Quand les créa­teurs ne sont pas ac­com­pa­gnés, ils peuvent être as­pi­rés ailleurs. Il faut se battre pour les gar­der.!»

La Tribune Hebdomadaire - - TERRITOIRE­S / FRANCE - RO­LAND RIES,

SÉ­NA­TEUR ET MAIRE (PS) DE STRAS­BOURG centre-ville. L’Ir­cad, por­teur d’un pro­jet de dé­ve­lop­pe­ment éco­no­mique en ligne avec les stra­té­gies d’in­no­va­tion des col­lec­ti­vi­tés, pro­po­sait d’en­cais­ser une par­tie des bé­né­fices de l’hô­tel et du res­tau­rant pour rem­bour­ser son em­prunt. Ban­co : Ro­land Ries a ac­cor­dé un bail em­phy­téo­tique de cin­quante-deux"ans à l’ins­ti­tut de re­cherche. « L’en­jeu est d’as­su­rer la tra­duc­tion éco­no­mique de ce dé­ve­lop­pe­ment uni­ver­si­taire lar­ge­ment re­con­nu, comme en té­moigne le prix No­bel de mé­de­cine ob­te­nu par Jules Hoff­mann en 2011 », ex­plique le maire. Le chi­rur­gien et fon­da­teur de l’Ir­cad, Jacques Ma­res­caux pro­met 150"em­plois, dès l’ou­ver­ture en oc­tobre.

Four­ni par les spé­cia­listes al­le­mands Karl Storz et Sie­mens en équi­pe­ments hy­brides pour des opé­ra­tions ro­bo­ti­sées mi­ni-in­va­sives et gui­dées par l’image, l’Ir­cad est de­ve­nue la ré­fé­rence mon­diale dans les dé­ve­lop­pe­ments high-tech de la chi­rur­gie la­pa­ro­sco­pique, une spé­cia­li­té née en France, dé­jà, en 1988. Jacques Ma­res­caux veut faire éclore à Stras­bourg des nuées de jeunes cham­pions, comme In­si­mo, star­tup in­cu­bée à l’hô­pi­tal, por­teuse d’un pro­jet de si­mu­la­tion du corps hu­main en 3D, ou Pro­tip, in­ven­teur stras­bour­geois d’un la­rynx ar­ti­fi­ciel en ti­tane po­reux.

LES JEUNES POUSSES JOUXTERONT DES GÉANTS

À quelques cen­taines de mètres des ha­ras, sur le site de l’hô­pi­tal ci­vil, le chi­rur­gien-bu­si­ness­man porte de­puis avril 2011 le pro­jet de l’Ins­ti­tut hos­pi­ta­lo-uni­ver­si­taire (IHU) dé­dié à la chi­rur­gie mi­ni-in­va­sive gui­dée par l’image.

Ce bâ­ti­ment, une construc­tion neuve sur 10!500 m2 (26 mil­lions d’eu­ros de fi­nan­ce­ments pu­blics), se­ra prêt en 2015, do­té par Karl Storz et Sie­mens de sept salles d’opé­ra­tion ex­pé­ri­men­tales. Un étage se­ra ré­ser­vé à l’hé­ber­ge­ment de trente autres start-up. « Les jeunes pousses vont se re­trou­ver par­mi des géants. Quand un pro­jet est bon, il ne ren­contre pas de pro­blème de fi­nan­ce­ment » , es­time Jacques Ma­res­caux, écar­tant les cri­tiques ré­cur­rentes sur la fai­blesse des struc­tures de ca­pi­tal-dé­ve­lop­pe­ment en Alsace.

DES FONDS RÉ­GIO­NAUX CONSO­LI­DÉS

Le vo­let fi­nan­cier de l’ac­com­pa­gne­ment des start-up bio­tech et mé­di­cales po­sait en e#et un pro­blème dans la ré­gion, mal­gré la la­bel­li­sa­tion en 2005 du pôle de com­pé­ti­ti­vi­té « In­no­va­tions thé­ra­peu­tiques », de­ve­nu «" Alsace Biovalley"», et ses 2!000"em­plois dé­jà créés. La So­div, so­cié­té de di­ver­si­fi­ca­tion de l’ex-bas­sin po­tas­sique dans la pé­ri­phé­rie de Mul­house, et le fonds ré­gio­nal Alsace Créa­tion n’ont ja­mais in­ves­ti mas­si­ve­ment dans ce sec­teur ju­gé trop ris­qué.

La créa­tion en 2011 de Co­nec­tus, struc­ture de ma­tu­ra­tion et de va­lo­ri­sa­tion au sein des uni­ver­si­tés, pose de nou­velles bases dans le fi­nan­ce­ment de l’in­no­va­tion. « La san­té, dans nos opé­ra­tions, re­pré­sente les deux tiers des bre­vets, contrats et li­cences, cal­cule Ni­co­las Car­bo­ni, pré­sident de Co­nec­tus. La faille entre la re­cherche pu­blique et l’en­tre­prise va être com­blée à la fin de 2013 avec la re­struc­tu­ra­tion et la conso­li­da­tion de di#érents fonds ré­gio­naux d’in­no­va­tion, au­tour d’une struc­ture de ges­tion dé­diée. »

Pour évi­ter l’em­bou­teillage à la sor­tie des la­bos, la ville de Stras­bourg par­ti­cipe à la créa­tion d’autres lieux d’ac­cueil des star­tup. Le bâ­ti­ment pH8, un im­meuble loué pré­cé­dem­ment à l’École na­tio­nale d’ad­mi­nis­tra­tion, a été re­qua­li­fié en pé­pi­nière d’en­tre­prises, pour 1 mil­lion d’eu­ros, di­vi­sé en cel­lules d’une ving­taine de mètres car­rés oc­cu­pées par des jeunes pousses tech­med et des so­cié­tés de re­cherche.

Cet hi­ver, la com­mu­nau­té ur­baine a né­go­cié le ra­chat, pour 18 mil­lions d’eu­ros, d’une friche mé­di­cale, sur trois"hec­tares, dans l’en­ceinte des hô­pi­taux uni­ver­si­taires. En 2017, elle pro­met d’y cons­truire un tech­no­parc qui o#ri­ra, à terme, 30!000 m2 à des centres de re­cherche dans les tech­no­lo­gies mé­di­cales.

« Quand les créa­teurs ne sont pas ac­com­pa­gnés, ils peuvent être as­pi­rés ailleurs. Le dan­ger, c’est la fuite des cer­veaux. Il faut se battre pour les gar­der » , mar­tèle Ro­land Ries.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.