Nexans au plus bas de­puis trois ans

La Tribune Hebdomadaire - - LATRIBUNE…ÀCOPENHAGU­EETÀMALMÖ - Cercle fi­nance

Rares sont les so­cié­tés fran­çaises à pos­sé­der comme ac­tion­naire prin­ci­pal un groupe sud-amé­ri­cain. C’est pour­tant le cas de Nexans, le nu­mé­ro deux mon­dial dans l’in­dus­trie du câble, dé­te­nu à 20 % par le chi­lien Ma­de­co. « Nous avons un ac­cord avec eux pour qu’ils ne montent pas au-des­sus des 22,5 % » , in­dique le di­rec­teur fi­nan­cier du groupe Ni­co­las Ba­dré. Nexans seg­mente son ac­ti­vi­té via trois mé­tiers que sont la trans­mis­sion, dis­tri­bu­tion (in­fra­struc­tures d’éner­gie et in­fra­struc­tures té­lé­coms), les dis­tri­bu­teurs et ins­tal­la­teurs (ac­ti­vi­tés bâ­ti­ment et ré­seaux lo­caux) et en­fin un pôle de câbles in­dus­triels. Tout ce­la re­pré­sente un chiffre d’af­faires an­nuel de l’ordre de 7 mil­liards d’eu­ros, avec une forte pré­sence en Eu­rope (46 %) mais éga­le­ment une ac­ti­vi­té en Amé­rique du Nord (16%), en Amé­rique du Sud (13%) ou en­core en Asie (14%) et au Moyen-Orient (11%). « Nous avons ren­for­cé ré­cem­ment notre pré­sence aux États-Unis via l’ac­qui­si­tion d’Amer­cable, le lea­der nord-amé­ri­cain des câbles pour les équi­pe­ments mi­niers et l’in­dus­trie du pé­trole et du gaz. Ce­la a lé­gè­re­ment aug­men­té notre en­det­te­ment, qui avoi­sine 35% de nos fonds propres » , pour­suit le di­rec­teur fi­nan­cier du groupe. Le pre­mier se­mestre se­ra dé­ce­vant, comme l’a ré­cem­ment an­non­cé Nexans, avec une marge opé­ra­tion­nelle pré­vue de 3,5% contre 5 % au pre­mier se­mestre 2011. Ce re­trait est no­tam­ment dû à un re­tard dans la haute ten­sion sous-ma­rine. « Mais le se­cond se­mestre se­ra meilleur » , ajoute Ni­co­las Badre. L’ac­tion vient de connaître une purge as­sez sé­vère, per­dant en ef­fet plus de 30 % de­puis le dé­but de l’an­née et 50 % en un an. Sa ca­pi­ta­li­sa­tion, ac­tuel­le­ment de 795 millions d’eu­ros, est ain­si re­tom­bée à son plus bas ni­veau de­puis trois ans. Du coup, les ra­tios bour­siers du groupe sont re­ve­nus à des ni­veaux ju­gés at­trac­tifs par cer­tains ana­lystes, comme la So­cié­té gé­né­rale qui a un ob­jec­tif de 44 eu­ros, of­frant une pers­pec­tive d’amé­lio­ra­tion de l’ordre de 60 %. Par rap­port aux cours ac­tuels, l’ac­tion offre un ren­de­ment de 4 % avec un price-to-book (ca­pi­ta­li­sa­tion boursière sur fonds propres) de l’ordre de 0,4. Mais en­core faut-il que les in­ves­tis­seurs re­trouvent confiance dans le titre.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.