LA VILLE DU JUSTE ÉQUI­LIBRE!: SEN­SUELLE OU RIEN"!

Tous les ex­perts s’ac­cordent à dire que les villes du fu­tur se construise­nt dans les pays émer­gents. Grâce à leur crois­sance, la Chine, le Bré­sil et Du­baï se­raient les nou­veaux el­do­ra­dos ur­ba­nis­tiques Mais leur dy­na­misme d’au­jourd’hui an­nonce aus­si les dé

La Tribune Hebdomadaire - - LES CHRONIQUES - BER­NARD GAU­DU­CHEAU MAIRE DE VANVES CONSEILLER RÉ­GIO­NAL D’ÎLE-DE-FRANCE

En 2020, 32"mé­ga­lo­poles de plus de 8 mil­lions d’ha­bi­tants exis­te­ront. Les gestes ar­chi­tec­tu­raux pro­di­gieux des ci­tés du nou­veau monde dic­tés par un gi­gan­tisme dé­bri­dé pré­parent aus­si des quar­tiers déshu­ma­ni­sés, anar­chiques et vio­lents. Dans leur dé­ve­lop­pe­ment ur­bain fré­né­tique, et mal­heu­reu­se­ment au­to­ri­taire, des mé­ga­lo­poles dé­truisent leur pas­sé pour faire émer­ger des quar­tiers cloi­son­nés et nient les as­pi­ra­tions de leur po­pu­la­tion. Les bi­don­villes y sont au mieux trans­for­més en zone sans âme et au pire sim­ple­ment dé­pla­cés. Là-bas se des­sine dé­jà le cau­che­mar pour des mil­lions d’ha­bi­tants à l’ins­tar de ce que le monde oc­ci­den­tal avait pro­duit en ma­tière d’amé­na­ge­ment ur­bain sans s’en rendre compte à l’is­sue du boom éco­no­mique de la fin du XXe siècle.

Rap­pe­lons-nous que la France des Trente glo­rieuses avait construit des grands en­sembles pour ré­pondre avec en­thou­siasme à ses as­pi­ra­tions de mo­der­ni­té, à la crise du lo­ge­ment et éra­di­quer ses bi­don­villes. Qua­rante ans ont pas­sé et les sym­boles du mo­der­nisme des an­nées 1970 sont sou­vent deve- nus des plaies béantes de notre so­cié­té avec ces quar­tiers à l’aban­don, à l’ha­bi­tat in­sa­lubre, vi­dés de leurs en­tre­prises où le chô­mage et l’in­sé­cu­ri­té ex­plosent. Qu’on se le dise, ce que cer­tains ap­plau­dissent au­jourd’hui dans les pays émer­gents au­ra des consé­quences plus graves dans les an­nées à ve­nir. À court terme, l’échelle de la vio­lence ex­plo­se­ra. Ain­si, le taux d’ho­mi­cide pour 100!000"ha­bi­tants est d’ores et dé­jà pour la France de 1,1 et pour le Bré­sil de 25,8.

UNE VILLE OÙ ES­PACES NA­TU­RELS, DE VIE ET DE TRA­VAIL S’EN­TRE­MÊLENT SUB­TI­LE­MENT

À mon sens, la vieille Eu­rope et la France dé­ve­loppent ac­tuel­le­ment les prin­cipes des villes du fu­tur. Le Vieux Conti­nent dis­pose do­ré­na­vant d’une sa­gesse pour créer les pi­liers d’une nou­velle ar­chi­tec­ture. Con­trai­re­ment aux villes du nou­veau monde, l’Eu­rope o#re un dé­ve­lop­pe­ment maî­tri­sé de ses ci­tés re­po­sant de plus en plus sur la dé­mo­cra­tie et créant un juste équi­libre entre ha­bi­tat, em­plois et na­ture.

Au-de­là de la fonc­tion­na­li­té et du dé­ve­lop­pe­ment du­rable des com­munes, le dé­fi est aus­si de rendre la ville sen­suelle, à l’ins­tar de ce que pré­co­nise l’ar­chi­tecte Jacques Fer­rier, en re­met­tant les ha­bi­tants au coeur des en­jeux du bien vivre. Cette ville de de­main, où la tech­nique est au ser­vice de l’homme ré­con­ci­lie l’ar­ti­fi­ciel et le na­tu­rel en jouant sur les cinq sens. Cha­cun de nous peut alors mieux vivre les sen­sa­tions de la ville parce que les es­paces na­tu­rels, de vie et de tra­vail s’en­tre­mêlent sub­ti­le­ment… Une ville sen­suelle, une ville qui a du sens.

Cette dy­na­mique est à l’oeuvre dans la com­mu­nau­té d’ag­glo­mé­ra­tion Grand Pa­ris Seine-Ouest dont fait par­tie Vanves, au bé­né­fice de ses 300!000"ha­bi­tants. Avec une su­per­fi­cie de 32 km2 dont 36!% d’es­paces verts, ses 137!000"ré­si­dences com­pre­nant 18,8!% de lo­ge­ments so­ciaux, ses 160!000"em­plois ré­par­tis dans 20!000"en­tre­prises, ses opé­ra­tions d’amé­na­ge­ment comme ceux de l’Île Se­guin à Bou­logne, du quar­tier du fort nu­mé­rique à Is­sy-les-Mou­li­neaux, ses trois fu­tures gares du Grand Pa­ris Express, des équi­pe­ments mo­dernes en cours de construc­tion, comme le conser­va­toire HQE de Vanves.

Cette concep­tion de la ville à ve­nir est d’au­tant plus im­por­tante que chaque se­maine l’équi­valent d’une ville d’1" mil­lion d’ha­bi­tants se construit dans le monde. En 2050, 65!% de la po­pu­la­tion mon­diale vi­vra en mi­lieu ur­bain, soit 6 mil­liards d’in­di­vi­dus. À cette échelle, la ville déshu­ma­ni­sée n’est plus sup­por­table. Le pro­grès ne peut plus se me­su­rer par la per­for­mance brute des villes. Nous de­vons à l’in­verse les ima­gi­ner at­trac­tives, mais avant tout au ser­vice du bien-être de leurs ha­bi­tants : c’est la ville sen­suelle, ré­con­ci­lia­tion de l’ar­ti­fi­ciel et de la na­ture.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.