Au Ta­tars­tan, les sa­tel­lites collent des PV

La Tribune Hebdomadaire - - TERRITOIRE­S / INTERNATIO­NAL - Em­ma­nuel Grynsz­pan,

Une start-up russe a convain­cu une ré­gion de s’équi­per d’un sys­tème in­no­vant tra­quant les in­frac­tions rou­tières de­puis l’es­pace. Un re­mède ra­di­cal pour lut­ter contre l’hé­ca­tombe et l’in­ci­visme sur les routes russes.

Fein­ter les ra­dars en ra­len­tis­sant juste à leur ni­veau ne va bien­tôt plus « sau­ver » les chauf­fards russes. La so­cié­té russe Av­to­do­ria a si­gné fin fé­vrier un pro­jet pi­lote avec la ré­pu­blique du Ta­tars­tan (l’une des 83 ré­gions de la Fé­dé­ra­tion de Rus­sie) pour contrô­ler la vi­tesse des vé­hi­cules à par­tir d’un sys­tème co­or­don­nant par sa­tel­lite des ca­mé­ras op­tiques fixées le long des routes. Le géo­po­si­tion­ne­ment des ca­mé­ras per­met de cal­cu­ler la vi­tesse moyenne d’un vé­hi­cule sur des dis­tances al­lant jus­qu’à 10 km.

Ce sys­tème, bap­ti­sé éga­le­ment Av­to­do­ria, uti­lise le po­si­tion­ne­ment par sa­tel­lite du Glo­nass (équi­valent russe du GPS), lo­ca­li­sant ain­si chaque ca­mé­ra, puis re­trans­met­tant les in­for­ma­tions vers un centre de trai­te­ment in­for­ma­tique. Se­lon ses créa­teurs, Av­to­do­ria en­re­gistre da­van­tage d’in­frac­tions que les ra­dars ha­bi­tuels, mais il est trop tôt pour éta­blir des sta­tis­tiques pré­cises. Les blogs d’au­to­mo­bi­listes pas­sion­nés fré­missent de­vant un sys­tème ré­pu­té in­dé­tec­table par les « antiradars » en vente libre en Rus­sie.

Le vice-Pre­mier mi­nistre du gou­ver­ne­ment lo­cal, As­gat Sa­fa­rov, a in­di­qué que le sys­tème Av­to­do­ria était ex­ploi­té de­puis le 1er mars 2013. Quatre chaus­sées sont dé­jà équi­pées et les amendes vont pleu­voir. Le gou­ver­neur ta­tar n’a pas dé­voi­lé la lon­gueur des routes concer­nées, mais il a dé­cla­ré son in­ten­tion d’équi­per com­plè­te­ment une voie fé­dé­rale de plu­sieurs cen­taines de ki­lo­mètres.

Une femme de mi­nistre par­mi les ac­tion­naires…

Av­to­do­ria est une so­cié­té en­tiè­re­ment pri­vée, mais l’un des ac­tion­naires (40% du ca­pi­tal) est l’épouse du mi­nistre des Té­lé­com­mu­ni­ca­tions russe, Ni­ko­laï Ni­ki­fo­rov, qui a dans le pas­sé oc­cu­pé des fonc­tions im­por­tantes dans le gou­ver­ne­ment du Ta­tars­tan. La so­cié­té, qui va in­ves­tir 500000 eu­ros cette an­née, table sur un chiffre d’af­faires an­nuel de 2,5 mil­lions d’eu­ros.

Le vice-Pre­mier mi­nistre russe, Igor Chou­va­lov, a don­né sa bé­né­dic­tion au sys­tème fin fé­vrier et a in­di­qué qu’il est ques­tion d’ « ins­crire le sys­tème Av­to­do­ria dans la ré­gle­men­ta­tion rou­tière et [de] per­mettre aux ré­gions russes de s’en équi­per si elles le sou­haitent ».

De fait, les res­pon­sables russes semblent dé­ci­dés à prendre des me­sures dras­tiques pour li­mi­ter la vi­tesse et faire ces­ser l’hé­ca­tombe sur les routes, où les com­por­te­ments sont trop sou­vent peu ci­vi­li­sés. Les dé­pas­se­ments par la droite et la cir­cu­la­tion à pleine vi­tesse sur les voies d’ar­rêt d’ur­gence sont mon­naie cou­rante. De plus, le re­vê­te­ment des chaus­sées laisse beau­coup à dé­si­rer, quand il n’est pas re­cou­vert par de la glace.

Comme en France, la peur du gen­darme fonc­tionne aus­si en Rus­sie. Mais les gen­darmes russes ont la ré­pu­ta­tion d’ac­cep­ter très fa­ci­le­ment – quand ils ne l’exigent pas – un bak­chich pour an­nu­ler les PV. Pour mettre au pas les chauf­fards, il fau­dra donc sans doute comp­ter sur les sys­tèmes au­to­ma­ti­sés, sans in­ter­ven­tion du « fac­teur hu­main », du type d’Av­to­do­ria.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.