Mi­khaïl As­la­no­vich Po­go­syan

« L’aéronautiq­ue russe re­vient en force. »

La Tribune Hebdomadaire - - LA UNE - PRO­POS RE­CUEILLIS PAR EM­MA­NUEL GRYNSZPAN

Ob­jec­tif du DG de Uni­ted Air­craft Cor­po­ra­tion : re­pla­cer la Rus­sie par­mi les géants mon­diaux de l’avia­tion ci­vile et mi­li­taire.

Le pa­tron de l’aéronautiq­ue ci­vile et mi­li­taire russe, Mi­khaïl As­la­no­vich Po­go­syan, 57!ans, s’ex­prime très ra­re­ment. Dans une in­ter­view ex­clu­sive ac­cor­dée à La Tri­bune, le di­rec­teur gé­né­ral d’OAK, la mai­son mère des cé­lèbres avion­neurs Sou­khoï, Mig, Tu­po­lev, Iliou­chine, Ya­kov­lev, Be­riev et Ir­kout fait le point sur les grands pro­grammes ci­vils et mi­li­taires russes. Et no­tam­ment sur l’un des plus em­blé­ma­tiques, le MS-21, dont la Rus­sie sou­hai­te­rait qu’il marche sur les pla­tes­bandes du B737 de Boeing et de l’A320 d’Air­bus dans les moyen-cour­riers. En­fin, Mos­cou pré­pare une nou­velle o"en­sive pour (en­fin#?) im­po­ser sur le mar­ché ré­gio­nal le Su­per­jet 100, dé­ve­lop­pé en co­opé­ra­tion avec des en­tre­prises eu­ro­péennes dont Thales et Sa­fran.

Trois avions en dé­mons­tra­tion au Bour­get (le Sa­lon se tien­dra ( du 17 au 23 juin) dont deux nou­veau­tés : la Rus­sie re­vient en force à Pa­ris…

De­puis quinze ans, c’est cer­tai­ne­ment la plus grosse pré­sence de l’aéronautiq­ue russe. Le Sa­lon du Bour­get a tou­jours été pour nous d’une im­por­tance cen­trale. Nous l’avons choi­si pour la pre­mière dé­mons­tra­tion à l’étran­ger de l’avion de chasse Su-35. Ce se­ra aus­si la pre­mière oc­ci­den­tale de l’avion d’en­traî­ne­ment Yak-130 et de la nou­velle mo­di­fi­ca­tion du Su­per­jet, qui se­ra li­vrée en Amé­rique la­tine. Dé­sor­mais, notre par­ti­ci­pa­tion est plus di­ver­si­fiée : avions ci­vils et d’en­traî­ne­ment. En 2015, nous se­rons en­core plus pré­sents

LA TRI­BUNE – La Rus­sie dé­ve­loppe un nou­vel avion moyen( cour­rier, le MS-21, concur­rent des Air­bus A320 et Boeing 737. Quels sont les ob­jec­tifs de ce nou­vel ap­pa­reil!? MI­KHAÏL AS­LA­NO­VICH PO­GO­SYAN –

En termes de mar­ché, il ne nous se­ra pas simple de convaincre les grandes com­pa­gnies aé­riennes, dont les choix sont orien­tés vers Air­bus et Boeing. Mais le mar­ché aé­rien mon­dial aug­mente ra­pi­de­ment, de nou­velles com­pa­gnies ap­pa­raissent dans les pays émer­gents. Elles ne sou­haitent pas ache­ter des avions d’oc­ca­sion Air­bus et Boeing. Elles veulent des ap­pa­reils neufs der­nier cri. Or les usines Boeing et Air­bus ont des car­nets de com­mandes rem­plis cinq ou six ans à l’avance. Beau­coup de com­pa­gnies ont be­soin de nou­veaux ap­pa­reils dans des dé­lais plus courts. C’est pour­quoi nous avons es­ti­mé que nous pou­vons vendre au­tour de 1#000!MS-21 toutes ver­sions confon­dues. Grâce à l’ex­pé­rience ac­quise avec le Su­per­jet, nous ta­blons sur des pre­miers es­sais dès 2015 et des li­vrai­sons en 2017.

Ce­la va être di"cile de convaincre les com­pa­gnies, étant ( don­né la concur­rence du duopole…

La prin­ci­pale di"érence entre le MS-21 et les ap­pa­reils d’Air­bus et de Boeing tient dans les ailes com­po­sites, dont l’im­por­tant al­lon­ge­ment per­met d’amé­lio­rer les pa­ra­mètres éco­no­miques. Nous es­ti­mons que l’usage d’ailes com­po­sites nous don­ne­ra un avan­tage de 10#% par rap­port aux nou­velles ver­sions re­mo­to­ri­sées par Air­bus et Boeing, res­pec­ti­ve­ment l’A320neo et le 737 MAX. En outre, le cou­loir plus large du MS-21 per­met à deux per­sonnes de se croi­ser, avec un gain de temps à l’embarqueme­nt et au dé­bar­que­ment, ce qui est cru­cial pour le low cost.

Le pro­gramme Su­per­jet ren­contre des di"cultés. De nom( breux ex­perts es­timent que les pers­pec­tives pour cet avion ré­gio­nal sur les mar­chés oc­ci­den­taux dé­pendent beau­coup de la réus­site de son ex­ploi­ta­tion par la com­pa­gnie mexicaine In­ter­jet. Qu’en pen­sez-vous!?

Sans au­cun doute, In­ter­jet est pour nous un client très im­por­tant. La dé­mons­tra­tion du Su­per­jet 100 avec un nou­vel in­té­rieur ca­bine au Sa­lon du Bour­get se­ra éga­le­ment une étape im­por­tante pour la com­mer­cia­li­sa­tion de l’ap­pa­reil sur les mar­chés in­ter­na­tio­naux. In­ter­jet a pris un pa­ri am­bi­tieux en op­tant pour le Su­per­jet, mais il a fon­dé sa dé­ci­sion sur les avan­tages du Su­per­jet par rap­port à ses concur­rents. D’ici à la fin de l’an­née, la com­pa­gnie mexicaine re­ce­vra sept exem­plaires. Ces avions vont bé­né­fi­cier de l’ex­pé­rience ac­quise par Ae­ro­flot, qui a com­men­cé dès 2011 à ex­ploi­ter dix ap­pa­reils, les­quels se­ront re­ven­dus sur le mar­ché de l’oc­ca­sion à d’autres com­pa­gnies.

Où en est le dé­ve­lop­pe­ment de votre der­nière ver­sion, ( le Su­per­jet nou­velle gé­né­ra­tion!?

Nous avons trou­vé un ac­cord avec nos par­te­naires sur les as­pects tech­niques et sur le ca­len­drier dans le cadre du pro­gramme de mo­der­ni­sa­tion de l’ap­pa­reil, no­tam­ment de l’avio­nique avec nos par­te­naires Thales et Lieb­herr, ain­si que de la pro­pul­sion avec Po­wer­Jet [co­en­tre­prise entre Sa­fran et le russe NPO Sa­turn, ndlr]. Nous en sommes en­core à une étape d’éva­lua­tion. Notre ob­jec­tif est de ré­duire son poids et ses coûts de pro­duc­tion. Nous tra­vaillons éga­le­ment à l’élar­gis­se­ment de la gamme Su­per­jet 100. La li­vrai­son de la ver­sion Long Range [4!500 km d’au­to­no­mie au lieu de 3!000 km pour la ver­sion ba­sique] dé­marre cette an­née. Nous dé­ve­lop­pons la ver­sion jet d’a"aires, qui in­té­resse un grand nombre de clients. Nous tra­vaillons aus­si sur la maxi­ma­li­sa­tion du nombre de pas­sa­gers et exa­mi­nons une va­riante low cost avec 130 sièges.

Avez-vous des am­bi­tions sur le mar­ché des avions de moins ( de 70 places!?

Nous avons le choix entre pro­duire lo­ca­le­ment un ap­pa­reil étran­ger sous li­cence ou mo­di­fier un mo­dèle russe exis­tant. Notre es­ti­ma­tion de la de­mande du mar­ché russe n’est que de 150 ap­pa­reils sur cette dé­cen­nie, ce qui nous oriente plu­tôt vers la lo­ca­li­sa­tion sous li­cence. Mais au­cune dé­ci­sion n’a été prise.

La pro­duc­tion ci­vile d’UAC aug­mente ra­pi­de­ment. Est-il ( pos­sible qu’elle dé­passe un jour la pro­duc­tion mi­li­taire!?

La pro­duc­tion ci­vile va dé­pas­ser la pro­duc­tion mi­li­taire entre 2020 et 2025. Notre ob­jec­tif est de faire par­tie des lea­ders mon­diaux non seule­ment dans le mi­li­taire, où nous avons dé­jà fait nos preuves, mais aus­si dans le trans­port et le ci­vil.

Jus­te­ment, dans le do­maine mi­li­taire, UAC a fait des drones ( une prio­ri­té. Comment êtes-vous or­ga­ni­sés!?

Mig par­ti­cipe au pro­jet de drone de re­con­nais­sance. Ir­kout et Tu­po­lev sont char­gés de pro­jets de drones de sur­veillance de l’es­pace aé­rien ci­vil. Sou­khoï conçoit un drone d’at­taque et nous me­nons des né­go­cia­tions avec le mi­nis­tère de la Dé­fense sur ses be­soins.

Le grand pu­blic a l’im­pres­sion qu’il n’y a plus de nou­veaux ( pro­jets sous les marques Tu­po­lev et Iliou­chine…

Pas du tout. Tu­po­lev mo­der­nise la flotte de bom­bar­diers stra­té­giques. Nous conti­nuons à dé­ve­lop­per la sé­rie des Tu-204 et 214, qui sont sur­tout des­ti­nés à des ap­pa­reils spé­cia­li­sés. Tu­po­lev par­ti­cipe au dé­ve­lop­pe­ment du MS-21. L’ave­nir de Tu­po­lev ne fait pas l’ombre d’un doute. Iliou­chine est la prin­ci­pale plate-forme pour l’avia­tion de trans­port au sein d’UAC. Le mo­dèle Il-96 conti­nue d’être pro­duit à Vo­ro­nej et la pré­si­dence nous a com­man­dé deux exem­plaires. Sans par­ler du Il-476 et de [l’avion de trans­port mi­li­taire] MTA, dé­ve­lop­pé avec l’Inde. Iliou­chine dis­pose d’un im­por­tant car­net de com­mandes. UAC n’a pas l’in­ten­tion de dé­lais­ser ces firmes qui forment la base d’UAC.

Notre ob­jec­tif est de faire par­tie des lea­ders mon­diaux non seule­ment dans le mi­li­taire, mais aus­si dans le ci­vil. »

Quand ver­ra-t-on ( le nou­vel avion de com­bat de cin­quième gé­né­ra­tion T-50 au Bour­get!?

Peut-être dans deux ans. Cette an­née, nous al­lons le mon­trer au Sa­lon aéronautiq­ue russe Maks, avec le nou­vel avion de trans­port mi­li­taire Il-476 ain­si qu’une ma­quette gran­deur réelle de l’aile com­po

site du MS-21.

[DR]

Pour le di­rec­teur gé­né­ral d’UAC, le Sa­lon du Bour­get « est d’une im­por­tance cen­trale. C’est la plus grosse pré­sence de l’aé­ro­nau­tique russe ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.