Ame­ri­ca is (presque) back…

La Tribune Hebdomadaire - - LA UNE -

Il y a quelques an­nées, on ne don­nait pas cher de l’Amé­rique. En­gluée dans deux guerres in­ter­mi­nables, en Irak et en Af­gha­nis­tan, sub­mer­gée par un dé­fi­cit abys­sal, concur­ren­cée par les pro­duits ve­nant de Chine, pé­na­li­sée par des coûts de l’éner­gie très éle­vés, dé­pen­dante du gaz et du pé­trole arabes et afri­cains, te­nue en res­pect par la Chine dans le bas­sin pa­ci­fique, tra­vaillée par des cou­rants po­li­tiques pro­tec­tion­nistes et ul­tra­con­ser­va­teurs, l’Amé­rique al­lait au ta­pis. La Cor­po­rate Ame­ri­ca elle-même était frap­pée au coeur de deux in­dus­tries qui étaient pour­tant le sym­bole de sa puis­sance et de son rayon­ne­ment, la banque et l’au­to­mo­bile. Pen­dant ce temps, de l’autre cô­té du Pa­ci­fique, l’étoile de la Chine mon­tait au fir­ma­ment et se pré­pa­rait tran­quille­ment à de­ve­nir, d’ici quelques an­nées, la pre­mière puis­sance éco­no­mique de la pla­nète. Ain­si par­laient les pré­vi­sion­nistes. De­puis quelques mois, voici ve­nue l’heure des doutes sur ce scé­na­rio. Sur très longue pé­riode, qu’ob­ser­vet-on ? Les pays oc­ci­den­taux n’ar­rivent à la hau­teur de la zone Asie en termes de PIB (l’Inde et la Chine es­sen­tiel­le­ment) que dans la se­conde moi­tié du xixe siècle, sous l’ef­fet de la mé­ca­ni­sa­tion et des ap­ports de la rente co­lo­niale. Puis ils do­minent la scène jus­qu’au dé­but des an­nées 2000, avec une très grande sta­bi­li­té des États-Unis entre 1960 et 2000. De­puis le mi­lieu de la dé­cen­nie 1990, le poids de la Chine aug­mente au dé­tri­ment de celle de l’Oc­ci­dent mais aus­si du Ja­pon. Ce sont des ob­ser­va­tions de longue pé­riode. Des signes com­mencent à mon­trer que le dé­clin de l’Ouest, et sin­gu­liè­re­ment des ÉtatsU­nis, n’est pas aus­si iné­luc­table qu’on le pen­sait. Certes, il y a le pro­blème de la dette, 15 895 mil­liards

*** de dol­lars, soit plus de 100 % du PIB, qui a va­lu aux États-Unis la perte de son AAA l’an­née der­nière. Mais pour le mo­ment, mal­gré le fait que la Chine ait sta­bi­li­sé ses achats, cette dette ne semble pas dif­fi­cile à fi­nan­cer, si l’on en juge par le ni­veau des taux sur les bons du Tré­sor amé­ri­cains. En termes de ges­tion ma­croé­co­no­mique, elle re­pré­sente néan­moins un han­di­cap de poids, car elle li­mite le mon­tant des in­ci­ta­tions à l’ac­ti­vi­té que le gou­ver­ne­ment pour­rait dé­ployer. Or ce sou­tien est né­ces­saire pour com­battre un chô­mage chro­nique qui at­teint un ni­veau que les États-Unis ont ra­re­ment connu. Pour au­tant, cette si­tua­tion budgétaire, pour aus­si dé­gra­dée qu’elle soit, n’est pas le seul cri­tère à prendre en compte pour ju­ger du po­ten­tiel de re­dres­se­ment de l’éco­no­mie amé­ri­caine. Comme le montre notre enquête, de­puis la crise de 2008, 2009, la Cor­po­rate Ame­ri­ca a en­tre­pris un vi­gou­reux ef­fort de re­struc­tu-

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.