieu col­la­bo­ra­tif, aux fonc­tions mul­tiples (es­paces ter­tiaires, com­merces, ser­vices, lo­ge­ments, ate­liers d’ar­tistes…) et à l’em­preinte éco­lo­gique mi­ni­male, en est l’un de pro­jets em­blé­ma­tiques, qu’il sou­tient.

Le groupe Évo­lu­tion a ache­té une par­celle d’un hec­tare à Bastide, à quelques mi­nutes du centre-ville, sur un site à l’aban­don. L’idée est de ros. « Nous avons mé­lan­gé plu­sieurs ex­pé­riences de reconversi­on de friches in­dus­trielles et cultu­relles en Eu­rope, des éco­quar­tiers des pays nor­diques, de Lx Fac­to­ry à Lis­bonne… » , in­dique son di­rec­teur gé­né­ral, le Bor­de­lais Phi­lippe Barre, fon­da­teur de Dar­win.

À sa ma­nière, il veut « mon­trer que l’en­tre­prise est ac­teur de son ter­ri­toire, que nous n’at­ten­dons pas tout des pou­voirs pu­blics » .

Le pro­jet ne bé­né­fi­cie « que » de 6 % de sub­ven­tions pu­bliques. Beau­coup dou­taient de la fai­sa­bi­li­té de Dar­win, ju­gé uto­pique. Pour­tant, en sep­tembre, les vingt pre­mières en­tre­prises vont s’ins­tal­ler dans le pre­mier bâ­ti­ment dé­dié à l’éco­no­mie verte et créa­tive. En 2013, la mai­rie de Bor­deaux ins­tal­le­ra une pé­pi­nière d’en­tre­prises dans le deuxième bâ­ti­ment, qui com­pren­dra un es­pace de « co-wor­king » (bu­reaux par­ta­gés par des en­tre­pre­neurs in­dé­pen­dants). trans­for­mer cette ca­serne mi­li­taire da­tant de 1850 en un nou­veau lieu de tra­vail, conci­liant dé­ve­lop­pe­ment éco­no­mique, éco­no­mie cir­cu­laire (les dé­chets des uns servent de res­sources aux autres) et « col­la­bo­ra­tion ra­di­cale » (col­la­bo­rer entre en­tre­prises plu­tôt que se concur­ren­cer). Pour ce­la, Évo­lu­tion a pré­vu d’in­ves­tir 12,4 mil­lions d’eu-

« Nous vou­lons en­cou­ra­ger la col­la­bo­ra­tion entre les ac­teurs éco­no­miques et faire la preuve qu’en­semble on peut faire mieux en dé­pen­sant moins » , avance Jean- Marc Gan­cille, di­rec­teur du dé­ve­lop­pe­ment du­rable de la so­cié­té Évo­lu­tion. Un dis­cours pas si éloi­gné de ce­lui du pré­sident de la Chambre de com­merce et d’in­dus­trie de Bor­deaux. Pierre Go­guet mise sur « l’in­ter-ré­seaux, la co­opé­ra­tion entre ré­gions pour faire face à la concur­rence in­ter­na­tio­nale et sor­tir de la crise » . « Fin 2013, 400 per­sonnes tra­vaille­ront sur le site », pré­cise Jean-Marc Gan­cille.

En 2013-2014, une zone d’amé­na­ge­ment concer­té (ZAC) de 30 hec­tares dy­na­mi­se­ra en­core un peu plus ce quar­tier de la Bastide. Alain Jup­pé en­tend ain­si in­ven­ter une « nou­velle fa­çon de pen­ser la ville » . Il a réus­si l’ac­teI de son pro­jet. Le tram­way, les quais rive gauche, réaménagés en lieu de pro­me­nade, sont un vrai suc­cès. Bor­deaux est dé­sor­mais ins­crite au patrimoine mon­dial de l’Unesco de­puis 2007. Mais Alain Jup­pé ne veut pas que sa ville de­vienne un mu­sée et veut main­te­nant « boos­ter » son éco­no­mie. « En pro­vince, c’est la dé­cen­nie bor­de­laise » , as­sure Vincent Fel­tesse, le pré­sident PS de la com­mu­nau­té ur­baine de Bor­deaux. Il en veut pour preuve les nom­breux pro­jets des an­nées à ve­nir : ar­ri­vée de la LGV Bor­deaux-Tours, qui met­tra Bor­deaux à 2 h 10 de Pa­ris, mé­tro­pole mil­lion­naire d’ici à 2030, le Centre d’af­faires in­ter­na­tio­nal Bor­deaux Eu­rat­lan­tique, plan cam­pus, ponts Ba­ca­lan-Bastide et Jean-Jacques Bosc…

À l’évi­dence, Bor­deaux n’est plus la « belle en­dor­mie ».

[Maxime Gat­zoff]

Sur la rive droite na­guère en­core peu consi­dé­rée des Bor­de­lais, le site du futur es­pace col­la­bo­ra­tif Dar­win, à proxi­mi­té d’une fu­ture pé­pi­nière.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.