LES YACHTS DE LUXE, UN FI­LON EN OR POUR BOR­DEAUX

LIF­TING Dans les bas­sins à flot, quar­tier en pleine ré­no­va­tion de 162!hec­tares, dont treize de plan d’eau, le grand port de Bor­deaux et les quatre col­lec­ti­vi­tés lo­cales aqui­taines et gi­ron­dines s’ap­prêtent à ins­tal­ler une ac­ti­vi­té de re­fit et de main­te­nan

La Tribune Hebdomadaire - - LA UNE - NI­CO­LAS CÉ­SAR, À BOR­DEAUX, OB­JEC­TIF AQUI­TAINE

En cette pé­riode de crise, il y a des op­por­tu­ni­tés à ne pas man­quer. Au­jourd’hui, tant en France qu’en Eu­rope, les sites de main­te­nance des yachts de luxe sont sa­tu­rés. Bor­deaux en­tend bien en pro­fi­ter pour faire re­vivre une vieille tra­di­tion nau­tique dans ses bas­sins à flot. Ses bas­sins ac­cueillaien­t au XIXe !siècle les plus grands na­vires char­riant fruits et cé­réales, avant d’abri­ter les sous-ma­rins al­le­mands, ces re­dou­tables U-boot, pen­dant la Se­conde Guerre mon­diale… La re­lance de cette ac­ti­vi­té pour­rait gé­né­rer un chiffre d’af­faires an­nuel de 50 mil­lions d’eu­ros et créer 500! em­plois di­rects et in­di­rects, se­lon une ré­cente étude de fai­sa­bi­li­té.

Le grand port gi­ron­din a tous les atouts pour réus­sir : trois formes de ra­doub, de 100, 150 et 235!mètres de long, ain­si qu’une cale de construc­tion ( slip­way) adap­tée aux na­vires de 60!mètres. Et, sur­tout, un sa­voir-faire tech­nique re­con­nu. En Gi­ronde, la fi­lière nau­tique ne compte pas moins de 1"800!sa­la­riés, ré­par­tis dans 1"700! en­tre­prises, dont des fleu­rons in­ter­na­tio­naux tels Construc­tion na­vale Bor­deaux (CNB, groupe Bé­né­teau) et Guy Couach. Autre élé­ment d’at­trac­ti­vi­té, les bas­sins à flot, si­tués au nord de Bor­deaux, sont à dix!mi­nutes du coeur his­to­rique, clas­sé au pa­tri­moine mon­dial de l’Unesco.

C’est peu dire que la fi­lière a vite ré­agi lorsque le port, por­teur du pro­jet, a lan­cé un ap­pel à ma­ni­fes­ta­tion d’in­té­rêt pour im­plan­ter cette ac­ti­vi­té sur son plan d’eau. Dès avril 2012, un clus­ter re­fit (lit- té­ra­le­ment «!re­ta­page!») de yachts s’est cons­ti­tué, avec 12!PME fon­da­trices, toutes aqui­taines (Cé­ré­nis, le fon­deur Ar­mi, l’amé­na­geur d’avions Ca­the­ri­neau, le gru­tier Me­dia­co, Hy­drau­lique Aqui­taine, etc.). « Au­jourd’hui, un an après, nous avons ras­sem­blé 50!so­cié­tés de la ré­gion au­tour de nous » , se ré­jouit le pré­sident du clus­ter, Thier­ry Laus­seur, gé­rant de Cé­ré­nis, bu­reau d’études spé­cia­li­sé dans les équi­pe­ments nau­tiques. Couach et CNB sont par­te­naires.

UN MAR­CHÉ EN PLEINE CROIS­SANCE

Une so­cié­té mé­di­ter­ra­néenne a éga­le­ment fait part de son in­té­rêt. « Leur o"re n’est pas concur­rente. Elle pour­rait à terme in­té­grer notre clus­ter » , es­time Thier­ry Laus­seur.

En at­ten­dant, le port tra­vaille main dans la main avec le clus­ter et s’at­telle à l’amé­na­ge­ment des formes!1 et 2, afin qu’elles puissent ra­pi­de­ment ac­cueillir une ac­ti­vi­té de re­fit des yachts. « L’en­ve­loppe glo­bale pour leur ré­no­va­tion est de 10 mil­lions d’eu­ros » , pré­cise Étienne Nau­dé, di­rec­teur du dé­ve­lop­pe­ment du grand port au­to­nome de Bor­deaux. Le fi­nan­ce­ment se­ra pu­blic-pri­vé.

Au­jourd’hui, aux États-Unis comme en Eu­rope, il faut at­tendre trois ans pour re­faire une beau­té à son yacht.

Les quatre col­lec­ti­vi­tés lo­cales – la mai­rie de Bor­deaux, le conseil gé­né­ral, le conseil ré­gio­nal, la com­mu­nau­té ur­baine de Bor­deaux – et l’État ont dé­jà dé­cla­ré leur sou­tien au pro­jet.

Le port et une col­lec­ti­vi­té lo­cale pour­raient dé­blo­quer les pre­miers fonds cette an­née, afin de lan­cer l’ac­ti­vi­té au dé­but de 2014 et faire ve­nir les in­ves­tis­seurs pri­vés. « Car les clients sont dé­jà là » , presse Thier­ry Laus­seur. Pour l’heure, seule la forme!3, ca­pable d’ac­cueillir des na­vires jus­qu’à 150!mètres, est dé­jà opé­ra­tion­nelle. Le mar­ché est en pleine crois­sance. Il faut au­jourd’hui at­tendre jus­qu’à trois!ans pour re­faire une beau­té à son yacht de luxe aux États-Unis et en Eu­rope.

Ce­la étant, les yachts de moins de 60!mètres ne passent pas par Bor­deaux et de­vraient res­ter en Mé­di­ter­ra­née.

Mais, « au-de­là de 85!mètres, il y a peu de moyens là-bas. Pour la main­te­nance, les pro­prié­taires sont sou­vent contraints de re­ve­nir là où ils ont ache­té leur ba­teau, en Al­le­magne et en Hol­lande. Or, Bor­deaux est à mi-dis­tance » , argue le pré­sident du clus­ter. Pour au­tant, mal­gré un beau po­ten­tiel éco­no­mique, ce pro­jet se heurte à l’op­po­si­tion des pro­mo­teurs im­mo­bi­liers, qui re­doutent que cette in­dus­trie vienne gâ­cher l’at­trac­ti­vi­té des bas­sins à flot. Dans ce sec­teur en pleine re­cons­truc­tion, plus de! 700"000 m2 de sur­faces (5"400!lo­ge­ments, des com­merces, des en­tre­prises du nu­mé­rique, etc.) doivent être amé­na­gés d’ici à 2025. L’ar­chi­tecte en chef de l’opé­ra­tion, le cé­lèbre, Ni­co­las Mi­che­lin, a pu­bli­que­ment don­né de la voix.

YACHTS DE LUXE ET STAN­DING UR­BAIN

L’en­jeu est im­por­tant. « C’est le quar­tier d’ave­nir de Bor­deaux » , as­sure Alain Jup­pé qui, au dé­part, était contre l’im­plan­ta­tion de cette ac­ti­vi­té de re­fit. Mais le maire bor­de­lais a chan­gé d’avis après avoir vi­si­té des chan­tiers à Via­reg­gio, en Ita­lie, ras­su­ré par la pro­pre­té du site et les faibles nui­sances so­nores.

Ce­pen­dant, la par­tie n’est pas ga­gnée avec les pro­mo­teurs. « Il faut en­core tra­vailler sur la com­pa­ti­bi­li­té avec l’en­vi­ron­ne­ment pour li­mi­ter les nui­sances vi­suelles, so­nores, ol­fac­tives » , pré­vient Jo­sy Rei#ers, ad­joint au dé­ve­lop­pe­ment éco­no­mique à la mai­rie de Bor­deaux. Dé­sor­mais, des réunions ont lieu chaque se­maine entre les pro­mo­teurs et le clus­ter. « Ce­la va se faire » , ras­sure l’élu. « Au fi­nal, tout le monde se­ra ga­gnant. La pré­sence de yachts de luxe ne fe­ra que ren­for­cer l’at­trac­ti­vi­té des bas­sins à flot et pro­fi­te­ra au com­merce en cen­tre­ville » , conclut Étienne Nau­dé.

[THO­MAS SAN­SON/MAI­RIE DE BOR­DEAUX]

Les bas­sins à flot du grand port de Bor­deaux, site idéal pour la main­te­nance de yachts de luxe.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.