Un port «!so smart!»…

La Tribune Hebdomadaire - - TERRITOIRE­S / INTERNATIO­NAL -

Jus­qu’aux élec­tions gé­né­rales du 22 sep­tembre, re­trou­vez dans notre sé­rie pour mieux com­prendre l’Al­le­magne d’au­jourd’hui et de de­main. Notre étape de la se­maine nous em­barque à Ham­bourg, deuxième ville du pays et porte ou­verte vers le monde, à la pointe de la mo­der­ni­té.

et d’ar­ma­teurs, qui l’ont mar­quée de leur em­preinte éco­no­mique et politique, ont lais­sé la place à une élite plus di­ver­si­fiée, ve­nue de toute l’Al­le­magne. Mais Ham­bourg, à la­quelle Fré­dé­ric Bar­be­rousse concé­da le 7#mai 1189 la charte de ville libre d’Em­pire (un sta­tut qu’elle ne per­dra qu’entre 1811 et 1814, lors­qu’elle se­ra incorporée dans l’Em­pire fran­çais sous le nom de dé­par­te­ment des Bouches-deL’Elbe…), est tou­jours un Land à elle seule (comme le sont Brême et Ber­lin), gou­ver­né par un sé­nat, di­ri­gé par un pré­sident qui est aus­si le pre­mier maire, au­jourd’hui Olaf Scholz, 55#ans, an­cien mi­nistre du Tra­vail et des A"aires so­ciales et l’une des têtes pen­santes du SPD.

UN CLUS­TER DE NOU­VELLES TECH­NO­LO­GIES

Pour les di­ri­geants du port, qui ont lan­cé un grand pro­gramme de dé­ve­lop­pe­ment, bap­ti­sé Ham­bourg 2025, l’ob­jec­tif est de créer le pre­mier « smart port », un en­semble d’ins­tal­la­tions, d’équi­pe­ments et de ma­té­riels re­liés entre eux par des in­fra­struc­tures in­for­ma­tiques et de com­mu­ni­ca­tion les plus avan­cées. « Nous créons notre propre cloud grâce au­quel nous sommes ca­pables de gé­rer l’en­semble des tra­fics du port, y com­pris les tra­fics ter­restres, rou­tiers ou fer­ro­viaires, le re­le­vage

Des in­ves­tis­se­ments im­por­tants sont éga­le­ment en cours dans le do­maine de l’in­dé­pen­dance éner­gé­tique, afin que le port puisse pro­duire lui-même l’éner­gie dont il a be­soin, en re­cou­rant aux éo­liennes (on en compte dé­jà près d’une di­zaine sur le site ac­tuel), mais aus­si à l’éner­gie so­laire et à la géo­ther­mie. La grande am­bi­tion des di­ri­geants du port est de par­ve­nir en 2015 à s’équi­per d’ins­tal­la­tions de sto­ckage d’éner­gie élec­trique sur les­quelles planchent no­tam­ment les équipes de Sie­mens. Ham­bourg est d’ailleurs de­ve­nu une sorte de « clus­ter » consa­cré aux nou­velles tech­no­lo­gies dans le do­maine de la construc­tion na­vale, de la lo­gis­tique et de l’hy­dro­lo­gie.

Dans une pé­riode où la ten­dance mon­diale est à la den­si­fi­ca­tion pro­gres­sive des zones lit­to­rales, la si­tua­tion du port de Ham­bourg, à 130# ki­lo­mètres à l’in­té­rieur des terres, pour­rait consti­tuer un han­di­cap pour son dé­ve­lop­pe­ment fu­tur. Jens Meier ba­laie cette re­marque sans hé­si­ta­tion. « Le fait d’être à cette dis­tance du lit­to­ral est un avan­tage consi­dé­rable, compte te­nu de la géo­gra­phie de cette par­tie de l’Eu­rope. Nous éco­no­mi­sons à nos clients le coût des 100!pre­miers ki­lo­mètres à l’in­té­rieur des terres, dit-il, puisque les plus gros bâ­ti­ments de com­merce, y com­pris les na­vires d’une ca­pa­ci­té de 16"000!EVP [nombre de conte­neurs de vingt pieds trans­por­tés, ndlr] peuvent re­mon­ter l’Elbe jus­qu’au coeur de Ham­bourg. » tran­si­ter presque toutes ses ex­por­ta­tions par Ham­bourg) ou Stutt­gart. En fait, Ham­bourg a construit « son » cor­ri­dor au tra­vers de l’Eu­rope cen­trale et orien­tale, comme Rot­ter­dam a construit le sien le long du Rhin. Toutes les études montrent d’ailleurs que dans les an­nées qui viennent, c’est au­tour des grands ports de la mer du Nord (An­vers, Rot­ter­dam, Brême, Ham­bourg…) que se concen­tre­ra l’es­sen­tiel des in­ves­tis­se­ments en Eu­rope, y com­pris au titre du Trans Eu­ro­pean Net­work, ne se­rait-ce que pour des rai­sons géo­gra­phiques et to­po­gra­phiques, les flux lo­gis­tiques s’ac­com­mo­dant mal de fran­chir des cols ou de dé­pla­cer des mon­tagnes…

EN FAIRE UN ES­PACE AUS­SI OU­VERT QUE POS­SIBLE

Et comme dans le pas­sé, le dé­ve­lop­pe­ment de Ham­bourg re­po­se­ra en­core de fa­çon si­gni­fi­ca­tive sur la Chine. C’est en 1731 qu’un ba­teau ve­nant de Chine s’ancre pour la pre­mière fois sur l’Elbe. Au­jourd’hui, un conte­neur sur trois trai­té dans le port est chi­nois. Plus de 400# en­tre­prises chi­noises sont im­plan­tées à Ham­bourg et leur nombre ne cesse de croître.

Qu’est de­ve­nu l’an­cien port, lar­ge­ment ré­no­vé et agran­di au cours de la deuxième moi­tié du XIXe #siècle, avec la construc­tion de ces sé­ries d’im­meubles de briques rouges, qui sont en­core au­jourd’hui la « marque » de Ham­bourg!? Il fait l’ob­jet d’une ré­no­va­tion de grande am­pleur, au­tour de deux quar­tiers, ce­lui de Spei­chers­tadt, l’an­cienne zone des ma­ga­sins de sto­ckage des mar­chan­dises, dont les bâ­ti­ments abritent au­jourd’hui des en­tre­prises de high-tech ou de pu­bli­ci­té, tan­dis que des im­meubles d’ha­bi­ta­tion de grand stan­ding ont vu le jour sur les an­ciens docks!; et ce­lui de Ha­fenCi­ty, un quar­tier neuf en cours d’édi­fi­ca­tion, où la créa­ti­vi­té des ar­chi­tectes trouve à s’em­ployer et dont les bâ­ti­ments –#le siège d’Unilever ou l’im­meuble de l’ElbP­hil­har­mo­nie#– dressent leurs fa­çades de verre et d’acier face aux ins­tal­la­tions du port in­dus­triel, qui s’étendent à perte de vue.

En dé­pit du bruit, du tra­fic, des grands tra­vaux, les au­to­ri­tés du port tiennent à ce qu’il de­meure cher au coeur des Ham­bour­geois. D’où la vo­lon­té d’en faire un es­pace aus­si ou­vert que pos­sible, que l’on peut même vi­si­ter à vé­lo, grâce à un par­cours amé­na­gé de 45#ki­lo­mètres et à des ou­tils de com­mu­ni­ca­tion in­no­vants comme une chaîne de té­lé­vi­sion dé­diée, Ha­fen TV. « Le port est au centre de la ville, les ha­bi­tants aiment cette at­mo­sphère et nous vou­lons que les Ham­bour­geois de­meurent en contact per­ma­nent avec leur port » , confie Jens Meier.#

[PE­TER GIN­TER/ BIL­DER­BERG/AFP]

Avec en­vi­ron 130 mil­lions de tonnes de fret par an, Ham­bourg est un des dix plus grands ports mon­diaux.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.