Avec 11 millions de ki­lo­mètres car­rés sur quatre océans, la France est do­tée du deuxième ter­ri­toire ma­ri­time au monde, après les États-unis.

La Tribune Hebdomadaire - - LA FRANCE ET LA MER -

« La pre­mière éo­lienne off­shore en mer pour­rait bien être flot­tante » , s’amuse donc Fré­dé­ric Le Li­dec, res­pon­sable des éner­gies ma­rines chez DCNS.

Mais c’est dans l’éner­gie des cou­rants, plus ma­ture, que la pre­mière « ferme » de pro­duc­tion d’éner­gie va voir le jour au large des côtes fran­çaises. L’an­cien mi­nistre de l’éner­gie Éric Bes­son a pro­mis en avril der­nier un ap­pel d’offres dans les deux pro­chaines an­nées. Outre le pro­jet d’EDF EN dans le raz Blan­chard, l’un des meilleurs sites au monde, GDF Suez dé­ve­loppe deux pro­jets avec deux autres mo­dèles. DCNS comme Al­stom ont cha­cun choi­si une tech­no­lo­gie dé­ve­lop­pée à l’étran­ger (lire en­ca­dré 2). Les Fran­çais sont dans la course, à con­di­tion que l’ap­pel d’offres ne soit pas re­tar­dé. « C’est une course in­dus­trielle, mais aus­si entre états pour at­ti­rer les pre­miers sites de fa­bri­ca­tion et créer des em­plois, ob­serve Fré­dé­ric Le Li­dec. Ce­la fait vingt-cinq ans que la France n’a pas vu émer­ger de fi­lière in­dus­trielle, les EMR en offrent une for­mi­dable op­por­tu­ni­té, nous avons la tech­no­lo­gie et le mar­ché do­mes­tique », se ré­jouit-il.

Dans cette course à la su­pré­ma­tie ma­ri­time, deux siècles après DCNS, au coude à coude avec l’amé­ri­cain Lo­ckeed Martin et un consor­tium ja­po­nais, dis­pose des ter­ri­toires d’outre-mer en zones tro­pi­cales pour ex­pé­ri­men­ter cette tech­nique qui consiste à trans­for­mer en éner­gie la dif­fé­rence de tem­pé­ra­ture entre les eaux pro­fondes et celles de sur­face (voir en­ca­dré 4). Mais aus­si pour s’en ser­vir de tête de pont et s’at­ta­quer à tous les océans tro­pi­caux.

Et peut-être bien­tôt s’as­so­cier à un pro­duc­teur de mi­croalgues. Celles-ci en ef­fet ont be­soin de so­leil, de CO , de nu­tri­ments pour croître, puis d’éner­gie pour qu’on en ex­traie l’huile, à des­ti­na­tion cos­mé­tique, phar­ma­ceu­tique ou éner­gé­tique. L’ETM offre tout ce­la, et la pleine mer per­met de s’af­fran­chir des contrainte­s fon­cières des côtes.

En­core plus fou, cer­tains ima­ginent même uti­li­ser l’ETM pour pro­duire de l’hy­dro­gène en pleine mer… Plus de cent ans après sa mort, la re­lève de Jules Verne semble bien as­su­rée… 3. Éner­gie hou­lo­mo­trice (po­ten­tiel mon­dial : entre 200 et 800 GW)

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.