La­val in­vite le consom­ma­teur à la concep­tion des in­no­va­tions

La Tribune Hebdomadaire - - TERRITOIRE­S / FRANCE - DE­NIS KER­DRAON, À LA­VAL

C’est une pre­mière en France!: Neo­shop va ou­vrir ses portes à La­val, en Mayenne. Une bou­tique qui pro­po­se­ra, à par­tir de sep­tembre pro­chain, des ob­jets in­no­vants, à la concep­tion des­quels les consom­ma­teurs sont in­vi­tés à contri­buer. L’es­pace, ini­tié par La­val Mayenne Tech­no­pole, se veut avant tout un test com­mer­cial gran­deur na­ture pour les start-up.

La­val Mayenne Tech­no­pole (LMT) au­rait-elle trou­vé le chaî­non man­quant en ma­tière d’ac­com­pa­gne­ment de start-up!? C’est bien l’im­pres­sion qui do­mine à la dé­cou­verte de Neo­shop. Der­rière cette marque – dé­po­sée – se cache un ou­til au ser­vice des en­tre­prises in­no­vantes. À par­tir du mois de sep­tembre, un es­pace com­mer­cial dé­dié à l’in­no­va­tion va voir le jour en plein centre-ville de La­val. Avec l’idée forte de confron­ter les in­no­va­tions au grand pu­blic et d’ap­por­ter la preuve aux dis­tri­bu­teurs que le pro­duit fonc­tionne.

« Les por­teurs de pro­jets ne viennent pas du com­merce ou du mar­ke­ting, sou­ligne Ch­ris­tian Tra­vier, di­rec­teur gé­né­ral de LMT. Or, dans notre dis­po­si­tif d’ac­com­pa­gne­ment, nous nous sommes ren­du compte qu’il y avait beau­coup de choses sur le fi­nan­ce­ment, la R&D, etc. Mais quand les en­tre­prises ar­rivent avec leur pro­duit sur le mar­ché, il n’y a plus rien. D’où l’idée de créer un lieu pour dé­mar­rer la com­mer­cia­li­sa­tion. » L’idée a ger­mé en août 2011 pour une ou­ver­ture, d’abord pri­vée, en juillet 2013, avant que le grand pu­blic puisse y ac­cé­der, en sep­tembre pro­chain.

La phase de concep­tion a donc pris du temps, mais les pro­mo­teurs de Neo­shop l’ont conduite dans les règles : pré­sen­ta­tion du pro­jet à La­val Ag­glo, état de l’art, bench­mark, et sur­tout par­tage. Et c’est bien là l’une des di­men­sions es­sen­tielles du

Neo­shop amène La­val à se po­si­tion­ner comme une ville où l’in­no­va­tion est per­ma­nente.!»

IDIR AÏT-ARKOUB, PRÉ­SIDENT DE LA­VAL MAYENNE TECH­NO­POLE

pro­jet. Car si LMT peut re­ven­di­quer la pa­ter­ni­té de l’idée ori­gi­nelle, c’est au sein du ré­seau eu­ro­péen Open In­no­va­tion (lire en­ca­dré) qu’elle a su évo­luer. « L’idée a été lan­cée au­près de nos huit par­te­naires et cha- cun a par­ti­ci­pé, que ce soit dans la phase de concep­tion, d’amé­na­ge­ment ou en­core de com­mer­cia­li­sa­tion » , rap­porte Idir Aït-Arkoub, le pré­sident de LMT et par ailleurs vi­ce­pré­sident de La­val Ag­glo, en charge de l’in­no­va­tion et de l’enseigneme­nt su­pé­rieur.

UN PAR­TE­NA­RIAT ÉTEN­DU À LA COM­MER­CIA­LI­SA­TION

Con­crè­te­ment, cet es­pace de 200 m2 ré­par­tis sur quatre ni­veaux pro­pose une bou­tique, un lieu de co­wor­king et de réunions, une sur­face d’ex­po­si­tion et un étage consa­cré aux Li­ving Lab et Fablab. Neo­shop fait donc d’une pierre quatre coups en ap­por­tant à La­val une can­tine nu­mé­rique, mais aus­si une in­ter­face d’échange entre concep­teurs de pro­duits in­no­vants et uti­li­sa­teurs et/ou ache­teurs. « Les Li­ving Lab et Fablab per­mettent d’as­so­cier les uti­li­sa­teurs à l’éla­bo­ra­tion des in­no­va­tions avec un es­pace où les consom­ma­teurs pour­ront ques­tion­ner sur des pro­jets en­core au stade de l’idée, un es­pace de test de pro­to­types et un lieu ou­tillé de co­opé­ra­tion pour la mise au point des in­no­va­tions », dé­taille Ma­rion Hur­bin, en charge du pro­jet à LMT.

Preuve de cette vo­lon­té par­te­na­riale ins­crite dans l’ADN de l’en­droit, l’amé­na­ge­ment et le mo­bi­lier ont été réa­li­sés par des de­si­gners lo­caux. En échange, le lieu sert de ga­le­rie. « Nous avons l’in­ten­tion de re­nou­ve­ler ain­si le mo­bi­lier chaque an­née » , ex­plique Ma­rion Hur­bin. Avec éga­le­ment la vo­lon­té d’en faire pro­fi­ter le ter­ri­toire. Par exemple, une en­tre­prise mayen­naise a fa­bri­qué une table pré­sen­tée par un de­si­gner. Le pro­duit lui a plu au point qu’elle a ex­pri­mé le sou­hait de la fa­bri­quer et de la com­mer­cia­li­ser en plus grande sé­rie.

Par­te­na­riat en­core quand il s’agit de ré­di­ger les contrats liant Neo­shop aux start-up pour la com­mer­cia­li­sa­tion des ob­jets. « Nous nous sommes fait ai­der par un avo­cat sur le tra­vail ré­dac­tion­nel. Choi­si pour sa connais­sance du monde de l’in­no­va­tion, il peut comp­ter en re­tour sur notre ré­seau. » Par­te­na­riat tou­jours dans le pro­ces­sus de com­mer­cia­li­sa­tion. Une per­sonne se­ra bien em­ployée pour as­su­rer la pré­sence et vendre, mais les en­tre­pre­neurs se­ront aus­si mis à contri­bu­tion, pour for­mer le ven­deur et éven­tuel­le­ment al­ler au contact des clients.

TOUS LES TROIS MOIS, DE 30 À 40 NOU­VEAUX PRO­DUITS

« Ce­la me per­met d’avoir une com­po­sante com­mer­ciale et un re­tour di­rect des consom­ma­teurs » , ex­plique Fran­çois Mer­moud, PDG de Red Mo­tion. Cette so­cié­té in­cu­bée au sein de LMT a conçu un gui­don an­ti­vi­bra­tion pour vé­lo. Ce se­ra l’un des pre­miers ob­jets ex­po­sés et ven­dus par Neo­shop. « C’est un pre­mier pas en di­rec­tion du pu­blic, ana­lyse Ch­ris­tian Tra­vier. Ceux qui vou­dront des études scien­ti­fiques, nous les met­trons en re­la­tion avec des pres­ta­taires que nous sé­lec­tion­ne­rons. » Au to­tal, de 30 à 40"pro­duits de­vraient ain­si être pro­po­sés à la vente, avec un re­nou­vel­le­ment tous les trois mois en­vi­ron.

La­val Ag­glo a in­ves­ti entre 120!000 et 150!000 eu­ros dans le pro­jet. Neo­shop va aus­si se ré­mu­né­rer sur les ventes pour une com­mis­sion s’éche­lon­nant entre 10 et 40!%, comme dans la dis­tri­bu­tion. Mais au-de­là du mo­dèle éco­no­mique, le pré­sident de LMT voit dans la bou­tique un atout pour le ter­ri­toire. « Neo­shop amène La­val à se po­si­tion­ner comme une ville où l’in­no­va­tion est per­ma­nente. » Et Idir Aït-Arkoub de conclure : « Avec Neo­shop, on prend un risque, mais la prise de risque va de pair avec l’in­no­va­tion. »

[NEO­SHOP]

L’une des salles de La­val Mayenne Tech­no­pole consa­crées à la ren­contre des in­no­va­teurs et des consom­ma­teurs.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.