La le­çon de krug­man pour sau­ver l’eu­rope

La Tribune Hebdomadaire - - LATRIBUNE…ÀCOPENHAGU­EETÀMALMÖ - Ivan Best

Dans son der­nier livre, l’éco­no­miste amé­ri­cain Paul Krug­man ap­pelle à un chan­ge­ment ra­di­cal de po­li­tique éco­no­mique dans la zone eu­ro. Il sug­gère de tout mettre en oeuvre pour faire re­mon­ter l’in­fla­tion, qui al­lé­ge­rait le far­deau des dettes et re­don­ne­rait de la com­pé­ti­ti­vi­té aux pays du Sud.

e livre, qui sor­ti­ra en France le 5 sep­tembre, pro­vo­que­ra un choc. Alors que, se­lon toute pro­ba­bi­li­té, l’Eu­rope se­ra en­core plus clai­re­ment en ré­ces­sion qu’elle ne l’est au­jourd’hui, Fi­nis­sons-en avec cette crise… uni­fié – la mo­bi­li­té des sa­la­riés est donc faible – et en l’ab­sence de fé­dé­ra­lisme bud­gé­taire : aux ÉtatsU­nis, sou­ligne-t-il, quand un État plonge dans la ré­ces­sion, non seule­ment une par­tie des sa­la­riés vont ailleurs, mais ce n’est pas le bud­get de cet État qui as­sume la ma­jo­ri­té des trans­ferts so­ciaux vers les chô­meurs, puis­qu’il s’agit d’une com­pé­tence fé­dé­rale. Les condi­tions de la créa­tion de l’eu­ro n’étaient donc pas réunies, et sa créa­tion a été une er­reur, dans la me­sure où, en pro­vo­quant une baisse ar­ti­fi­cielle des taux d’in­té­rêt dans des pays comme l’Es­pagne, il a pro­vo­qué l’ap­pa­ri­tion de bulles fi­nan­cières – im­mo­bi­lière, en l’oc­cur­rence –, in­sur­mon­tables. Celles-ci ont do­pé ar­ti­fi­ciel­le­ment la crois­sance, fai­sant grim­per les sa­laires bien au-de­là du rai­son­nable, compte te­nu de la com­pé­ti­ti­vi­té de ces éco­no­mies. D’où, une fois la bulle écla­tée, une éco­no­mie en dé­pres­sion, et l’ap­pa­ri­tion de dé­fi­cits pu­blics ma­jeurs. Faut-il donc sor­tir de l’eu­ro ? Ce se­rait trop lourd de consé­quences. Que faut-il faire, alors ? Si les dé­fi­cits pu­blics sont au­jourd’hui vus comme le pro­blème no 1 en Eu­rope, si l’Es­pagne ou l’Ita­lie sont sous la pres­sion des mar­chés, c’est seule­ment parce que ces États n’ont pas de ga­ran­tie de fi­nan­ce­ment de leur dé­fi­cit par la Banque cen­trale, contrai­re­ment à tous les pays em­prun­tant dans leur propre mon­naie (les dé­fi­cits sont plus im­por­tants aux États-Unis ou en Grande-Bre­tagne, mais nul n’a ja­mais en­ten­du par­ler d’at­taques des mar­chés). Il faut donc d’ur­gence que la BCE puisse ache­ter de la dette pu­blique lors de son émis­sion. Un prin­cipe évident, fa­cile à mettre en oeuvre tech­ni­que­ment, mais au­quel les Al­le­mands s’op­posent mor­di­cus.

En se­cond lieu, re­nouer avec un peu d’in­fla­tion se­rait une bonne chose, avance Krug­man. Elle n’au­rait que des mé­rites, no­tam­ment en Eu­rope, en per­met­tant d’ef­fa­cer une par­tie des dettes, en pro­vo­quant une baisse des taux d’in­té­rêt réels (im­pos­sible, au­jourd’hui, tant les taux no­mi­naux sont faibles), et en fai­sant bais­ser les sa­laires réels, afin de re­don­ner de la com­pé­ti­ti­vi­té à des pays comme l’Es­pagne. Pour ce faire, la BCE de­vrait aban­don­ner son ob­jec­tif de 2 % de hausse des prix, et vi­ser plu­tôt 4 ou 5 %. D’un point de vue tech­nique, il lui suf­fi­rait de se li­vrer à des achats mas­sifs de titres, afin d’in­jec­ter toute la li­qui­di­té pos­sible dans l’éco­no­mie. En­suite, il ne fau­drait pas hé­si­ter à pra­ti­quer la re­lance bud­gé­taire. Ce­la sup­pose, en Eu­rope, une forte mu­tua­li­sa­tion des bud­gets, qui n’est pas en­core à l’ordre du jour. Ce livre té­moigne de la vi­ta­li­té du dé­bat éco­no­mique aux ÉtatsU­nis, où les key­né­siens ont en­core droit de ci­té. « En Eu­rope, tout éco­no­miste re­met­tant en cause les po­li­tiques sui­vies ou le fonc­tion­ne­ment des ins­ti­tu­tions de l’Union est im­mé­dia­te­ment as­si­mi­lé à un sou­ve­rai­niste », re­lève Jean-Paul Fi­tous­si, de l’OFCE. « Il y a une vé­ri­table au­to­cen­sure eu­ro­péenne, on a honte d’y être key­né­sien. Ce­la ex­plique l’ab­sence de dé­bat sé­rieux, alors qu’aux États-Unis ce­lui-ci est tou­jours res­té vi­vace. »

C’est quand l’éco­no­mie est en plein boom qu’il faut pra­ti­quer la ri­gueur bud­gé­taire, et non quand elle s’en­fonce. »

prix no­bel d’éco­no­mie

[Taylor Jones/ca­gle­car­toons.com]

Paul Krug­man ca­ri­ca­tu­ré dans la presse amé­ri­caine. « Quelles dé­penses ? » se de­mande-t-il, alors qu’on le montre se noyant dans des « pro­jets de re­lance ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.