Fran­çois Hol­lande voit des EADS par­tout…

La Tribune Hebdomadaire - - LE BUZZ - Fa­brice Gliszc­zyns­ki

Le pré­sident de la Ré­pu­blique sou­haite que le mo­dèle EADS soit re­pro­duit pour d’autres sec­teurs éco­no­miques. L’Ély­sée semble sé­duit par l’idée d’une stra­té­gie éner­gé­tique eu­ro­péenne com­mune.

Lors de la si­gna­ture lun­di ma­tin à l’Ély­sée du contrat entre Air­bus et la com­pa­gnie à bas coûts in­do­né­sienne, le chef de l’État fran­çais a sou­hai­té que d’autres en­tre­prises eu­ro­péennes sur l e mo­dèle EADS soient créées.

Il a pré­ci­sé qu’il dis­cu­te­rait de ce su­jet ce lun­di à Berlin avec la chan­ce­lière al­le­mande. « Notre am­bi­tion au plan eu­ro­péen, c’est non seule­ment de pour­suivre la belle aven­ture d’EADS, mais éga­le­ment de conce­voir d’autres EADS pour d’autres sec­teurs ­éco­no­miques avec nos par­te­naires eu­ro­péens », a dit Fran­çois Hol­lande.

« Ce soir, je se­rai avec la chan­ce­lière d’Allemagne pour re­gar­der ce que nous pou­vons faire avec nos en­tre­prises », a-t‑il ajou­té, en sou­hai­tant « que nous puis­sions avoir une am­bi­tion in­dus­trielle qui aille au-de­là de l’aé­ro­nau­tique ».

« On ré­flé­chit à d’autres EADS. C’est quelque chose dont on va par­ler dans les pro­chains mois et les pro­chaines an­nées », ex­pli­quet‑on dans son en­tou­rage. « Nous avons deux grands pays in­dus­triels avec des grands groupes. L’idée est de nouer des par­te­na­riats. »

Vi­si­ble­ment, des né­go­cia­tions ont dé­jà com­men­cé. Si au­cun des pro­jets en tête n’a été évo­qué, le sec­teur de l’éner­gie re­vient sou­vent dans la bouche des proches du chef de l’État.

« L’éner­gie consti­tue un dé­fi com­mun. C’est une pro­blé­ma­tique clé car les deux pays en­tament leur tran­si­tion éner­gé­tique », ex­pli­quet‑on à l’Ély­sée. Et de pré­ci­ser : « Une po­li­tique éner­gé­tique com­mune se­ra l’un des quatre su­jets abor­dés ce soir par Fran­çois ­Hol­lande et An­ge­la Mer­kel. »

Le chef de l’État et la chan­ce­lière de­vaient éga­le­ment par­ler des ques­tions de concur­rence aux­quelles font face les champions eu­ro­péens face à des ri­vaux ori­gi­naires de pays où les règles sont moins contrai­gnantes, mais aus­si de po­li­tique en termes de mar­ché du tra­vail et de for­ma­tion, et en­fin de po­li­tique d’in­no­va­tion.

Des « air­bus » du Na­val, du rail, des té­lé­coms…

Pas simple néan­moins de créer des par­te­na­riats. En jan­vier 2009, le géant in­dus­triel al­le­mand ­Sie­mens a par exemple bru­ta­le­ment cla­qué la porte d’Are­va dont il dé­te­nait de­puis 1999 quelque 34 % du ca­pi­tal de la fi­liale prin­ci­pale (Are­va NP) qui fa­brique les ré­ac­teurs nu­cléaires.

En outre, les pro­pos de Fran­çois Hol­lande in­ter­viennent à peine six mois après des di­ver­gences éta­lées sur la place pu­blique entre Pa­ris et Berlin sur, jus­te­ment, l’ave­nir d’EADS. ­L’Allemagne a en ef­fet tor­pillé le pro­jet de fu­sion entre EADS et le Bri­tan­nique BAE Sys­tems.

De­puis la créa­tion d’EADS en 2000, plu­sieurs pro­jets du même type ont été maintes fois évo­qués. En 2004, il a été ques­tion d’un « Air­bus du na­val », avec le rap­pro­che­ment des prin­ci­paux ac­teurs (HDW, DCN et Thales).

En 2010, le se­cré­taire d’État aux Transports, Do­mi­nique Bus­se­reau, vou­lait créer un « Air­bus du fer­ro­viaire ». L’idée : face à la mon­tée en puis­sance de la Chine dans le fer­ro­viaire et ses am­bi­tions à l’ex­port, les so­cié­tés eu­ro­péennes doivent co­opé­rer pour ré­pondre aux ap­pels d’offres étran­gers. « Je plaide, à l’ave­nir, pour des rap­pro­che­ments entre les so­cié­tés et les construc­teurs eu­ro­péens », di­sait-il, prô­nant la mise en place d’un TGV eu­ro­péen ou d’un tra­vail en com­mun entre Sie­mens et Al­stom.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.