L’au­to­mo­bile tri­co­lore ac­cé­lère sa dés­in­dus­tria­li­sa­tion… en France

La Tribune Hebdomadaire - - LE BUZZ - ALAIN-GA­BRIEL VER­DE­VOYE

Mi­che­lin an­nonce de nou­velles sup­pres­sions d’em­plois. PSA et Re­nault ré­duisent très for­te­ment la voi­lure. En sept ans, la pro­duc­tion des deux construc­teurs dans l’Hexa­gone a chu­té de moi­tié. Les e!ec­tifs des usines fran­çaises d’équi­pe­ments pour vé­hi­cules sont pas­sés de 114"000 à moins de 80"000#per­sonnes entre 2007 et 2012. In­quié­tant.

MI­CHE­LIN AN­NONCE 730 SUP­PRES­SIONS D’EM­PLOIS à Joué-lès-Tours (Indre-et-Loire). La Fran­çaise de mé­ca­nique (FM), fi­liale de Re­nault et de PSA em­ployant quelque 3!400" per­sonnes à Dou­vrin (Pas-de-Ca­lais), pour­rait sup­pri­mer « plus de 1!000"em­plois » d’ici à 2016, a#rme la CGT. En at­ten­dant, le groupe PSA a pré­vu de ré­duire ses e$ec­tifs de 11!200"per­sonnes entre 2012 et 2014 en France et de fer­mer son usine d’Aul­nay-sous-Bois, en ré­gion pa­ri­sienne. Re­nault pro­cé­de­ra à 7!500"sup­pres­sions nettes d’em­plois dans l’Hexa­gone d’ici à la fin 2016. Aïe!! Du cô­té des usines fran­çaises d’équi­pe­ments au­to­mo­biles, c’est tout aus­si dé­sas­treux. Leurs e$ec­tifs glo­baux ont chu­té de 7,3!% l’an der­nier, à 79!000"per­sonnes, se­lon la Fé­dé­ra­tion des in­dus­tries des équi­pe­ments pour vé­hi­cules (Fiev), contre 114!000 en 2007!! Une vraie bé­ré­zi­na de l’em­ploi.

LA CRISE EN EU­ROPE N’EX­PLIQUE PAS TOUT

Certes, PSA Peu­geot Ci­troën et Re­nault in­cri­minent la chute du mar­ché au­to eu­ro­péen. Le chi$re d’a$aires de la branche au­to­mo­bile de PSA a ain­si re­cu­lé de 10,3!%, à 8,7 mil­liards d’eu­ros au pre­mier tri­mestre. Re­nault a vu ses ventes re­cu­ler de 11,8!%, à 8,27 mil­liards. Quant aux équi­pe­men­tiers, le chi$re d’a$aires de leurs sites fran­çais a flé­chi de 13,4!% l’an pas­sé, à 16,15 mil­liards, d’après la Fiev.

Mais la crise en Eu­rope n’ex­plique mal­heu­reu­se­ment pas tout. Car les deux construc­teurs tri­co­lores sont en­ga­gés dans une spi­rale struc­tu­relle de dés­in­dus­tria­li­sa­tion en France, en­traî­nant lo­gi­que­ment dans leur sillage leurs four­nis­seurs. PSA a ain­si vu sa pro­duc­tion de voi­tures par­ti­cu­lières et d’uti­li­taires bais­ser de 35,7!% dans l’Hexa­gone, à 230!337 uni­tés au pre­mier tri- mestre. De son cô­té, Re­nault a re­cu­lé de 23,7!%, à 118!060. Sur l’en­semble de l’an­née 2012, PSA avait dé­jà ré­duit ses fa­bri­ca­tions fran­çaises de 16!%, à 1,11 mil­lion, et Re­nault de 17,6!%, à 532!571"exem­plaires… soit à peine moins que l’en­semble de la pro­duc­tion de son al­lié ja­po­nais Nis­san dans sa seule usine bri­tan­nique de Sun­der­land.

Des ni­veaux qua­si dé­ri­soires, qui té­moignent d’un mou­ve­ment de fond. Les sites fran­çais de PSA ont en e$et fa­bri­qué 41!% de vé­hi­cules en moins l’an­née der­nière par rap­port à… 2005. Les usines de Re­nault dans l’Hexa­gone ont ré­duit, elles, de presque 60!% leurs vo­lumes en sept ans. La pro­duc­tion cu­mu­lée de Re­nault et PSA en France a plon­gé exac­te­ment de moi­tié par rap­port au mi­lieu des an­nées 2000. Ce­la va au-de­là d’une crise du mar­ché eu­ro­péen.

Dans ces condi­tions, les usines voient leurs e$ec­tifs fondre. Le site PSA de Rennes a pro­duit 129!600" uni­tés à peine l’an der­nier… contre plus de 360!000 au mi­lieu des an­nées 2000, pour un po­ten­tiel ins­tal­lé qui était alors de 400!000!! À cette époque, le site em­ployait 10!000 per­sonnes, le double d’au­jourd’hui. Sa­crée dé­grin­go­lade.

Et ce n’est pas fi­ni. Rennes, où la sup­pres­sion de 1!400"em­plois est pré­vue, se­ra d’ailleurs à l’ar­rêt du­rant six se­maines cet été en rai­son de nou­velles me­sures de chô­mage par­tiel. L’usine de Re­nault à Flins (Yve­lines) a as­sem­blé l’an pas­sé 115!500" Zoé et Clio avec 2!600"sa­la­riés, contre 270!000"voi­tures avec 4!750" per­sonnes en 2004. À San­dou­ville, le site phare"de Re­nault en Seine-Ma­ri­time a vu" ses ef­fec­tifs pas­ser de 5!300"em­ployés en 2004 à seule­ment 2!150 au­jourd’hui.

La baisse d’ac­ti­vi­té des usines tri­co­lores re­flète celle de la po­pu­la­ri­té des mo­dèles. Le fa­meux mo­no­space com­pact Scé­nic (et son dé­ri­vé Grand Scé­nic) a été pro­duit à une ca­dence ré­duite des deux tiers l’an pas­sé, à 132!760"uni­tés, par rap­port à il y a dix ans. La fa­mi­liale Re­nault La­gu­na a at­teint pé­ni­ble­ment les 27!700"uni­tés en 2012, contre plus de 145!000 dix ans au­pa­ra­vant. L’Es­pace, long­temps consi­dé­ré comme le fleu­ron du gé­nie fran­çais, n’était plus as­sem­blé l’an pas­sé qu’à rai­son de 12!900"vé­hi­cules, soit six fois moins qu’il y a dix ans. Quant à PSA, il as­sem­blait certes en­core 566!000"pe­tites Peu­geot l’an der­nier. Mais la pro­duc­tion était ré­par­tie entre trois mo­dèles (206, 207, 208), dont une grosse part construite hors de l’Hexa­gone.

La chute de pro­duc­tion en France de Re­nault et PSA s’ex­plique en par­tie par la dé­lo­ca­li­sa­tion vers des pays à bas coûts, sur­tout au sein de l’ex-ré­gie. Mais pas seule­ment. Le plon­geon des vo­lumes en France re­flète aus­si la désaf­fec­tion des clients pour les vé­hi­cules de gammes moyenne et su­pé­rieure à fortes marges po­ten­tielles des deux construc­teurs tri­co­lores, tra­di­tion­nel­le­ment fa­bri­qués dans les usines hexa­go­nales.

Les mo­dèles ven­dus à des prix éle­vés sont lo­gi­que­ment moins sen­sibles au di$éren­tiel de coûts en France par rap­port à l’Eu­rope de l’Est que les vé­hi­cules d’en­trée de gamme de­ve­nus la spé­cia­li­té de Re­nault et PSA, sous la pres­sion des pou­voirs pu­blics et de la politique fis­cale. Dans le même temps, l’Al­le­magne a glo­ba­le­ment main­te­nu ses vo­lumes de pro­duc­tion outre-Rhin, grâce au suc­cès de ses vé­hi­cules en gé­né­ral, mais sur­tout ce­lui de son haut de gamme!!

SI­GNA­TURE D’UN AC­CORD DE COM­PÉ­TI­TI­VI­TÉ CHEZ PSA!?

Alors, cette des­cente aux en­fers de l’in­dus­trie au­to­mo­bile dans l’Hexa­gone est-elle ir­ré­mé­diable!? Pas for­cé­ment. PSA, qui vient d’in­dus­tria­li­ser des mo­dèles nou­veaux comme le « cros­so­ver » 2008 en France, né­go­cie avec les syn­di­cats un ac­cord de com­pé­ti­ti­vi­té pour amé­lio­rer sa pro­duc­ti­vi­té. Il sou­haite conclure un ac­cord du même genre que ce­lui pa­ra­phé à la mi­mars par Re­nault, le­quel pré­voit no­tam­ment une aug­men­ta­tion de 6,5!% du temps de tra­vail, une re­fonte des comptes épargne temps, un gel des sa­laires en 2013.

Le construc­teur au lo­sange s’est en­ga­gé en échange à ne fer­mer au­cune de ses usines dans l’Hexa­gone à court terme et à leur as­su­rer" une ac­ti­vi­té mi­ni­male de 710!000"vé­hi­cules par an. For­mi­dable!? Bof. En 2004, Re­nault ne pro­dui­sait-il pas en France plus de 1,3 mil­lion d’uni­tés!?

Car­los Ghosn, PDG de Re­nault, est très fier des pers­pec­tives pour l’usine de Douai (Nord). Le plus im­por­tant site du construc­teur au lo­sange en France doit lan­cer à par­tir de 2014 toute une sé­rie de nou­veaux mo­dèles sur une nou­velle plate-forme mo­du­laire com­mune Re­nault-Nis­san. Douai es­père pro­duire jus­qu’à 250!000"voi­tures par an d’ici à la fin 2016. Co­co­ri­co!? Non. Le site ne fa­bri­quait-il pas plus de 450!000"vé­hi­cules au mi­lieu des an­nées 2000!? Au fond, dans le meilleur des cas, tout juste peut-on es­pé­rer que Re­nault et PSA main­tiennent glo­ba­le­ment leurs ni­veaux ac­tuels de fa­bri­ca­tion dans l’Hexa­gone. Aux­quels on peut ajou­ter les 200!000"Toyo­ta pro­duites an­nuel­le­ment à Va­len­ciennes (Nord) et les 100!000"Smart (Daim­ler) à Ham­bach (Mo­selle)… Piètre conso­la­tion.

[PHI­LIPPE HU­GUEN/AFP]

La pro­duc­tion de voi­tures par­ti­cu­lières et d’uti­li­taires Re­nault dans l’Hexa­gone a bais­sé de 23,7!% au pre­mier tri­mestre 2013. Ici, l’usine de Mau­beuge (Nord), qui pro­duit les Kan­goo.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.