Cham­pion!! Quelles re­tom­bées éco­no­miques pour le PSG!?

La Tribune Hebdomadaire - - LE BUZZ - JES­SI­CA DU­BOIS

Cham­pion de France 2012-2013 de football, le PSG ver­ra aug­men­ter ses re­cettes sur les droits au­dio­vi­suels. Mais ce­la ne su!ra pas à com­bler son dé­fi­cit.

« OUI, IL Y A PLUS DE MONDE QUE D’HA­BI­TUDE!! » Dès l’ou­ver­ture, lun­di ma­tin, l’a!uence était forte à la bou­tique des ChampsÉ­ly­sées. Mais le Pa­ris Saint-Ger­main peut-il vrai­ment s’at­tendre à voir ses re­cettes aug­men­ter à la suite de sa vic­toire di­manche soir face à Lyon, lui o"rant pour la pre- mière fois de­puis dix-neuf#ans le titre de cham­pion de France$?

Le bo­nus de re­cettes que le club va en re­ti­rer pas­se­ra sur­tout par… les droits té­lé­vi­sés. À condi­tion que son image ne soit pas trop ter­nie par les émeutes qui ont gâ­ché la fête des sup­por­teurs le 13# mai. Ce poste re­pré­sen­tait dé­jà 47 mil­lions d’eu- ros de re­cettes pour le PSG sur la sai­son 2011-2012. Ces droits se dis­tri­buent se­lon le nombre de matchs dif­fu­sés, les ré­sul­tats du club au cours des cinq der­nières an­nées et… son clas­se­ment de l’an­née en cours.

Deuxième du cham­pion­nat en 2011-2012, le PSG avait tou­ché 15 mil­lions d’eu­ros de droits au­dio­vi­suels à ce titre. Mont­pel­lier, ar­ri­vé pre­mier, avait ga­gné 18 mil­lions d’eu­ros. « On peut pen­ser que le di!éren­tiel se­ra com­pa­rable cette an­née » , es­time Di­dier Pri­mault, éco­no­miste au Centre du droit et d’éco­no­mie du sport. Le club de­vrait donc voir ses droits au­dio­vi­suels aug­men­ter cette an­née. Mal­gré la baisse gé­né­rale du mon­tant né­go­cié par les chaînes (beIN Sport, Ca­nal+), à 607 mil­lions d’eu­ros sur 2012-2016, contre 668 mil­lions sur 2008-2012. D’au­tant que sa vic­toire le qua­li­fie pour la Cham­pions League… ce qui aug­mente à nou­veau ses droits té­lé­vi­sés.

Pour les autres re­ve­nus po­ten­tiels, Di­dier Pri­mault n’y voit « pas for­cé­ment grand-chose » de sub­stan­tiel. Les ventes de maillots$? « C’est dif­fi­cile à dire, ré­pond-il. Lorsque Mont­pel­lier avait ga­gné le titre l’an der­nier, ce­la avait dû jouer parce que les joueurs, moins connus, avaient ga­gné en no­to­rié­té. Au PSG, l’im­pact était dé­jà fort lors des re­cru­te­ments de joueurs stars » comme Ibra­hi­mo­vic, Beck­ham…

Le nombre de places$? Lui aus­si avait aug­men­té à la suite des re­cru­te­ments qa­ta­ris. « Si c’est leur sou­hait, ils pour­ront aug­men­ter le prix des places » , évoque-t-il. Les spon­sors$? Ce­la tombe bien pour l’éco­no­miste, car « le PSG veut ré­duire le nombre de ses spon­sors, mais en les fai­sant payer plus cher. Ce se­ra plus fa­cile dé­sor­mais… Cette vic­toire confirme qu’ils ont l’am­bi­tion, et les moyens d’être am­bi­tieux. Ils pour­ront re­cru­ter des joueurs re­nom­més plus fa­ci­le­ment. C’est l’im­pact le plus im­por­tant » , sou­ligne Di­dier Pri­mault. Car face à ces re­cettes, cette vic­toire peut gé­né­rer des coûts. En net, les droits au­dio­vi­suels se­ront am­pu­tés des primes pro­mises aux joueurs. Un mon­tant qui de­vrait s’éle­ver à 400$000 eu­ros.

« AU­CUNE CHANCE DE RE­PAS­SER DANS LE VERT… »

« Avec des joueurs moins connus, pour les gar­der l’an­née sui­vante, cer­tains clubs peuvent être ame­nés à aug­men­ter les sa­laires. Ce­la s’était pas­sé à Lille à la suite de son titre de Cham­pion de France en 2011, ajoute Di­dier Pri­mault. Ce­la ne chan­ge­ra pas pour les joueurs stars du PSG, mais peut-être plus pour les autres, moins connus. »

Alors, cette vic­toire est-elle une bonne ou une mau­vaise nou­velle pour les comptes du PSG$? Le club n’a « au­cune chance » de re­pas­ser dans le vert, es­time Di­dier Pri­mault.

Ses dé­penses de­vraient s’éle­ver à 300 mil­lions d’eu­ros cette an­née. En hausse par rap­port à la sai­son 2011-2012, du fait des nou­veaux joueurs. Le club a%chait alors un dé­fi­cit de 5,4 mil­lions d’eu­ros. Un mon­tant qui au­rait dû être bien plus éle­vé : fin 2012, le PSG a si­gné un con­trat avec la Qa­tar Tou­rism Au­tho­ri­ty (QTA), pour les bé­né­fices ap­por­tés à l’image du Qa­tar par le club. Ré­sul­tat : dans la co­lonne re­cettes, « autres pro­duits » a%che 125 mil­lions d’eu­ros.

Mais cet ap­port ne per­met­tra pas au PSG de sa­tis­faire le fair-play fi­nan­cier de­man­dé par l’UEFA : un club ne peut avoir un dé­fi­cit su­pé­rieur à 45 mil­lions d’eu­ros, en cu­mu­lé, sur trois#ans. Or, l’UEFA a pré­ve­nu que ce con­trat avec la QTA n’était pas va­lable pour faire ren­trer le club dans les clous. Et cette me­sure doit s’ap­pli­quer dès l’an pro­chain.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.