De­nis Hen­ne­quin saute de l’hô­tel… avec un jo­li parachute

La Tribune Hebdomadaire - - LE BUZZ - ADE­LINE RAYNAL

Le pa­tron évin­cé de la di­rec­tion du groupe hô­te­lier Ac­cor la se­maine der­nière tou­che­ra 3!586!200 eu­ros d’in­dem­ni­té de dé­part, confor­mé­ment à ce qu’il avait né­go­cié lors de son re­cru­te­ment.

EN­CORE UN DÉ­PART QUI COÛ­TE­RA CHER AU GROUPE AC­COR. Confor­mé­ment à ce que pré­voyait un ac­cord da­té de mai 2011 en cas de dé­part du di­ri­geant, De­nis Hen­ne­quin, évin­cé de la tête du groupe hô­te­lier, per­ce­vra plus de 3,5 mil­lions d’eu­ros d’in­dem­ni­tés de dé­part et conser­ve­ra toutes ses op­tions de sous­crip­tions et ses ac­tions. « À l’oc­ca­sion de la ré­vo­ca­tion des man­dats de pré­sident du conseil d’ad­mi­nis­tra­tion et de di­rec­teur gé­né­ral de De­nis Hen­ne­quin et par ap­pli­cat i on de ses dé­ci­sions des 2 no­vembre et 15 dé­cembre 2010, le conseil d’ad­mi­nis­tra­tion a consta­té l’at­teinte des cri­tères de per­for­mance qui avaient été fixés au mo­ment de sa no­mi­na­tion, et a en consé­quence confir­mé le mon­tant de l’in­dem­ni­té de ces­sa­tion de ses man­dats de 3!586!200 eu­ros » , a in­di­qué le groupe à l’AFP lun­di 29"avril. À la suite de sa dé­mis­sion sous la pres­sion des deux prin­ci­paux ac­tion­naires du groupe, Co­lo­ny Ca­pi­tal et Eu­ra­zeo, l’exPDG re­ce­vra é g a l e ment « 412!000 eu­ros au titre de sa ré­mu­né­ra­tion va­riable pour 2013 » .

DES SCAN­DALES À RÉ­PÉ­TI­TION

Des sommes qui ont de quoi re­lan­cer la polémique sur les pa­ra­chutes do­rés des pa­trons de grandes en­tre­prises. Les in­dem­ni­tés per­çues va­rient gé­né­ra­le­ment de quelques cen­taines de mil­liers d’eu­ros à plu­sieurs mil­lions d’eu­ros. Pour rap­pel, le mon­tant d’un « parachute do­ré » (in­dem­ni­té for­fai­taire en cas de dé­part) est le fruit d’une né­go­cia­tion entre la so­cié­té et le di­ri­geant re­cru­té, me­née dès son ar­ri­vée dans l’en­tre­prise, don­nant lieu à un con­trat entre les deux par­ties.

Une suc­ces­sion de scan­dales au cours des an­nées 2000 a pous­sé le lé­gis­la­teur à agir. L’en­cadre- ment ju­ri­dique de ces in­dem­ni­tés a peu à peu évo­lué. La loi NRE (re­la­tive aux nou­velles ré­gu­la­tions éco­no­miques) sou­met les so­cié­tés co­tées, et les so­cié­tés non co­tées mais contrô­lées par une so­cié­té co­tée à la pu­bli­ca­tion du mon­tant to­tal des ré­mu­né­ra­tions ver­sées à chaque man­da­taire so­cial. La loi Breton du 26"juillet 2005 a créé un en­ca­dre­ment du ver­se­ment de ces ré­mu­né­ra­tions par la pro­cé­dure des conven­tions ré­gle­men­tées, puis la loi Te­pa vo­tée en 2007 sou­met l’at­tri­bu­tion d’in­dem­ni­tés de dé­part à l’at­teinte d’ob­jec­tif de per­for­mance « du bé­né­fi­ciaire, ap­pré­ciées au re­gard de celles de la so­cié­té » . Les en­tre­prises sont éga­le­ment en­cou­ra­gées à s’au­to­ré­gu­ler par le Me­def et l’As­so­cia­tion des En­tre­prises pri­vées (Afep) via un code gou­ver­nance d’en­tre­prise en cours de ré­écri­ture.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.